Brüssli ou la recherche d’une identité

Brüssli l’enfant-dragon, de Jean-Louis Fonteneau et J. Etienne

Afficher l'image d'origineBrüssli a été élevé par deux villageois. Mais il a des doutes sur ses origines. Il est persuadé que ses parents ne sont pas les siens. Il faut dire qu’il a un physique particulier et qu’il ressemble plus à un dragon qu’à un être humain. Les enfants du village se moquent de lui . Il rêve alors que son père est un roi et qu’il va devenir un combattant !
Il décide donc de partir à la recherche de sa vraie famille. Brüssli va devoir surmonter beaucoup d’obstacles et va rencontrer beaucoup de personnages plus fous les uns que les autres.
En même temps, dans le village, une rumeur circule sur le retour des loups et la présence d’une grosse bête dans la montagne. …

Cette bande dessinée contient trois tomes ( Brüssli le conquérant ; Brüssli le guerrier et Brüssli le bien-aimé) avec en prime, à la fin de l’ouvrage, les planches des dessins de l’illustrateur. Chaque tome marque en fait la progression de ce héros petit par la taille mais qui déploie une énergie féroce pour combattre tout ce qui se dresse sur son passage. Petit à petit, tout au long de son périple, il va prendre confiance en lui et devenir le héros qu’il a toujours rêvé d’être.
Il est entouré de personnages plus déjantés les uns que les autres, hauts en couleur et plein de folie  qui ne vont pas être toujours très efficaces pour l’aider .
L’auteur nous embarque dans une aventure délirante, qui part dans tous les sens, avec une multitudes de personnages fantaisistes : les animaux sont habillés comme des hommes, ils parlent de façon familière, voire grossière mais sans être vulgaires.
Le nom du personnage interpelle déjà le lecteur puisqu’il est constitué d’un jeu de mot qui nous renvoie au célèbre Bruce Lee, acteur, grand spécialiste des arts martiaux, et surnommé le Petit Dragon. Mais notre héros n’a pourtant rien d’un athlète !
Il y a quelques références littéraires, à Alice au pays des merveilles ou à la célèbre partie de cartes à la Pagnol (pour information, Marcel Pagnol, né en 1895, était un écrivain cinéaste et producteur français. Il s’est rendu célèbre notamment avec « Marius » où on trouve la scène mythique d’une partie de jeu de cartes où les personnages utilisent un langage codé pour tricher).

Bref, on ne s’ennuie pas ! Venez vite au CDI découvrir cette série !

Les illustrations sont très colorées et nous font penser aux dessins animés, aux cartoons ce  qui renforce ce côté parfois un peu « fêlé »de l’histoire. Bande dessinée très fraîche, pleine d’humour, rythmée qui plaira aux plus jeunes comme aux adultes.

Un grand merci aux éditions Les Humanoïdes associés pour nous avoir offert le volume intégral regroupant les trois tomes déjà parus !

La magie du monde

Les mondes cachés,  de Filippi et Camboni

Grégoire et sa sœur Chloé vivent avec leur mère et leur beau-père. Ils ont déménagé dans un nouvel immeuble à Paris. Le jeune adolescent est magicien. Il ne supporte pas le divorce de ses parents et encore moins la présence d’un beau-père autoritaire. Et dépité par la situation qu’il ne peut pas changer, il veut renoncer à ses pouvoirs et essayer de mener une vie normale. En fait il se rend compte que la magie ne peut pas apporter une solution à tout.
Sa sœur, quant à elle essaie, de le raisonner en s’efforçant de lui faire comprendre que leurs parents ont pris une décision et qu’il faut faire avec. Magicienne également, elle continue à utiliser ses pouvoirs pour se faciliter la vie. Mais Grégoire et Chloé ne se comprennent plus.

« l’arbre forêt »

Afficher l'image d'originePour échapper à cette triste réalité, Grégoire s’échappe sur les toits pour retrouver son amie Itsuki.
Itsuki emmène un soir Grégoire dans la maison de son grand-père où elle découvre des croquis de son frère disparu.
Mais son amie disparaît à son tour et Grégoire va devoir la retrouver dans le monde magique…
les auteurs nous entraînent dans une superbe aventure très dynamique où se mêlent réalité et monde féérique. Les dessins sont très beaux, très colorés, nous emportent dans la magie d’un autre monde.
Ce récit s’adresse à un jeune public qu’il sensibilise aux problèmes de la famille notamment avec le thème du divorce, de la perte d’un être cher, mais il met également en avant l’importance de l’amitié.

« la confrérie secrète »Afficher l'image d'origine

Au collège, Grégoire fait la connaissance d’Emeline qui lui annonce qu’il est en danger. Des hommes sont à sa poursuite, ils sont déjà dans la cour de l’école. Les enfants se réfugient chez Emeline : en fait Grégoire se trouve face à une piscine qu’Emeline a transformée.

Les dessins sont somptueux et les détails sont soignés. On traverse encore le domaine du fantastique qui est très bien maîtrisé par les auteurs. La course poursuite avec les hommes est très rythmée. En fait , on en arriverait presque à envier ces adolescents : avoir des pouvoirs, se transporter ailleurs on en a tous rêvé !

Enregistrer

Une école pour apprendre à tuer

Five Weapons, 1. L’école des assassins, de Jimmie Robinson

Five Weapons, 2. L’examen qui tue, de Jimmie Robinson

L’école Five Weaponfws n’est pas une école comme les autres : il s’agit ici d’une école d’assassins. Tyler Shainline est nouveau mais sa réputation l’a devancé. Il est en effet issu d’une des plus grandes familles d’assassins qu’il existe. Pourtant, son comportement est assez atypique. Chaque élève de l’école doit choisir parmi les cinq spécialités proposées : bâtons, lames, arcs, armes à feu ou bien armes exotiques (d’où le nom de cette prestigieuse académie, weapon signifiant arme en anglais). Mais le jeune homme refuse, il prétend que la seule arme dont il a besoin, c’est son intelligence. Mais celui lui suffira-t-il pour survivre parmi tous ces apprentis assassins ?

Le pitch de cette bande-dessinée m’avait beaucoup intrigué : que pouvait donner ce Poudlard de l’assassinat ? Je n’ai pas été déçue en me précipitant dessus. Le mélange entre humour, finesse et intrigues est réussi. Les différents complots et secrets tant entre les élèves que parmi les professefw 2urs nous gardent en haleine, tout comme le comportement mystérieux de Tyler. Ma seule crainte avant la lecture : que ce soit un peu gore ou trash, notamment au niveau des dessins, pour des collégiens. Rassurez-vous, il n’en est rien et les graphismes sont même au contraire très colorés.

Petit conseil : L’histoire se déroule sur 4 tomes et il est indispensable de les lire dans l’ordre si vous voulez suivre l’intrigue. Il ne s’agit pas ici d’histoires indépendantes se déroulant au sein de l’école mais bien d’une suite dont j’espère nous pourrons faire l’acquisition des deux derniers opus.