Les filles au chocolat, 5. Cœur Vanille, de Cathy Cassidy

Les dévoreurs de livres d’Arsène, les chroniques des élèves du comité de lecture du blog

Les filles au chocolatLes filles au chocolat - tome 5 Coeur vanilleHoney est partie rejoindre son père en Australie. Mais là, surprise ! Elle qui s’attendait à avoir son père pour elle toute seule et une école pour filles, elle découvre une belle-mère parfaite, une école mixte très stricte et un uniforme horrible ! Sa « nouvelle vie » commence très mal ! Lorsqu’elle commence à se faire des amis et à s’habituer à son nouveau pays, une mystérieux personne commence à pirater son compte SpiderWeb.

J’ai adoré ce livre, que j’attendais avec impatience, enfin disponible au CDI ! Je le conseille vivement, tout comme les premiers tomes de cette série  « les filles au chocolat ». Ce livre est un très bon exemple du harcèlement sur les réseaux sociaux. On découvre la suite de « Cœur Vanille » dans « Cœur Sucré », du même auteur.

Eléa, 5ème – membre des dévoreurs de livres d’Arsène

Des crocodiles au paradis, de Jean-François Chabas

paradis.jpg

Des vacances aiguisées

L’occasion de participer à un concours pour un séjour de rêve en Australie ne se présente pas tous les jours. Si en plus vous êtes le gagnant, c’est le paradis. Les valises sont vite bouclées et c’est parti pour des vacances idylliques. Enfin c’est ce que pensaient Martine 13 ans, Yann 14 ans et Luc 12 ans. Où sont les plages de rêve, les kangourous, les paysages merveilleux ? Ils ont atterri dans un petit village, au doux nom de Paradise Bay. Mais il n’y a que le nom qui est paradisiaque car l’endroit est miteux, proche d’une forêt avec un hébergement médiocre et un accueil quelque peu surprenant. Ils sont loin des clubs de vacances avec animations et lieux de détente ! Les trois jeunes ne se connaissent pas, leur point commun est d’être les trois heureux gagnants du concours pour ados Choco Wizz. Heureux … c’est vite dit. Depuis leur arrivée, rien d’extraordinaire, personne ne les a réellement pris en charge, ils ne savent pas de quoi leur séjour sera fait. Ils sont très furieux d’autant qu’ils sont censés rester là un mois. Un matin, alors qu’ ils se hasardent à aller jusqu’à la plage, ils rencontrent un groupe de jeunes qui essaient de les chasser. Leur présence visiblement les gêne. La communication est difficile voire hostile. En discutant de-ci de-là, Martine, Yann et Luc apprennent que sur l’île, une rumeur a circulé concernant un trésor qui dormirait au fond des eaux de Paradise Bay. La plupart des habitants usent de leur force pour le trouver. Mais ils mettent également leur vie en danger car l’endroit est infesté de crocodiles notamment un très dangereux, le Old Gold, particulièrement destructeur. Chacun défend son bout de plage pour multiplier les chances d’avoir le trésor. Donc voilà pourquoi les garçons rencontrés plus tôt s’étaient montrés si agressifs. Et si leur séjour commençait à être palpitant ? Martine, Luc et Yann décident de pister les jeunes et de se lancer dans l’aventure. Alors attention, frissons garantis.

Si vous aimez les histoires de trésor, de pirates et les aventures alors Des crocodiles au paradis est fait pour vous. Lancez-vous à l’assaut des eaux profondes mais attention, les crocodiles veillent et sont prêts à bondir pour vous dévorer.

Enregistrer

Enregistrer

L’art aborigène, de Marine Degli et olivier Morel

« Au moment où je peins, je convoque le passé au présent pour le transmettre »

Afficher l'image d'origineLes Aborigènes, premiers habitants d’Australie, ont utilisés depuis 30 000 ans, différents supports pour exprimer leur art rituel : roche, sol, bois, ou même leur propre corps. Car c’est à travers leur peinture, sculpture, gravure que ce peuple convoque leurs ancêtres. Un art premier, « primitif », populaire, qui rencontre un succès croissant  au plan international depuis sa « découverte » au XIXème siècle.

Cet ouvrage nous permet de mieux comprendre cet art. Après une introduction replaçant l’art aborigène dans son contexte socio-culturel et un sommaire détaillé, l’ouvrage se divise en cinq parties dont chacune est introduite par des explications sur la thématique abordée : les génies des roches, les animaux totems, les rites funéraires, les paysages et territoires, combats et résistance. Chaque chapitre fait la part belle aux illustrations légendées (dont beaucoup proviennent du musée du Quai Branly à Paris) et propose des activités, donne des exemples de projets à réaliser pour mettre en pratique la notion ou le thème abordés, en volume ou en peinture (totems, body art, sculpture, peinture). « Toutes mes histoires d’art », une collection riche et très accessible  des éditions Courtes et longues que j’ai eu grand plaisir à découvrir.