Les contes du miroir, de Yak Rivais

comi

Des contes tout chamboulés

Des sorcières se sont glissées entre les pages, les contes se sont alors déformés devant un miroir d’énigmes, de jeux de mots en tout genre. Les contes du miroir est une réécriture de contes classiques, un jeu d’écriture bluffant. Jugez par vous même : Cendrillon est raconté en commençant par la fin, dans le Paysan et le diablotin, le troisième mot contient le nombre de syllabes contenues en additionnant les syllabes du premier et du second mot et ainsi de suite, La cigale et la fourmi est en verlan, dans La petite poule rousse tous les passés simples sont faux, Le chat botté est raconté en rébus et dans Le moulin magique, les débuts de ligne vont de A à Z alors que la fin va de Z à A. Incroyable non?

A chaque début de récit, le lecteur, qui sait à quoi s’en tenir grâce à une note de l’auteur, part à l’aventure. Il devient alors un explorateur des mots, le conte devient alors une carte aux trésors. Que l’aventure commence, pleine d’humour et de fantaisie ! Avec Yak Rivais aux commandes, le voyage n’en est que plus magique.

Ce livre met la langue française sens dessus dessous et peut vraiment servir de support pour des ateliers d’écriture en milieu scolaire. Par contre, je pense que pour les plus jeunes, la lecture de certains contes nécessitera un accompagnement à la compréhension.

Contes à l’envers, de Dumas et Moissard

Pagaille chez les héros !

cont.jpg

Un régal, un beau voyage à travers 5 contes revisités. Philippe Dumas et Boris Moissard gardent la trame des histoires que l’on connaît, mais les modernisent, les mettent en quelque sorte au goût du jour. Et je dois dire que le cocktail est plutôt bien réussi. Blanche-Neige mastique la pomme empoisonnée, allongée sur une serviette, dans la pelouse, le Petit Chaperon bleu marine veut devenir un super héros, quitte à sacrifier volontairement sa grand-mère, la fée Mirobola aux dons bien particuliers va sauver des enfants maltraités … et que dire de la Belle aux Bois bruyants qui n’arrête pas de danser, après s’être piqué le doigt sur la pointe d’un électrophone. On finit notre route en Boursoulavie occidentale où la population ne sait plus dans quel sens marcher.

Contes à l’envers est divertissant et met une joyeuse pagaille dans les récits traditionnels. Le caractère des personnages est détourné de l’original, pour certains il est plus affirmé. Le contexte est plus actuel. L’humour est au rendez-vous bien que les thèmes traités comme l’amour, l’égalité hommes/femmes, l’argent, la maltraitance soient sérieux. Les illustrations en noir et blanc renforcent ce côté déjanté. Des petites parodies qui sont tout public et qui constituent un bel hommage aux contes classiques.