Kamo, l’idée du siècle, de Daniel Pennac

Kamo et sa bande de copains sont en CM2… Et autour d’eux, tout le monde ne parle déjà plus que de ça : leur future entrée en 6ème… Tous, sauf M. Margerelle, leur « Instit Bien -Aimé ». Alors Kamo, suivi d’une délégation, décide d’aller lui parler et lui demander de les préparer comme il faut à cette épreuve… Et l’idée du siècle de Kamo ? Que M. Margerelle change de personnalité en fonction des matières enseignées, comme un collégien changerait de prof… Et si M. Margerelle acceptait ?

Un texte court mené tambour battant. On découvre ici la première histoire de la série des Kamo qui fonctionne sur le principe suivant : ce n’est pas Kamo le narrateur, mais son meilleur ami, qui raconte à travers toutes ces histoires sa relation d’amitié avec un Kamo plein de vie et d’idées saugrenues. Dans ce premier tome de la série se dessinent d’ailleurs les personnalités de chacun, et on y rencontre furtivement le personnage atypique de la mère, Tatiana. Malgré le fait qu’il ait été écrit en 1993,  ce texte n’a pas  pris de ride sous la belle plume d’un grand auteur, qui sait décrire le milieu scolaire avec tendresse et humour, lui qui se considérait comme un « mauvais élève ». Un texte qui peut tout à fait encore parler aux élèves de CM2 d’aujourd’hui afin de dédramatiser leur entrée au collège. Très plaisant et très vite lu.

Amazonia, la planète verte

Kerri et Mégane- Les Mange-Forêts, de Kim Aldany

kerri.jpg

Les parents de Kerri, Géraud et Prisca Joï, ont disparu lors d’une expédition sur la planète Amazonia. Ils étaient persuadés que cette planète forestière pouvait être ouverte à la colonisation mais tout ne s’est pas passé comme prévu. Seul Kerri s’en est sorti. Malgré son chagrin, le jeune garçon est sûr que son père et sa mère sont encore vivants. Il se confie à sa meilleure amie Mégane, qu’il considère comme sa sœur. Kerri a un don, il « sent les choses » et  fait toujours les mêmes cauchemars : l’image d’une falaise blanche le hante. Il est sûr que ses parents sont prisonniers de cette colline et qu’ils sont en danger. En effet, la planète Amazonia est habitée par des Mange-Forêts, des chenilles gigantesques. Kerri fait part de ses doutes au directeur du centre des astronautes. Celui- ci prend Kerri pour un fou. Mais le jeune garçon n’est pas au bout de ses peines car il va découvrir qu’un humanoïde a été ramené lors d’une précédente exploration sur Amazonia et enfermé secrètement dans un zoo. Il commence à se demander si ses parents n’auraient pas été témoins de choses qu’ils n’auraient pas dû voir. Qui aurait intérêt à les voir disparaître ? Peut-être Evrett, un collègue de Géraud et Joï, dont l’attitude et les propos sèment le doute dans l’esprit de kerri. Il était dans une navette différente de celle de ses parents et affirme avoir vu l’engin s’écraser au cours de leur mission. Il est bizarre et insiste trop auprès du jeune garçon pour que celui-ci abandonne l’idée que ses parents soient vivants. Kerri va tout tenter pour entamer les recherches même si les risques sont énormes. Que va-t-il découvrir ? Entre complots et machinations, la route sera longue et périlleuse.

Une histoire fantastique qui oppose le pouvoir et l’argent  à la lutte pour la sauvegarde de l’environnement. Un récit plein d’aventures qui plaira aux jeunes lecteurs. Alors accrochez-vous et soyez prêts à embarquer pour un voyage qui va vous entraîner dans une aventure inter-planétaire.

Enregistrer

Tempête au haras, de Chris Donner

Quand la passion permet de dépasser ses limites…

Parfois les conditions de notre naissance peuvent prédestiner notre vie…. c’est le cas de ce jeune garçon Jean-Philippe qui est né dans la paille d’un box le même jour et aux côtés d’un poulain. Au sein du haras de M Schmidt, le haras de Saint James dirigé par ses parents, Jean-Philippe développera pleinement cette passion pour les chevaux , ouvertement pour commencer puis secrètement  du jour où Tempête mettra un terme à presque tous ces projets le soir d’une terrible tempête….Malgré les obstacles et les difficultés rencontrées, il restera encore et toujours à la recherche du  crack du haras, ce fameux cheval extraordinaire recherché de tous dans ce monde si particulier, ce cercle si fermé de l’hippisme  et de ses courses. Des efforts qui ne resteront pas vains…

Une histoire facile, émouvante et agréable à lire avec un rebondissement vraiment inattendu qui réanime l’envie de terminer la lecture encore plus vite.

 

L’héritage des Darcer, tome 2. Allégeance, Marie Caillet.

Résultat de recherche d'images pour "l'héritage des darcer2"Kaegan est décédé (enfin, assassiné, mais ça seuls Orest, My, les jumeaux et Allian le savent). Kaegan venait tout juste de monter sur le trône et n’a pas de descendance directe. La ville de Liett se pense donc libérée du joug de la Déléane. Mais Welfendà (la reine de la Déléane) ne croit pas à la mort naturelle de l’usurpateur, elle penche plus pour le meurtre (et oui sans le savoir, elle a raison !). De ce fait, la reine envoie un batârd de son pays : le Sanreth accompagnée de quatre chimères qui sont assez…. SUPERPUISSANTES ! Et il compte bien devenir roi d’Edrillon… Mais en ce moment même, personne ne sait que Mydria, la dernière des descendantes des Darcer, ainsi que son amant, sont en train de voler quelques riches pour pouvoir subsister à Penthana. Le temps presse et Mydria doit absolument mettre des bâtons dans les roues du Sanreth pour éviter que le pire n’arrive…

Ce deuxième tome de la trilogie des Darcer m’a encore plu plus que le premier, c’est à dire énormément. Ici Mydria et Orest devront rester soudés du début jusqu’à la fin ainsi que dans les moments les plus durs qui sont omniprésents. La présence des Kmetts et des fauconniers qui sont des ennemis de toujours donne une ambiance assez électrique lorsqu’ils se rencontrent ! Ce second tome démarre plus rapidement que le premier. Ce qui est beau dans ce livre, c’est que même dans les moments les plus difficiles, les personnages restent toujours soudés pour mieux s’en sortir.

Guillaume, 3°-13 ans. Membre des dévoreurs de livres d’Arsène.

Six of crows, 2. La cité corrompue, de Leigh Bardugo

Les dévoreurs de livres d’Arsène, les chroniques des élèves du comité de lecture du blog

Nous retrouvons à nouveau  Kaz et son équipe dans ce tome 2 de Six of Crows !

De retour du Palais de Glace,  Kaz et ses compagnons vont devoir affronter de nouveaux problèmes, le premier étant de retrouver Inej, enlevée par Van Eck… l’araignée prise au piège. Kz perd là une de ses meilleure équipière,  mais peut-être pas que… Kuwei étant retenu par Kaz, cela va mettre le feu aux poudres, rassemblant les puissances  Grisha pour retrouver l’otage si précieux, le fils du créateur du jurda parem, cette drogue qui enflamme le Barrel et la ville de Ketterdam. Kaz va donc imaginer un plan énorme qui pourrait bien leur permettre de finir leur vie plein aux as… Mais s’ils échouent, cela mettra fin à tout leur petit monde… Vont-ils réussir à sauver Inej ? Pourront-ils se battre contre les puissances qui vont leur faire face ? Et Kaz arrivera-t-il à ses fins ?

Après plus de deux ans à attendre cette suite, pas de déception ! Le tome 2 est à la hauteur du tome 1… Incroyable ! Les personnages et l’histoire sont ennivrants, pas moyen de s’en détacher. L’auteur nous impressionne. De l’action, des plans extraordinaires, et surtout la complexité de ce monde qu’elle a imaginé et de ses personnages. Pour ma part, je suis une grande admiratrice du personnage de Kaz qui cache bien son jeu. Un tome 2 plein de suspens qui nous amène jusqu’à la fin en nous posant constamment des questions tout au long de ses chapitres

Alors, pas besoin de le dire, foncez sur ce tome 2 et dévorez-le !

Johanne, 2de – 15 ans, ex-membre des dévoreurs de livres d’Arsène

 

Et l’avis de Mu :

Effectivement, après deux ans, ce tome était très attendu ! Et il est vraiment à la hauteur de nos espérances. On retrouve avec une joie certaine cet univers très particulier qu’a su créer l’auteur, violent, original, dense et intense, avec des personnages très réussis. Malgré le temps qui a passé, le premier tome était si fort que l’on retourne sans peine, à pieds joints, dans ce tome 2 sans quasiment avoir rien oublié du tome précédent. Les personnages à fleur de peau, des malfrats sans foi ni loi, qui bravent tous les dangers et tous les interdits pour arriver à leur fin savent néanmoins être attachant dans leurs failles. Les plans sont machiavéliques et d’une imagination assez exceptionnelle. On est également heureux que Leigh Bardugo ne soit pas tomber dans le piège de la trilogie où souvent le tome 2 est une transition un peu lente. Ici, le rythme est toujours aussi soutenu et la fin juste comme il faut. Malgré tout, elle peut ouvrir à d’autres tomes parallèles qui nous font espérer que l’auteur aura envie de reprendre sa plume pour nous mener dans ces bas-fonds de Ketterdam au milieu de sa vie de règlements de comptes entre gangs, de vengeances et de maisons closes avec une touche de fantastique un peu steam-punk si particulier. Une parfaite réussite tant dans le style d’écriture que dans l’histoire elle-même ! On ne lâche pas le livre tant les rebondissements inattendus nous tiennent en haleine, mais en même temps, parfois, on essaie de freiner le rythme car on ne veut pas avoir à refermer définitivement le livre. A chaque fois que l’on pense que l’auteur nous amène sur un chemin, il s’en ouvre un autre qui remet tout en question. Un véritable coup de coeur qui se confirme. A quand l’adaptation cinématographique ? Lecture à réserver aux plus aguerris de nos lecteurs de 3e ou aux lycéens et adultes. Des scènes assez violentes pourraient heurter les plus sensibles. Leigh Bardugo a écrit également la trilogie des Grishas – pour adultes- ,  avant Six of crows, d’où vient cet univers si particulier… J’ai vraiment envie de les lire, dès que ce blog me laissera un peu de répit pour mes lectures plus personnelles…

L’Héritage des Darcer, 1. L’envol, de Marie Caillet.

https://www.standaardboekhandel.be/images/0000000000000.img?img=img/hea/h5d/h00/h00/9791022400398FRONTCOVERTITELIVE.jpg&w=800&h=800Mydria Siartt est une jeune fille unique de 16 ans. Elle est heureuse et son plus grand rêve est de conquérir le roi et de devenir reine par la même occasion. Mais un soir, alors qu’elle se promène avec Floan, un de ses nombreux courtisans, un malaise la prend et elle se transforme en un papillon multicolore. Elle apprend alors qu’elle n’est pas de la famille des nobles Siartt mais la dernière descendante de la dynastie des Darcer, la famille royale qui gouvernait le royaume d’Edrillon avant que la Déléane mette à la tête du royaume un usurpateur. Une seule chose le prouve : le don d’ailes qui permet de se transformer en un animal du moment qu’il a des ailes. Elle reçoit alors un sifflet contenant une lettre avec la signature de ses ascendants. La lettre indique que les descendants de Madael (dernier Darcer à avoir gouverner Edrillon) doivent se mettre en quête du trésor caché par ses soins. My (pour les intimes), ne voulant pas participer à cette quête, fugue de son château pour aller à Liett se marier avec Floan de Trelleor mais il se trouve qu’il a dû partir en Déléane en tant qu’ambassadeur officiel du roi usurpateur. Mydria se réfugit donc dans une auberge de la capitale et sous l’effet de l’alcool dévoile à Orest et Allian le contenu de la lettre. Mais à ce moment-là, Mydria ne sait pas que ces deux hommes font en réalité partie d’une des plus grandes guildes d’assassins de Liett,  prête à tout pour avoir ce trésor.

Si vous n’accrochez pas pendant les 60 premières pages, ne vous inquiétez pas, ça vaut le coup de continuer ! Ce livre d’action m’a particulièrement plu surtout vers la fin de ce premier tome,  qui m’a donné l’envie de continuer cette série, grâce au suspens très présent. Dans ce premier tome, Marie Caillet a magnifiquement réussi à planter le décor et à nous attirer dans son univers de conflits, de guerres, de prises de pouvoir et de chasse au trésor. Les rencontres et les aventures de My sont vraiment interressantes et les différents personnages sont attachants car on a le temps durant ce tome de comprendre leurs pensées et leurs actes et de s’habituer à leur présence.

Gourtay Guillaume, 3° 13 ans, membre des dévoreurs de livre d’Arsène.

Death note, tome 2. de Tsugumi Ohba, illustré par Takeshi Obata

Résultat de recherche d'images pour "death note 2 manga"Nous retrouvons L, le fameux détective,  dans sa chasse de Kira, alias Light Yagami. La lutte continue, de plus en plus terrible. Les deux hommes ne semblent montrer aucun signe de faiblesse tandis que l’enquête avance péniblement. La zone de recherche diminue et Light doit trouver une solution. Suivez sa quête de monde parfait sans criminel, dans ce tome 2 de Death Note

 

Cette série de mangas, depuis le premier tome, est très intéressant et captivant . Il est difficile de choisir un camp entre les policiers qui veulent faire cesser les meurtres et Light Agami qui veut tuer tous les criminels pour avoir un monde sans violence. On suit donc ces deux personnages dans toute leur complexité. C’est un des meilleurs mangas que j’ai lu. Il sort des clichés habituelle des mangas violents et au vocabulaire pauvre. Cette fois, il s’agit de la rencontre de deux esprits plus intelligents l’un que l’autre. Je recommande chaudement ce livre rapide à lire – et c’est sûrement son seul gros défaut !

Aymeric, 4è – 13 ans, membre des Dévoreurs de livres d’Arsène