A fond les manettes, de Gép et Edith Chambon

Les dévoreurs de livres d’arsène, les chroniques des élèves du comité de lecture du blog

A fond les manettesA l’école, Elodie rêve du prince charmant ! Lorsqu’elle rencontre Adrien,elle est séduite, sauf que lui, adore les jeux vidéos contrairementà elle. Elle se sent un peu seule ; mais sa copine Sonia, qui adore aussi les jeux vidéos,  lui conseille de s’y mettre pour lui plaire ! Est-ce qu’Elodie va vraiment réussir à séduire Adrien. et Adrien, quant à lui,  va-t-il redescendre un peu sur terre,  décrocher des jeux vidéos et  se préoccuper de son « couple »  ?

Mon avis :

Ce livre est très bien ! Il n’est pas très long, et j’ai beaucoup aimé le style des illustrations. J’aime bien aussi les histoires d’amour, donc le sujet me convient parfaitement … Je recommande vivement ce livre à tout le monde … surtout pour ceux qui ont tendance à jouer un peu trop aux jeux vidéos pour leur rappeler de ne pas risquer de passer à côté de la vraie vie !

Lenny, 12 ans – 5ème, membre des dévoreurs de livres d’Arsène

 

La vie sans portable, de Gép et Edith Chambon

Résultat de recherche d'images pour "la vie sans portable"C’est l’histoire de Sonia une fille de onze ans qui aime Salomé et passe ses journées sur son portable,  même à l’école. Un jour, sa prof de français lui confisque en classe. Comment va-t-elle survivre sans portable ? En parlant avec sa grand-mère,  Sonia comprend que la vie peut aussi être ailleurs.

La collection de ce livre « Graine d’Ados » dont nous avions déjà chroniqués quelques titres a toujours une thématique liée à la vie des adolescents.  Ici, il est question de l’addiction au portable. Si on se passe des écrans, à la place, on peut jouer tout seul ou avec des vrais amis, en direct !  On a plus de temps pour faire du vélo, pique-niquer, écrire de vrais lettres manuscrites, etc.

Dans ce livre, les illustrations sont un peu comme les anciennes photos en sépia. C’est un roman graphique et les illustrations sont présentées dans des cadres, plus comme des photos que comme une bande dessinée. On est moins habitué, mais c’est original.

J’ai une très bonne appréciation sur ce livre et je vous conseille de le lire. Toute la série de livres de cette collection plaît d’ailleurs beaucoup aux élèves de notre CDI.

Image associée

Zinédine, 5ème – 12 ans, membre des dévoreurs de livres d’Arsène

Graines de Charlie, de Gép et Edith Chambon

Nous sommes Charlie

Sonia, jeune collégienne, vit sa vie tranquillement entre ses amis et son amoureux, Salomé. Mais alors qu’ils sont à la cantine, les élèves apprennent la nouvelle des attentats qui ont frappé le journal Charlie Hebdo en janvier 2015. De sa mère, à son amie Zohra ou encore à Salomé, personne ne va réagir de la même manière. Chacun aura une lecture différente non seulement des attentats mais aussi des actions menées les jours qui ont suivi. Au milieu de tout ça, Sonia est un peu perdue et ne comprend pas. Finalement, c’est grâce à l’une de ses initiatives que tout le monde va enfin se retrouver.

Difficile sujet pour dcouv-Charlie_opte la littérature destinée à un jeune public, mais tout comme pour 273 amis, l’auteur n’alourdit pas l’histoire avec un surplus d’informations. Même si ce roman graphique aidera le lecteur à comprendre ou l’amènera à se questionner, cela restera néanmoins de la lecture plaisir. Pour garder cette légèreté, les événements sont vus à travers les yeux de Sonia et ponctués de touches d’humour. Le langage utilisé est celui des jeunes d’aujourd’hui sans pour autant tomber dans la caricature. Après les terribles attaques, chacun s’est indigné. Les adolescents ont soudainement eu plein de questions et d’angoisses sans forcément avoir les mots ni pour les appréhender, ni pour les exprimer. Et pourtant, tous n’ont pas réagi de la même manière : il y avait ceux qui sont Charlie, ceux qui ne le sont pas, ceux qui font la minute de silence et ceux qui refusent.   Alors l’auteur pose la question : Que faire pour continuer à vivre ensemble ? Au lieu d’un « Pourquoi ne réagis-tu pas comme moi ? », plein de reproches, il vaut mieux un « Pourquoi ne réagis-tu pas comme moi ? », curieux et avide de réponses. Car l’essentiel est de comprendre l’autre.

J’avais lu, dans la chronique de Mu, l’éloge qu’elle faisait des illustrations d’Edith Chambon, et, après la lecture de ce nouveau roman, je ne peux qu’abonder dans son sens.

273 amis, de Gép – ill. Edith Chambon

Fesse bouc

Afficher l'image d'origineSonia, 11 ans, est une élève de collège, en classe de 6ème. Malgré son jeune âge, elle a un compte facebook… et un amoureux, Salomé, un beau gosse, super danseur de hip-hop. Le jour où elle va chez lui et s’attendrit de le voir s’occuper de sa petite soeur, elle prend une photo en cachette et la publie sur facebook… C’est le début des ennuis…

Voici un petit roman graphique très agréable qui pourrait faire aimer la lecture à bien des jeunes adolescents ! Le sujet et son traitement sont modernes. Je pense que les jeunes lecteurs sauront s’identifier à ces personnages très ancrés dans notre réalité. Mais, ce n’est pas pour autant moralisateur du tout. Si les jeunes ados ont des comptes facebook avant l’âge autorisé, les adultes en ont souvent un aussi… et ne savent pas forcément bien l’utiliser non plus !  Les idées sont à peine évoquées, survolées… Il n’y a pas de jugement émis et le ton n’est pas pédagogique. C’est justement,  à mon avis, ce qui fait la richesse de cet ouvrage. Une réalité quotidienne sur un ton accessible, léger et efficace. De plus, les illustrations, dans un style « papier kraft », sont agréables, pas du tout « bébé » et dynamiques, avec cette façon de sortir des cadres.

Un livre que je suis ravie de posséder au CDI, et que je pense faire lire à mes élèves avant d’entamer une discussion sur les réseaux sociaux dans le cadre de l’Education aux médias et à l’Information (EMI) : droit à l’image, respect de la vie privée, incidence d’une trop grande consommation des écrans sur le sommeil, etc. Peut-être serait-il judicieux également de le proposer au rallye-lecture… en 6ème ou 5ème ? J’attends le retour des élèves pour en décider ! « Graine d’ados » est une collection qui porte bien son nom avec d’autres thèmes porteurs : la vie sans portable, SOS argent de poche…