La louve, d’Antoine Déprez

Métamorphose…

Un jour d’hiver, alors qu’elle passe chercher son amie Lucie avant de se rendre à l’école, Romane apprend que celle-ci est malade. Sur le chemin, elle croise une louve qui la regarde et dont l’ombre grossit en la voyant. En arrivant sur la place, elle remarque un attroupement. Une colombe de glace est installée en haut d’un perchoir avec un mot de la louve laissée aux villageois : la colombe est un sortilège. Avant sa fonte complète, les villageois doivent rendre à la louve sa fille capturée par le père de Lucie sinon Lucie mourra… Or, cela est impossible, la peau du louveteau a déjà servi à confectionner un manteau à sa fille… Romane va chercher le moyen de sauver son amie… Aidée de ses amis, elle va se glisser dans la peau du louveteau et aller à la rencontre de la louve.

Dans le froid hivernal qui nous saisit, on traverse ce texte très original qui parle de thème durs comme la mort, le sacrifice, la transformation de l’être humain en bête avec un . Le point de vue du texte qui donne la parole à Romane adoucit cette sensation d’étrange puisque, elle, pour sauver son amie, va accepter cette transformation. Elle, l’orpheline, gagne une famille mais perd ses amis. Romane a un fort caractère, beaucoup d’assurance, elle sait ce qu’elle fait et n’hésite pas dans sa démarche. Un texte fort, poétique, dérangeant, à la construction répétive, où les illustrations parfois rondes et colorées, parfois sombres et presque effrayantes crée une atmosphère propice à l’imaginaire.