Photos chopées : les images disent-elles la vérité ?, de David Groison

Ouvrons l’oeil

9782330017934A peine quelques années après la naissance de la photographie apparaît la première photo truquée… Eh non, il n’y a pas que photoshop qui est en cause ! Le jeu de mot du titre est une excellente entrée en matière pour une réflexion sur la manipulation à laquelle tout un chacun est exposé  chaque jour de la part des médias. Les images disent-elles la vérité ?  C’est la grande question, et elle a toujours été d’actualité ! Au XIXème siècle, un portrait du président des Etats-Unis, Abraham Lincoln a été truqué afin de le montrer dans une posture plus héroïque… Et depuis, ces manipulations ne se sont jamais arrêtées… Leur but ? Faire disparaître personnages ou objets compromettants, masquer la vérité comme outil de propagande, valoriser des faits, rendre l’image (de l’autre ?) plus esthétique. Après quelques exemples précis, l’ouvrage s’attache à partir d’un exemple d’une photographie de François Hollande, alors en campagne électorale, à montrer une dizaine d’images différentes réalisées grâce à des trucages (changer les contrastes, modifier les tailles, les textes, etc). Maintenant, la question cruciale reste : peut-on publier des photos modifiées dans la presse d’actualité sans que cela nuise à l’information fournie au lecteur ? La déontologie du journaliste n’est-elle pas alors mise en cause ? Et peut-on continuer à croire que les photos rendent compte de la réalité lorsque l’on sait qu’un seul changement d’angle de vue fausse déjà la perception d’une image, mais qu’il est possible de faire bien plus avec le numérique ? J’avais entendu parler il y a quelques semaines d’un prix refusé à un photographe qui avait gommé un pied qu’il trouvait inesthétique sur un terrain de sport (mais je ne retrouve plus le lien, quelqu’un peut-il m’éclairer ?).  Un début de conscience professionnelle ?

Un livre documentaire riche en exemples et abondamment illustré qui permet de donner des pistes simples et un premier éclairage sur le décryptage de l’actualité et sur la manipulation des images à laquelle on est confronté quotidiennement parfois sans le savoir… Un petit ouvrage instructif et très abordable à acquérir dans tous les CDI et que l’on peut recommander sans complexe aux élèves dès la 3ème.

Enregistrer

(RE) – PLAY !, de Jean-Philippe Blondel

Re-play_1363On recommence ?

Francis, le documentaliste du lycée, annonce la visite prochaine de Franck Ménart, critique de rock très connu. A cette occasion, les groupes musicaux de l’établissement pourront interpréter une ou deux chansons. Seul, Benjamin ne participe pas à l’effervescence qui gagne tous les lycéens. Il faisait partie d’un orchestre avec Mathieu, Max et la chanteuse Clara mais le groupe a explosé. Et, si pour la venue de Franck Ménard, on pouvait oublier les conflits et recommencer…

 

Benjamin est en terminale, sa passion c’est la musique, la musique qui l’a rapproché de son ami Mathieu.Leur groupe musical était tout pour eux mais, pour une histoire de fille forcément, tout s’est terminé, la musique, la belle amitié. Il nous raconte sa vie maintenant, sans le groupe, sans les autres et il revient sur ce qui a provoqué la rupture. Benjamin est attachant, il est plein d’incertitudes et voudrait être reconnu. J’ai vraiment aimé le personnage de Max, le batteur imperturbable et, surtout, Francis, vieux documentaliste mais également fan de rock.

La coloc, de Jean-Philippe Blondel

La coloc

Vivre ensemble

La grand-mère de Romain est décédée récemment, elle laisse en héritage un appartement en plein centre ville. Ce jeune garçon de 16 ans, pensionnaire au lycée voisin, supporte difficilement les obligations de l’internat. Pour lui, l’occasion est trop belle, il propose à ses parents d’occuper les lieux avec deux colocataires. Après un refus catégorique de sa mère, l’idée fait son chemin et, alors que la rentrée approche à grands pas, Romain, Rémi et Maxime s’installent dans un quotidien qui va bouleverser leurs certitudes et les responsabiliser bien plus qu’ils ne l’auraient imaginé.

Ce roman aborde les soucis propres à l’adolescence : les difficultés scolaires, l’estime de soi, le rapport aux autres, les premières histoires d’amour et les conflits avec les parents. Le lecteur assiste aux négociations menées par Romain pour persuader ses parents puis aux difficultés rencontrées dans le quotidien matériel des trois amis. Le vivre ensemble n’est pas évident surtout quand les caractères sont totalement différents : chacun doit faire des concessions et ce n’est pas simple.
Ce début d’indépendance et de mise en responsabilité ressemble à la vie avec des moments de bonheur, de tristesse, d’inquiétude et d’interrogation.

Que devient Romain pendant ses vacances ? A la rentrée en septembre en classe de terminale ? J’aimerais lire la suite …

 

Les enquêtes de la main noire, de Hans Jürgen Press

Club des cinq

Les membres de la Main Noire -quatre enfants et un écureuil apprivoisé- sont à la poursuite de malfaiteurs et viennent ainsi en aide aux policiers. Chacune des 64 double pages permet de progresser dans les différentes enquêtes : à gauche le texte et à droite l’image avec à chaque fois un indice à y trouver. Les illustrations en noir et blanc très denses permettent de travailler l’observation. Il faut chercher, déduire. On peut inscrire sa réponse dans un cadre prévu à cet effet en bas de chaque page… Et la réponse se trouve dans le texte de la page suivante. Les énigmes sont assez faciles et intéressantes ce qui permet même aux faibles lecteurs de lire sans s’en rendre compte. Une excellente initiation au roman policier, ludique et de qualité, dès la maternelle et jusqu’en 6ème !
L’auteur de cet ouvrage, écrivain et illustrateur allemand de livres pour enfant, a travaillé pour la caricature de presse. Ce livre a eu un vif succès en Allemagne, et je vous conseille de le découvrir.

Bacha Posh, de Charlotte Erlih

Le genre en question

Farrukh, 15 ans, a un rêve dans la vie : se qualifier pour l’épreuve d’aviron aux prochains Jeux Olympiques. Mais lorsque l’on vit à Kaboul (Afghanistan) et que l’on s’entraîne avec du matériel plus vieux que soi, les espoirs sont minces. Plus minces encore lorsque son terrible secret est sur le point d’être révélé…

Parce que Farrukh n’est pas un ado comme les autres. C’est une « bacha posh », une fille élevée comme un garçon par sa famille qui n’a pas eu de fils. Mais voilà, avec la puberté, la jeune fille doit reprendre la place qui est la sienne : celle de la parfaite femme d’intérieure, cachée derrière sa burka… Bien entendu, son équipe n’est pas au courant de la supercherie et tous les membres la prennent pour un garçon depuis toujours, même son meilleur ami Sohrab, avec qui Farrukh partage tout.

Pour l’adolescente, pas question de renoncer à ses rêves et à la liberté. Après s’être laissée mourir à petit feu face aux horribles conventions sociales afghanes, elle va se rebeller.

J’ai adoré ! Voilà un texte puissant, très bien écrit. Il relate le quotidien terrible de ces fillettes qu’on fait passer pour des garçons, auxquelles on laisse goûter à la liberté avant de la leur reprendre à la puberté. Peut-être un peu manichéen ou caricatural dans le sens où tous les garçons afghans sont présentés comme des machos en puissance, dénigrant les femmes, ce roman a le mérite d’aborder un sujet sensible et de présenter une culture que nos adolescents européens connaissent peu. Ils pourront donc découvrir le clivage ou plutôt le fossé entre la vie d’un homme et celle d’une femme en Afghanistan, mais aussi s’interroger sur la fameuse question du genre qui fait tant polémique actuellement. Vit-on différemment dans la peau d’une fille ou d’un garçon ? Ressent-on les mêmes choses ? En filigrane, le texte pose aussi la question délicate à cet âge de l’homosexualité. Très franchement, je n’ai pas été déçue et le livre et son auteur méritent bien les prix NRP 2013 et Sésame 2014 qui leur ont été attribués. Gros coup de coeur !!

Blog, Jean-Philippe Blondel

Blog

Mon père, mon blog et moi

« Putain de merde ! » C’est par ces trois mots que le narrateur, un ado de 16 ans, commence son histoire. Et pour cause ! Il est furieux, révolté, dégoûté : son père est allé lire son blog ! Et pas qu’une seule fois ! Et pas par hasard ! Il l’espionnait en fait ! Ce blog, c’est comme son journal intime : il y parlait de tout sans s’imaginer que ses parents pourraient un jour tomber dessus. Que des anonymes le lisent, il s’en fout, mais pas ses parents !!! Il se sent « violé », comme mis à nu et décide de ne plus adresser la parole à son père.

Si vous pensez lire un livre sur les dangers d’Internet et compagnie, détrompez-vous ! Car, d’après moi, il y est bien plus question des relations père-fils !  En effet, cette crise va finalement leur permettre de se découvrir l’un l’autre. Le narrateur, qui reproche si souvent à son père de ne pas le comprendre, va en fait se rendre compte que lui-même n’a jamais essayé de comprendre son père. Il y est aussi question du passage à l’âge adulte, de nostalgie et des rêves d’adolescents si nombreux mais si vite oubliés…. Un livre que je recommande aussi bien aux enfants qu’aux parents !