Plastique apocalypse, de Arthur Ténor

SOS, Terre en détresse…..

plas.jpg

Un scientifique a mis au point une invention dans le but d’éliminer tous les déchets plastiques de la surface de la Terre. Un moment historique que Richard Buttler, le président de Bio Tech Ingénierie, s’empresse de partager lors d’une émission télévisée, transférée pour l’événement dans une salle de recherche du laboratoire de la société. Dimitri Karadine, le chercheur, a inventé une bactérie dévoreuse de matière plastique : le Plastivorax. Ce germe est conçu pour tout engloutir, se multiplier et se désagréger en quelques minutes, une fois rassasié. Une démonstration est réalisée en direct, c’est l’euphorie ! Cependant à aucun moment quelqu’un a pensé que le Plastivorax pouvait résister à la mort programmée. Quelques jours après la diffusion de la nouvelle, un incendie a détruit le laboratoire de recherche, un airbus s’est abîmé en mer avec à son bord Richard Buttler. Dimitri est effondré. Dans la soirée, son fils Alexandre remarque un fait étrange, le clavier de son ordinateur se ramollit, puis finit par fondre. Dans le salon, la télévision est presque toujours allumée. Une image se fige alors sur un site industriel, duquel s’élève une forte fumée grise. C’est la centrale nucléaire de Nogent-sur-Seine qui est prête à exploser ! Triste réalité où la nature a pris le pas sur l’Homme. En effet, le Plastivorax s’est étendu, attaquant tous les circuits électriques, ce qui  entraîne des explosions et des incendies à répétition. C’est le chaos, une panique générale s’empare de la population. Tous les réseaux de communication sont coupés, la circulation terre, mer et air est inexistante. La planète entière attaquée par la bactérie est paralysée, les scènes de pillage se multiplient, les gens se piétinent, se battent. C’est la loi du plus fort qui l’emporte, les hommes deviennent des barbares. La civilisation est anéantie… Le mode de vie actuel est le seul responsable de cette catastrophe planétaire. Le Plastivorax arrêtera sa progression quand il n’aura plus rien à se mettre sous la dent, quand il n’y aura plus sur son passage de matériaux à base de pétrole, quand il n’y aura plus rien contenant du plastique. Tout ce qui fait le confort des humains, leur petit bonheur matériel de tous les jours, tout disparaît  ! C’est une véritable descente aux enfers. L’homme a orchestré sa propre perte, sa disparition. Toujours innover, toujours aller plus loin, s’enrichir, STOP DANGER ! Une société de consommation toujours avide de nouveautés, du gâchis, des déchets, la pollution… Que va-t-il advenir de cette population qui essaie de survivre, d’échapper à la bactérie ? Trente ans après ce cataclysme, Alexandre est à son tour papa. Il a survécu. Et il repense à sa vie d’avant : Internet, la télévision, une vie à 100 à l’heure, les réseaux de communication de plus en plus performants, la pollution, une surconsommation, avoir toujours plus et mieux. Et là que reste t-il ? Un grand retour en arrière s’est opéré. Plus de véhicules à moteur, plus de télévisions ni d’internet. Une nouvelle ère est née. L’air est frais, respirable, on utilise les énergies renouvelables, le soleil, on réalise ses propres plantations, on n’a plus d’écrans, on lit. On respecte la nature, l’environnement, on se passe du pétrole. On construit un nouvel avenir, on retourne aux vraies valeurs. La terre ne doit plus être une poubelle, il faut en prendre soin pour qu’elle dure. Il faut tirer des leçons des erreurs du passé, pour construire un avenir sain.

Dans Plastique apocalypse, Arthur Ténor aborde le thème de l’écologie en soulignant l’importance des comportements individuels et collectifs des hommes. L’écologie doit être notre cheval de bataille. Une prise de conscience collective est nécessaire pour préserver une planète en danger. Cette histoire est poussée à l’extrême, le début peut paraître un peu lourd mais il nous met devant une évidence : l’Homme est un danger pour lui-même, défiant constamment la nature qui reprend ses droits dans la douleur. Faut-il une catastrophe pour que chacun puisse enfin comprendre qu’agir pour le bien-être de la planète est indispensable à notre survie… Imaginez la cellule de crise qui s’installe déjà dans votre cuisine quand votre ami du quotidien, le micro-onde vous lâche au moment de chauffer votre café du matin. Et surtout, quand il faut faire appel à l’artillerie lourde qu’est la casserole !!! C’est la panique, on rage, à peine si encore on sait se servir de ladite casserole. C’est triste quand même. Réfléchissez bien à votre comportement du quotidien, si un jour il fallait renoncer à tout ça, pour le bien-être de l’Humanité, pour sa sauvegarde. Un Plastivorax peut à tout moment surgir….

Boulard en mode surdoué -tome 4- de Mauricet, Erroc

Boulard le rebelle flegmatique

boulard.jpg

Thierry Boulard est un ado mais aussi le plus mauvais des lycéens. Il n’arrive pas à avoir son bac donc refait sans cesse une année. Une catastrophe ambulante, avec une dégaine atypique : casquette rouge à l’envers vissée sur le crane, mèche blonde rebelle. Mais ce qui étonne tout le monde c’est qu’il a été diagnostiqué surdoué par la psychologue scolaire! Surdoué de quoi, on se le demande ! Mais difficile d’assumer ce nouveau statut de génie, lui qui est la honte  de ses parents, qui ne supporte pas son petit frère. Boulard est au bord du gouffre mais il tient grâce à l’amour qu’il porte à Chloé, sa petite amie qui a quitté le lycée pour la fac.

Boulard en mode surdoué est une succession de petites scénettes « gentillettes ». Les illustrations colorées et déjantées donnent du rythme aux histoires. Une couverture amusante. Je ne connais pas les tomes précédents mais ce tome 4 me laisse quelque peu sur ma faim. Les gags sont bien construits mais m’ont fait juste sourire. Je n’ai pas accroché. On suit Boulard en dehors de son lycée ça rappelle un peu la série Soda avec Kev Adams qui incarne cet ado fâché avec les études. Mais je n’enlèverai pas le plaisir de retrouver cette bande dessinée aux fans de Boulard.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Bleu pétrole, de Gwénola Morizur, ill. Fanny Montgermont

Marée noire

bleu-petroleAvez-vous déjà entendu parler du naufrage de l’Amoco Cadiz ? C’était en 1978. Ce pétrolier s’échouait sur les plages de Bretagne et déversait 220 000 tonnes de pétrole brut sur près de 400 km de côtes… Une catastrophe écologique sans précédent.

Cette bande dessinée retrace cet événement à travers les yeux de Bleu, la fille du maire. A l’histoire d’actualité se mèle l’histoire familiale, une famille de paysans dont le père est devenu maire d’une petite commune bretonne, Ploudalmezau, et a décidé de se battre jusqu’au bout contre les autorités, contre la firme américaine, propriétaire  du chargement du pétrolier. Un procès qui dura 14 ans et qui fut le premier grand procès en environnement « et se solde par une victoire historique, même si les indemnisations perçues quinze ans après la pollution ne sont pas à la hauteur des dommages subis. Ce combat démontre surtout l’intérêt de l’action collective et met fin à l’impunité des pollueurs ».

Une histoire légèrement romancée mais qui prend appui sur des témoignages forts d’une famille  qui vécut les événements de l’intérieur, recueillis des années plus tard par la petite fille, scénariste de cette bande dessinée. Un point de vue intéressant et un parti pris de mélanger sciemment l’Histoire avec l’histoire des hommes.  La détermination, le courage sans faille de ce jeune maire qui fit de ce combat le combat de sa vie est exemplaire et donne une vraie leçon de vie mais ce point de vue est également mis en parallèle avec l’histoire du fils parti en Afrique dans l’humanitaire et qui ne comprend pas forcément l’intérêt de cette bataille, ce qui apporte une nouvelle profondeur au récit. Les illustrations tout en douceur  et très réalistes sont tout à fait adaptées à cette histoire et une très belle double page sur le naufrage du navire attire particulièrement l’attention. Un dossier très intéressant « Aux origines de l’histoire » sur l’élaboration de l’ouvrage et sur les faits  et les étapes du procès  complète le récit.

Depuis, il y eut deux autres très grosses marées noires : l’Erika en 1999 et le Prestige en 2002.

Enregistrer

Les soucis d’un Sansoucy, tome 3. Surprise, de Yvan DeMuy

Les dévoreurs de livres d’Arsène : les chroniques des élèves du comité de lecture du blog

Les soucis d’un Sansoucy, tome 3. Surprise, de Yvan DeMuy

surprise.jpg

Lau, comme d’habitude « sans-aucune-chance », se fait garder deux jours par Charlotte, sa demi-soeur. Mais celle-ci, méchante, décide de ne pas s’occuper de lui et de l’enfermer dans sa chambre. Jusqu’à ce que l’oncle Cnrad arrive avec sa femme. L’oncle commence à raconter une de ses histoires extraordinaires puis propose à Lau de partir dans son château pour pêcher. Lau peut emmener avec lui deux amis : il choisit Charles Lee et Marie-Pier. Quand Lau et ses amis arrivent sur place, ils sont déçus par ce qu’ils voient… Bonjour la partie de pêche !!!

Le livre est très simple à lire avec beaucoup d’illustrations bien faites et aussi très marrantes ! Les prénoms des personnages sont bien trouvés.

Diego, 12 ans – classe de 5ème, membre des Dévoreurs de livres d’Arsène

Et la chronique de mumu58 :

Une folle partie de pêche

Super ! Lau va pouvoir rester à la maison, les professeurs ont deux jours de réunions, deux journées pédagogiques. Une joie de courte durée car en l’absence de ses parents, c’est Charlotte sa demi-sœur hystérique qui va le garder. Quelle poisse ! Alors, le petit garçon imagine plein de petits stratagèmes qui pourraient éloigner sa sœur. Mais rien ne marche, tout tourne en catastrophe et met Charlotte dans une colère noire. Programme des deux jours : rester dans sa chambre. Alors qu’il ne s’y attendait pas, oncle Conrad arrive avec sa nouvelle femme et propose à Lau de l’emmener pêcher. Il peut même inviter ses copains Charles-Lee et Marie-Pier. Sauvé !!!!Les trois amis partent donc pour une expédition de deux jours qui va se révéler être un moment inoubliable et plein de …catastrophes.

Une nouvelle histoire très drôle, des illustrations déjantées, à chaque page, qui pourrait assimiler ce tome à une bande dessinée.

Nos jeunes lecteurs vont se régaler avec ces trois tomes. Ce petit garçon est infatigable et malgré toutes ses bonnes volontés, rien ne va comme il veut.

Redécouvrez les ouvrages des éditions slalom que nous vous avons présentés en suivant le lien :  https://lecoinlecturedarsene.wordpress.com/tag/editions-slalom/

avec des livres qui savent vraiment parler à nos lecteurs ! Un grand merci à eux pour leur soutien à notre projet pédagogique.

Enregistrer

Enregistrer

Les soucis d’un Sansoucy – tome 1, la honte, de Yvan DeMuy

Une rentrée scolaire mouvementée

saznsoucyla honte.jpg

Laurent rentre au CM1.  Une nuit mouvementée à la veille de la rentrée comme doivent en connaître beaucoup d’écoliers… L’angoisse de la rentrée… Mais pour Lau, c’est encore autre chose. Il faut dire qu’à chaque fois c’est la cata. Lau est tellement étourdi qu’il provoque des catastrophes et, forcément, tout le monde se moque de lui. Même son chien Pot-de-colle qui n’en peut plus y va de ses commentaires. Mais cette année, va savoir pourquoi, le premier jour de classe devrait être différent. Le petit garçon en est persuadé, il a une arme secrète.

Découvrez vite le secret de Lau qui va changer radicalement sa vie. Un petit garçon très drôle et super attachant, une sœur hystérique, des copains hors norme et une malchance récurrente. Bref, c’est très compliqué pour Lau qui nous raconte tout ce qui lui arrive avec beaucoup d’humour.

Le récit est amusant, plein d’énergie, les illustrations sont superbes, très expressives. Lau étant le narrateur, l’histoire en est que plus dynamique.

Enregistrer

Enregistrer