Quatre filles et quatre garçons, de Florence Hinckel

Résultat de recherche d'images pour "quatre filles et quatre garcons pkj"Ce sont 8 amis, 4 filles et 4 garçons, ils se connaissent depuis la 6ème.

C’est la veille de la rentrée, ils vont débuter ensemble leur dernière année de collège. Pour ne rien oublier de leur 15 ans, ils prennent la décision de tenir à tour de rôle un journal de bord.

Chacun choisit son mode d’expression : lettre, journal intime, blog, audio, dessin, vidéo. Ils racontent leurs expériences vécues , nous livrant avec délicatesse leurs premiers sentiments amoureux, leurs bouleversements familiaux et leurs doutes.

Ce roman explore les émotions des adolescents avec beaucoup d’empathie et de bienveillance. Les adolescents se soutiennent, ils grandissent ensemble avec les différences de chacun sans aucun jugement car tu es comme tu es, mon ami !

Un roman dont le nombre de pages ne doit pas effrayer nos lecteurs. Il se lit très bien car chaque personnage écrit une centaine de pages, le style, le support, les sujets abordés  changent à chaque fois.  Quatre voix, quatre garçons et quatre filles avec des parcours différents, liés par une très forte amitié. Un livre à lire  pour des 4ème /3ème qui seront sensibles au fait que l’auteure aborde avec beaucoup d’intelligence  des questions de leur âge. 

La cuisine tourne au vinaigre de Florence Jenner Metz

La vengeance est un plat qui se mange froid

 

Ce qui pour Quentin, un jeune garçon devant participer à un concours de cuisine avec son école, devait ressembler à un stage ennuyeux à mourir, interminable, lassant va au contraire se transformer en une véritable aventure mystérieuse, risquée voire dangereuse et haletante.

Fréquentant les cuisines des Saveurs du Palais, Quentin va très vite observer des faits anormaux qu’il tentera d’éclaircir aidé de sa fidèle collaboratrice, Clémence. La réussite de leur enquête passera par le vol et la consultation d’un livre magique, l’analyse d’une poudre mystérieuse et suspecte et la visite d’un endroit inattendu et déterminant….

Malgré les fausses routes empruntées, les deux détectives garderont intacte leur détermination afin que tout rentre dans l’ordre et que chacun reprenne sa place au sein du grand restaurant.

Le garçon qui parlait avec les mains, de Sandrine Beau et Gwenaëlle Doumont

Le langage du coeur

mains.jpg

Victoria est ravie, la maîtresse a présenté à la classe un nouvel élève. Il s’appelle Manolo et la petite fille tombe immédiatement sous son charme. Manolo est espagnol, craquant mais…. il est sourd et communique uniquement avec les mains. Par chance, la maîtresse connaît la langue des signes, ce qui étonne tous les élèves d’ailleurs. La présence de Manolo va soulever des protestations et des hostilités de la part des parents qui voient d’un mauvais œil son arrivée, par crainte que son handicap accapare trop l’institutrice ou ralentisse l’apprentissage de leurs enfants. Par ailleurs, une réelle amitié naît entre Victoria et Manolo, ils deviennent inséparables. Alors que certains vont l’aider à s’intégrer, d’autres vont se moquer. Victoria va alors mener un combat pour faire changer les comportements et le regard sur son ami.

Le garçon qui parlait avec les mains est un petit bijou. C’est un roman jeunesse qui pousse la porte du handicap, notamment de la surdité. Il nous fait ressentir les difficultés à s’intégrer pour la personne différente et les réactions des gens dits «normaux». Des réactions négatives pour certains car ils ne comprennent pas le handicap. L’inconnu fait peur et de là naissent les préjugés. Cet ouvrage est juste et très réaliste et pourrait servir de base aux enseignants pour expliquer l’importance de l’intégration des élèves différents, l’importance du vivre ensemble. Sandrine Beau nous fait également une petite initiation à la langue des signes qui, je trouve, devrait avoir sa place au sein des programmes scolaires.

Cette année au collège, une interventant extérieure est venue proposer l’apprentissage de la langue des signes aux élèves sur la base du volontariat. C’est ainsi que j’ai eu la chance d’intégrer ces cours et ce fut un réel plaisir. Tellement enrichissant et expressif ! Une transmission des émotions particulières car tout passe par le visuel, l’expression du visage étant très importante. C’est pourquoi aussi ce livre est d’autant plus important pour nous !

Il faut signaler également les belles illustrations fraîches et colorées qui donnent à ce roman tout son sens. Un gros coup de cœur pour ce superbe roman.

Les voleurs d’histoires de James Riley

De l’autre côté du miroir…

voleurs.jpg

Andie adore lire. Dès qu’elle peut, elle se laisse transporter avec délice dans des histoires imaginaires. Mais au-delà de ce plaisir, elle a le pouvoir de voyager dans les livres. Dès qu’elle en ouvre un, elle est comme happée, comme aspirée. Elle rencontre les personnages et voyage au fil des pages. Andie a cependant une règle : ne rien toucher au récit, ne pas modifier le cours de l’histoire. Laisser tout intact, comme l’auteur l’a écrit. Mais tout change quand Finn découvre par hasard son pouvoir. Il est ahuri quand il voit Andie s’extirper de  Charlie et la chocolaterie. Il croit rêver mais quand son amie l’emmène à l’intérieur d’une histoire, il est bizarre, en proie à de curieux sentiments. La jeune adolescente lui fait promettre de ne rien révéler, de garder le secret. Mais Finn a soudain plein d’idées en tête. Sa vie va peut-être prendre un nouveau tournant. Et si elle devenait un petit peu plus palpitante ….

Les voleurs d’histoires est en fait une histoire dans l’histoire. D’abord, il nous entraîne dans l’univers merveilleux des livres, des personnages imaginaires. Ensuite on apprend qu’Andie a un secret de famille. Donc tout au long de cette histoire, elle va mener en parallèle une quête.

Ce roman nous fait réfléchir aussi sur le danger du pouvoir. Des personnalités se révèlent et la crainte est dans ce qu’ils vont en faire ! Changer leur vie, modifier celle des autres, mais à quel prix…

.

Gardiens des cités perdues, 5. Projet Polaris, de Shannon Messenger

Gardiens des cités perduesProjet PolarisAprès quelques semaines à Exillium, l’école réservée aux bannis, Sophie, Dex, Biana, Fitz et Keefe sont de retour à l’académie Foxfire. Membres du Cygne Noir depuis peu, ils luttent toujours contre les Invisibles, qui multiplient leurs attaques. Lorsqu’ils risquent une guerre avec les ogres, ils entendent parler d’un mystérieux « projet Polaris »… dont la clé serait liée à Keefe, qui tente en vain de se dépêtrer de son passé. 

Tout comme pour les quatre premiers tomes, on ne peut plus s’arrêter une fois le livre commencé ! Quand j’ai fini ce tome et comme je n’avais pas le tome 6, je n’avais tellement pas envie de quitter cet univers que j’ai relu les tomes 1 et 2 pour y rester !

Eléa, 11 ans -6ème, membre des Dévoreurs de livres d’Arsène

 

Gardiens des cités perdues, 4. Les Invisibles, de Shannon Messenger

Sophie rejoint le Cygne noir, l’organisation clandestine qui lui a fait voir le jour. Accompagnée de Dex, Biana, Keefe et Fitz, elle part pour Florence où elle espère trouver des réponses à ses questions sur les Invisibles, l’organisation de rebelles qui a si souvent cherché à la tuer !

C’était GENIAL ! Chaque tome de cette série apporte son lot de surprises et donne systématiquement envie de plonger dans le tome suivant. Traitrise, amour, amitié sont au rendez-vous. Une série qu’il faut absolument découvrir et à posséder sans hésitation dans tous les bons CDI de collège.

J’avoue adorer également les illustrations de 1ère de couverture qui permettent d’entrer dans la magie de ce livre avant même de l’ouvrir.

Eléa, 6ème – 11 ans, membre des Dévoreurs de livres d’Arsène

Gardiens des cités perdues, 3. Le grand brasier, de Shannon Messenger

Sophie, Keefe et Sandor, le gobelin-garde du corps, doivent se téléporter au sanctuaire pour rendre visite à Silveny, la seule femelle licorne existant au monde. Mais la téléportation tourne mal et ils se retrouvent dans le néant. En cherchant à quitter ce lieu pour rejoindre leur maison d’Havenfield, ils se retrouvent à San Francisco, l’une des cités interdites, devant l’ancienne maison de Sophie, dans le monde humain. C’est en trouvant une étrange bouteille verte que les péripéties vont commencer…

J’ai adoré ce livre car il y a de la magie, un peu d’amour et énormément d’amitié. J’attendais cette suite avec impatience car j’avais dévoré les tomes 1 et 2 empruntés au CDI (merci aux éditions PKJ de nous avoir offert la suite pour notre projet de blog !). Ce nouveau tome se lit vite car il est dépourvu de temps mort. On est de plus très content de rencontrer de nouveaux personnages. Je le conseille vivement (pour ma part, je crois que je l’ai même encore préféré aux deux premiers tomes !) Et je n’ai pas attendu plus longtemps pour commencer le tome 4 que je vous présenterai très bientôt.

Eléa, 6ème – 11 ans, membre des Dévoreurs de livres d’Arsène