L’île fantôme et le mystère de Salamèche, de Ken A. Moore

Les dévoreurs de livres d’Arsène, les chroniques des élèves du comité de lecture du blog

Sarah et Skip sont frère et soeur, fans du nouveau jeu portable Pokemon Go, qui sont contraints de déménager dans un petit village de bord de mer. Ils sont d’abord anxieux de quitter la ville et craignent de ne plus pouvoir jouer à leur jeu préféré.
Malgré tout, ils vont se faire des amis ayant les mêmes centres d’intérêt et ensembles, ils vont tenter de résoudre le mystère de l’île d’en face…
Pourquoi un bug survient-il sur l’île et quelle est la créature rousse qui y habite ?

J’ai beaucoup aimé ce livre car il est entraînant et on peut le lire même si on ne connait pas l’univers grâce à une présentation des différentes espèces dans l’histoire, et de plus, un lexique de l’univers Pokémon est présenté en fin de livre. Accessible dès la 6ème, il m’a plu même étant en 3ème grâce à une aventure très présente et du suspens, car la réalité va rapidement rattraper le jeu et les adolescents risquent d’être en grand danger. Un livre que je recommande.

 

Léa, 14 ans  – 3ème, membre des dévoreurs de livres d’Arsène

Showcase, 2. En scène ! , de A.C. Raveleau

Les dévoreurs de livres d’Arsène, les chroniques des élèves du comité de lecture du blog

Cloé est acceptée à l’Académie Wagner, une grande école qui transforme ses élèves en artistes. Son cousin, lui, est dégoûté puisqu’il n’est pas accepté et Charlotte, une de ses meilleures amies, non plus. À l’Académie, Cloé va retrouver beaucoup de ses amis du collège Michel-Ange qui font partie de la troupe de Showcase tels que Julie, Adrien, Ulysse … Une année qui s’annonce mouvementée et riche en émotions !

Ce livre est aussi bien que le premier, rapide et facile à lire avec quelques retours sur le premier tome. On retrouve les même personnages attachants mais on en découvre d’autres qui le sont aussi. Les rebondissements et le suspens dans certains passages nous entraînent avec des moments tristes et joyeux. Je le conseil à tous les élèves !

 

Alicia, 14 ans – 3ème, membre des Dévoreurs de livres d’Arsène

Ma vie en vlog, tome 3. Hermione se déconnecte (trop c’est trop !)

Les dévoreurs de livres d’Arsène, les chroniques des élèves du comité de lecture du blog

Après deux tomes de Ma vie en vlog où Lucy et Abby ont pu chacune raconter leur histoire c’est au tour de Hermione de nous raconter la sienne qui ne commencera pas si bien après la terrible annonce du divorce de ses parents… Elle pourra se réconforter en sachant qu’elle va partir skier dans les Alpes, même si l’idée de devoir descendre de grandes pentes la terrifie.
Ses craintes ne seront pas là pour rien car elle se fera très vite une entorse à la cheville.
Sa rencontre assez inatenndue  avec Nathan, un jeune français accro à la lecture, va néanmoins pouvoir lui remonter le moral.
Pour couronner le tout, après quelques vidéos postées sur son vlog, elle reçoit des commentaires haineux et raciste qui la démoralisera plus qu’autre chose.
Alors comment s’en sortira-t-elle ?
Arrivera-t-elle à avoir à nouveau une vie sans problème ? Peut-être est-il temps de déconnecter !

Un livre aussi passionnant que les deux tomes précédents ! J’aime beaucoup la façon dont est écrit ce livre, mêlant le récit, les vlogs, les messages. Cela permet de varier tout en faisant une pause dans le récit, et d’avoir un petit aperçu des vidéos. On a égaleemnt une découverte assez surprenante concerant le divorce des parents de Hermione.

J’adore vraiment cette série dont j’ai dévoré les trois tomes ! J’espère qu’un tome 4 est prévu, concernant Jessie !

Chloé, 13 ans – 4ème, membre des Dévoreurs de livres d’Arsène

 

Les Koboltz, tome 2. Mission Québec, de Benoit Grelaud

Cap sur le Canada !

mission quebec.jpg

Nous retrouvons avec plaisir les Koboltz, ces petits personnages plein d’énergie qui ont à cœur de sauver la planète de la pollution. Ils vivent dans des souterrains car la surface de la Terre est devenue pour eux un réel danger. Les hommes mettent à mal l’environnement et les Koboltz se donnent pour mission de lutter pour sa survie. Et pour la première fois, ce peuple va partir de France pour aller au Canada où l’extraction du pétrole est une vraie catastrophe pour la nature. Mais il n’y aura pas que ça. En effet, les Koboltz croiseront la route de trappeurs qui n’hésiteront pas à attraper les animaux mais pas pour les protéger !

Le lecteur va de nouveau être entraîné dans une aventure fantastique portée avec éclat par des personnages plein d’humour, d’idées et d’enthousiasme. Une réelle sensibilisation aux problèmes de l’environnement. On apprend d’ailleurs beaucoup de choses sur les animaux, sur les installations pétrolières. Un tome 2 très instructif et qui donne autant de plaisir que le tome précédent. Les illustrations sont superbes et donnent un réel cachet à ce volume si soigné. Au début du récit, l’auteur fait une brève présentation des Koboltz, suffisamment complète pour attaquer le tome 2 sans avoir lu le premier.

Hors piste, de Sophie Adriansen

Virée à la neige

piste.jpg

Nous retrouvons Marion, l’adolescente héroïne des Grandes jambes, très complexée à l’époque par sa taille. Marion a grandi, elle a quatorze ans. C’est l’année du brevet. Alors que la jeune fille pense aux révisions, ses parents décident de l’envoyer faire du ski dans les Alpes, pendant sept jours dans une colo. Mais le pire de tout, c’est un séjour en parfaite déconnexion, c’est-à-dire, sans téléphone portable. L’horreur quand on sait que sa vie se résume aux garçons et au téléphone ! Inutile de dire que Marion s’attend à passer le pire séjour de sa vie. Et si au final, ce séjour s’avérait plus étonnant et plus enrichissant que prévu.

Sophie Adriansen nous plonge dans le monde de l’adolescence avec ses doutes, les premiers flirts, l’estime de soi, l’image que l’on renvoie aux autres. Une galerie de portraits tous plus différents les uns que les autres qui traduit cette soif de liberté, cette envie de braver les interdits, de devenir adulte avant l’âge. Et puis sujet majeur, montrer que sans téléphone, la terre continue de tourner et plus important encore on peut communique autrement, on s’amuse, on s’intéresse aux autres, on échange, on se découvre. Un tome 2 qui se lit indépendamment du premier.

Les éditions Slalom au Salon du livre de jeunesse de Montreuil

Rencontre avec Aude Sarrazin, l’éditrice des éditions Slalom, une toute jeune maison d’édition, qui manquait jusqu’à présent dans le paysage éditorial !

par Bruno, élève de 4e.

De quand date votre maison d’édition ? D’il y a à peine 1 an et demi !

Votre maison d’édition choisit de publier des ouvrages très différents les uns des autres, pourquoi ce  choix d’une ligne éditoriale si large ? Parce que ce que l’on souhaite, c’est donner le goût de lire à tous les jeunes de 8 à 12 ans, quels que soient leurs centres d’intérêts. Proposer des ouvrages variés permet d’être au plus près de tous nos lecteurs et faire ne sorte qu’ils restent moins devant les écrans !

D’où le nom de votre maison d’édition, Slalom ? Oui, on ne veut pas rester sur une ligne droite, on veut pouvoir proposer de la variété, des séries, des romans, de la science-fiction ou des récits de vie… On ne veut pas d’un chemin tout tracé…

Combien de livres éditez-vous par an  ? Une vingtaine

Et le nombre de tirages par exemplaire ? Ca va de 5 000 à 30 000.

Vous éditez Frigiel. Comment a eu lieu cette rencontre ? Je cherchais à contacter un youtubeur pour proposer un projet d’édition de livres. Le choix s’est rapidement porté sur Frigiel que j’ai contacté par téléphone. Et le projet a pu se réaliser.

Qu’est-ce que vous aimez le plus dans votre métier ? Lire !

Et quel livre de quand vous étiez petite auriez-vous rêver d’éditer ? Des classiques incontournable et fabuleux comme Le Petit Prince ou Alice au pays des merveilles.

Faites-vous des dédicaces ? Désolée, aujourd’hui, je n’ai pas d’auteur qui vient sur le salon pour les dédicaces…

Mais vous, accepteriez-vous de me signer une dédicace ? Mais, je ne suis pas auteur ! On ne m’a encore jamais demandé de signature !

Et qu’est-ce que ça vous fait, votre premier autographe ? C’est émouvant !

Un immense merci à Aude Sarrazin pour son accueil très chaleureux. Nous avons vraiment été ravis de la rencontrer… On ne l’oubliera pas, et on espère que ce sera réciproque. Ce fut pour nous un beau moment. Longue vie à sa petite maison d ‘édition dont les titres ont toujours beaucoup de succès auprès des lecteurs du CDI de collège. Son pari est réussi ! Bravo !

Quart de frère, quart de soeur, 3. Mission spectacle, de Sophie Adriansen

Que le spectacle commence…

Arthur et Viviane, nos quart de frère quart de soeur,  font leur entrée en 6ème, et maintenant qu’ils s’entendent bien et vivent sous le même toit, ils ont bien décidé de ne plus cacher leur amitié ! Arthur va, bien entendu, se présenter aux élections de délégués de classe… et est sûr de gagner … mais ce qu’il souhaite par dessus tout, c’est faire duo avec sa quart de soeur… N’y a-t-il pas moyen de soudoyer un peu les camarades ? Seulement, quand le pot aux roses va être découvert, nos deux amis vont tout faire pour se racheter : retrouver Gaëtan qui a disparu, ou aider à monter un spectacle inoubliable pour le Noël du collège…

Retrouvez avec plaisir nos deux attachants personnages de cette famille recomposée pleine de vie !  Ils n’ont pas du tout le même caractère mais profitent bien de leurs différences pour se compléter et s’entraider… C’est gai, c’est frais.

Un petit bémol cependant sur le message donné au sujet des sapins artificiels qui seraient plus écolo que les véritables… Le débat a lieu chaque année, et rien n’est encore moins sûr. Pour être rentable d’un point de vue émission de carbone, un sapin artificiel devrait être gardé 20 ans, ce qui est loin d’être le cas pour la plupart des familles. D’un autre côté, les producteurs de sapins véritables utilisent souvent le glyphosate, un herbicide reconnu comme probablement concérogène… Bref, si vous souhaitez un Noël au sapin écolo, l’histoire est donc assez compliquée  : préférez une production locale et qui est sensible à l’utilisation modérée des pesticides et herbicides (ça existe près de chez nous, dans le Morvan, avec l’utilisation de moutons de race Shropshire pour le contrôle de l’enherbement !)…

Bon Noël et bonnes fêtes de fin d’année à tous  !