Le gentil petit diable et les autres contes de la rue Broca, de Pierre Gripari

Au 69 rue Broca..

diable.jpg

Pierre Gripari prend un grand plaisir à détourner les caractères des personnages. Les niais ne sont pas aussi bêtes qu’ils y paraissent et les méchants peuvent avoir du cœur. Bref, les codes sont bouleversés, les personnages sont révélés sous de nouveaux visages. Pierre Gripari nous présente six contes qui permettent de retomber en enfance pour certains ou de découvrir des classiques pour d’autres. Des contes qui font partis des Contes de la rue Broca et qui mettent en scène, entre autre, un gentil petit diable qui habite l’enfer et qui a le malheur de ne pas être méchant. Il veut faire du bien autour de lui, au grand dam de ses parents. Au fil de la lecture, nous ferons la rencontre d’une patate bien singulière puisqu’elle va tomber amoureuse, nous irons sur une île lointaine chez le prince Blub qui a l’intention depuis toujours d’épouser une sirène et nous croiserons le chemin du cochon qui a avalé l’étoile polaire. Autant de personnages que de situations fantaisistes. Alors, si vous aimez l’originalité, l’imaginaire, les belles morales et l’humour, faites un détour par la rue Broca !

Les contes du chat perché, de Marcel Aymé

 La ferme enchantée…chat

Je ne peux pas commencer cette chronique sans vous faire part du sentiment qui m’enveloppe rien qu’à l’évocation du titre. Me revoilà plongée dans mes années collège, en 6ème. Les contes du chat perché a été la première œuvre étudiée en classe, une belle rencontre avec Delphine, l’aînée, et Marinette, la blonde. Deux sœurs qui ont «le pouvoir» de discuter avec des animaux dotés de la parole. Et ce petit détail n’a l’air d’étonner personne. Les parents détestent les bêtes et sont très sévères avec leurs progénitures. Les deux fillettes ont un chat Alphonse, qui sera une carte maîtresse pour elles dans les moments difficiles. Alors qu’elles ont cassé un plat, elles sont envoyées chez leur tante, une femme odieuse, méchante. Alphonse, qui d’un passage de patte derrière les oreilles déclenche la pluie, va provoquer un véritable déluge pour qu’elles repartent chez elles. Mais ce changement de temps va détruire les récoltes et les parents qui rendent le chat responsable, veulent le noyer. Alphonse va souvent mettre en garde les fillettes mais elles soupirent en se disant qu’à l’écouter, elles ne feraient jamais rien. Parfois, il est de bon ton de tenir compte des conseils. Tous ces animaux qui peuplent la ferme, vivent dans la crainte de passer à la casserole. Ils changent au fil des contes, certains partent, meurent ou sont mangés. Ils n’hésitent pas à aider Delphine et Marinette et vont même les remplacer dans leurs taches. En effet, les enfants vont à l’école mais doivent participer activement aux travaux de la ferme. Pourtant, elles préfèrent s’amuser avec les animaux, ce qui n’est pas du goût des parents.

Les Contes du chat perché regorgent d’humour. Les animaux parlent et peuvent dialoguer avec les humains. Les situations sont cocasses dès que les parents s’absentent. La ferme familiale devient alors un terrain de jeu, un vrai théâtre. Delphine et Marinette sont pleines d’imagination, ce qui parfois leur joue des tours. Marcel Aymé, sans être moralisateur, transmet des messages sur la justice, la différence, la nature, la tolérance envers les animaux, avec des enfants plus à l’écoute que les adultes. On notera aussi que souvent dans les contes, tout est beau, mais là l’auteur montre aussi que la vie n’est pas si simple. L’écriture est facile à comprendre, amusante et s’adresse autant aux enfants qu’aux adultes.

Ces nouvelles réunies dans ce recueil sont parfois divisés en deux tomes : Les contes rouges du chat perché et Les contes bleus du chat perché.

Les lettres de mon moulin, de Alphonse Daudet

Le moulin de mon coeur

moulin.jpg

Les lettres de mon moulin est un recueil de nouvelles. Ce sont de jolies petites histoires qui portent haut la Provence et d’autres régions parcourues, qui parlent des hommes, de la nature, de la vie tout simplement. Alphonse Daudet a quitté la capitale pour s’installer en Provence. Il a acheté un moulin en ruine, dans la vallée du Rhône. C’est un moulin qui trouve grâce à ses yeux et qui deviendra son lieu de vie, son lieu d’inspiration à ses travaux de poésie. Au fil des pages, les anecdotes se succèdent, des récits prennent vie en mêlant tendresse, mélancolie ou malice. De La chèvre de monsieur Seguin au Curé de Cucugnan en passant par La mule du Pape, Alphonse Daudet nous emmène faire de belles promenades ensoleillées qui sentent bon la garrigue, à la rencontre de gens ordinaires. Un vrai régal de rêve et de magie qui entoure les gestes simples de la vie. Un voyage dans le temps plein de sensibilité qui mérite le détour. Un beau retour sur des souvenirs d’enfance pour tous ceux qui comme moi ont étudié ce recueil au collège.

Alphonse Daudet se pose ici en beau conteur, près duquel on prendrait plaisir à s’asseoir, comme dans les soirées d’antan.

Un classique de la littérature française qu’on aura plaisir à découvrir ou à redécouvrir.

Le pays des contes, de Chris Colfer

tome1.jpg

Le sortilège perdu

Les trois tomes de la série « Le pays des contes » retracent les aventures de  Conner et sa soeur Alex, des jumeaux de 12 ans. Pour leur anniversaire, leur grand-mère leur offre un livre ancien, Le pays des contes. Des histoires qu’elle leur lisait quand ils étaient petits. Mais quelques jours plus tard,  le livre semble s’animer et aspire les enfants dans un monde parallèle. A partir de ce moment, ils vont traverser un univers où les contes  vont devenir réalité. Mais à un détail près, les héros des histoires vont être détournés de  leur vraie nature, ils n’auront pas la vie qu’ils pensaient avoir. Ainsi, le chaperon rouge n’a plus peur du loup, Boucle d’or est une vraie peste… Alex et Conner vont rencontrer des personnages qui ont tous leurs problèmes comme n’importe quels humains. Ce monde féérique est aussi amical qu’impitoyable. Bien que le voyage semble plaisant, Alex et Conner vont devoir songer à rentrer. Mais pour espérer retourner auprès de leur mère, les enfants seront dans l’obligation de rassembler huit objets particuliers.

On reste dans la fiction  mais du coup, les protagonistes sont plus réels. Alex et Conner sont de grands fan de contes qu’on découvre à travers leurs yeux. Ils sont émerveillés et nous partageons sans retenue leur enthousiasme. La vie ne les a pas épargnés, leur père est décédé un an plus tôt et leur maman doit travailler dur pour les élever, donc cette évasion va chambouler leur vie de belle manière. Une grande aventure s’ouvre à eux, une aventure au cours de laquelle ils vont découvrir que leur père venait des pays des contes avant de se marier. Ils sont donc les enfants des deux mondes.

Chris Colfer respecte les « vrais contes », il en a fait quelque chose d’original  en écrivant ce qui arrive aux personnages après ce qu’on connaît déjà d’eux. Un récit enchanteur, un véritable retour en enfance.

tome3.jpg

Le sortilège perdu est suivi de Le retour de l’Enchanteresse et de L’éveil du dragon disponibles au CDI.

 

Contes et légendes de Paris, de Tristan Pichard et Loïc Trèhin

Si Paris m’était conté…

paris.jpg

Onze contes qui nous font traverser l’Histoire de Paris, tantôt des faits drôles tantôt des faits effrayants. On y murmure même que la Tour Eiffel a failli être vendue ….Chaque époque a eu son lot de légendes. Que de mystères et rêveries accompagnent maintenant les visiteurs, loin de soupçonner qu’ils foulent des pavés marqués jadis par le passage de gens célèbres, de vauriens qui ont tous contribué aux contes et légendes de Paris : des riches et des pauvres qui se sont croisés, empruntant les mêmes rues, partageant le même air mais ne vivant pas dans le même monde. Quel est ce monstre qui hante les couloirs du futur Palais Garnier et dont la démence va perpétrer une série de crimes, qui laissera à jamais son empreinte dans ce bel édifice ? Un conseil d’ami, évitez la rue des Marmousets, il n’y fait pas bon s’y attarder…

Plongez-vous en compagnie de Geneviève et Denis dans les abîmes de Paris, Paris la belle, Paris la mystérieuse. Ils évoquent différents récits tous étonnants voire irréalistes qui vous entraînera dans une folle promenade à travers les dessous de la capitale.

Mythes du monde entier illustrés, Collectif – ill. Anja Klauss

Il était une fois la vie

mythes.jpg

L’homme a inventé des histoires pour trouver des explications aux choses de la vie. Pour nous faire comprendre ce qui nous entoure, des fables et des mythes ont été créés partout dans le monde. Au fil du temps, ces contes ont évolué et sont restés très captivants.

Mythes du monde entier illustrés nous livre dix-huit de ces contes qui évoquent tous une partie de l’origine de la vie. Comment sont arrivées les saisons, comment les animaux ont été choisis pour représenter chaque nouvelle année chinoise, l’origine des vents ?

Ce livre est magnifique avec de superbes illustrations colorées, une couverture « matelassée » qui donne du cachet à l’ouvrage. Une réelle invitation au voyage de l’Afrique au Japon, en passant par l’Irlande, le Brésil, l’Australie ! Un beau moment de lecture à partager sans modération.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

La Reine des Neiges, de Hans Christian Andersen

 A la recherche de Kay

image couverture la reine des neiges hans christian andersen castor poche flammarion jeunesseGerda et Kay sont des enfants, une petite fille et un petit garçon qui vivent dans deux mansardes situées l’une à côté de l’autre. Leur vie est rythmée par le changement des saisons, l’hiver et le printemps. Kay et Gerda passent leurs journées ensemble dans un petit jardin. Ils ne sont pas frères et sœurs mais ont une complicité similaire. Un jour, alors que les deux enfants regardent un livre d’images, le petit Kay sent un bout de verre lui rentrer dans l’œil. C’est un morceau du miroir du Diable qui fait ressortir tout ce qu’il y a de mauvais chez les gens. A partir de ce moment, Kay va changer de comportement. Il décide, un jour où il neige, d’aller sur la grand-place avec son traîneau jouer avec les autres garçons. Un événement se produit, un grand traîneau peint en blanc conduit par un personnage recouvert d’une épaisse fourrure d’une blancheur éclatante apparaît, c’est la Reine des Neiges. Elle emmène Kay avec elle et lui glace le cœur de façon à ce qu’il ne se rappelle de rien, même pas de Gerda. Inquiète de ne pas le voir revenir, Gerda attend le printemps pour aller à sa recherche. Elle va s’aventurer dans des lieux inconnus et fera la rencontre de plusieurs personnages lors de son grand voyage qui l’aideront dans ses nombreuses péripéties pour retrouver le petit Kay.

La collection Castor Poche des éditions Flammarion nous propose une nouvelle édition des contes les plus célèbres avec de belles illustrations qui les font revivre. Les contes de Hans Christian Andersen sont toujours agréables à lire et nous font voyager dans notre enfance. Pour tous les amateurs du film adapté par Disney, je vous conseille vivement de lire l’histoire originale écrite par Hans Christian Andersen bien plus poétique et qui apporte un véritable éclairage sur l’origine de La Reine des Neiges ! A lire, relire, découvrir, raconter, écouter à partir de 3 ans !