Death note, tome 2. de Tsugumi Ohba, illustré par Takeshi Obata

Résultat de recherche d'images pour "death note 2 manga"Nous retrouvons L, le fameux détective,  dans sa chasse de Kira, alias Light Yagami. La lutte continue, de plus en plus terrible. Les deux hommes ne semblent montrer aucun signe de faiblesse tandis que l’enquête avance péniblement. La zone de recherche diminue et Light doit trouver une solution. Suivez sa quête de monde parfait sans criminel, dans ce tome 2 de Death Note

 

Cette série de mangas, depuis le premier tome, est très intéressant et captivant . Il est difficile de choisir un camp entre les policiers qui veulent faire cesser les meurtres et Light Agami qui veut tuer tous les criminels pour avoir un monde sans violence. On suit donc ces deux personnages dans toute leur complexité. C’est un des meilleurs mangas que j’ai lu. Il sort des clichés habituelle des mangas violents et au vocabulaire pauvre. Cette fois, il s’agit de la rencontre de deux esprits plus intelligents l’un que l’autre. Je recommande chaudement ce livre rapide à lire – et c’est sûrement son seul gros défaut !

Aymeric, 4è – 13 ans, membre des Dévoreurs de livres d’Arsène

Death note, de Tsugumi Oba et Takeshi Obata

Les dévoreurs de livres d’Arsène : les chroniques des élèves du comité de lecture du blog

Death Note

Ecrit  par Tsugumi Ohba et dessiné par Takeshi Obata, Death note est un manga thriller mélangeant le fantasy et l’horror. Il existe également en série animée.

Light Yagami, un étudiant sérieux et compétent, trouve un jour, à la sortie des cours, un carnet nommé « Death Note ». Il découvre que ce cahier appartenant au dieu de la mort Ryuk, a la capacité de tuer toute personne dont le nom est inscrit à l’intérieur.

Le jeune homme décide donc de nettoyer la Terre de tous les malfaiteurs et autres criminels grâce à ce livre. On apprend aussi l’existence de L, un mystérieux détective.

Un combat mortel va alors s’enclencher entre les forces de la police et Light.

Ce manga est très captivant et le suspens ainsi que l’étonnement sont toujours très présents. Assez sombre, il s’adresse plutôt aux lecteurs de fin de collège.

C’est si prenant, qu’à la fin de chaque tome, on a  forcément envie de lire la suite. Mais sachez que le CDI possède uniquement le tome 1.

Léa, 4ème – 13 ans, membre des Dévoreurs de livres d’Arsène

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Bakuman. 1 et 2, de Tsugumi Ohba et Takeshi Obata

Dans les coulisses du manga

Mashiro Moritaka est passionné de dessin depuis qu’il est petit. Son oncle était Bakuchiuchi, c’est-à-dire un « mangaka » de seconde zone. Depuis son décès pour surmenage (ou suicide?), Moritaka n’ose pas parler à sa famille de ses rêves. Mais lorsque Takagi, le meilleur élève de sa classe lui propose de faire équipe en écrivant des scénarios, Moritaka ne peut résister. C’est le début d’un travail acharné pour réaliser un manga d’exception.
Ce manga « shônen », c’est-à-dire qui s’adresse plutôt aux adolescents masculins- est devenu un classique du genre. Pour les non-initiés et pour ceux qui dénigreraient ce genre, il explique tous les rouages de cette jungle éditoriale. Les vrais « mangakas » -dessinateurs de manga reconnus- ne sont qu’une poignée au Japon et sont très respectés. Pour nous, en France, qui n’y connaissons finalement, pour la plupart du temps, pas grand chose, la liste des offres en mangas est un vrai casse-tête ! Très didactique, quasi documentaire, ce manga nous donne donc une grande leçon  : qu’est-ce qu’un mangaka, qu’est-ce qu’un nemus, qu’est-ce qu’une plume 3G, etc. On se rend vraiment compte de la complexité du travail et de la compétition sans pitié que se livrent tous ceux qui souhaitent se faire un nom dans ce domaine.
Une histoire d’amour assez rocambolesque -et là, ça fait très « manga »- vient se greffer dans le projet des deux jeunes, pour apporter une touche romantique au récit.
Des mêmes auteurs que Death note, mais sans baston !

Le CDI possède également le tome 2 : présentation de l’éditeur : « Mashiro et Takagi ont terminé leur première histoire en manga et ils sont plutôt anxieux car ils vont la montrer à la rédaction du célèbre magazine Jump ! Hattori, l’éditeur qui les reçoit, parcourt rapidement leur manga. Est-ce bon signe ? Qu’en pense-t-il et que va-t-il leur dire ?! »