Le donjon de Naheulbeuk, tome 2, John LANG et Marion POINSOT

Les dévoreurs de livres d’Arsène, les chroniques des élèves du comité de lecture du blog

Le donjon de Naheulbeuk, tome 2, de John LANG et Marion POINSOT

Nos six aventuriers préférés sont toujours dans le donjon à la recherche de la statuette de Gladeulfeurha cachée par le magicien Zangdar. L’elfe, le nain, la sorcière, le barbare, l’ogre et le voleur n’en sont qu’à leur tout premier niveau et il est temps pour eux de passer à un niveau supérieur. Mais, attention, le donjon recèle de pleins de dangers mortels et notre équipe devra y faire face vaillamment.
Dans ce deuxième tome, l’humour est beaucoup plus présent que lors du premier. Les images sont très bien dessinées et permettent de s’immerger dans cet univers particulier. Lors de leur quête, nos aventuriers rencontreront un barde qui les accompagnera dans leurs recherches pour trouver la statuette. Les tensions entre l’elfe et le nain sont palpables et laissent une ambiance électrique de même lorsque la sorcière lit dans son livre les réponses, puis, fait mine de connaître La vérité… mais ses compagnons de route ne sont pas dupe et le lui font bien savoir !

Guillaume Gourtay – 3°, 13 ans, membre des dévoreurs de livres d’Arsène.

Enregistrer

Opération R.AF.E

La 6ème la pire année de ma vie, de James Patterson et Chris Tebbetts

rafe.jpg

La rentrée en 6ème est toujours source d’angoisse. Finie la primaire, au revoir maîtresse, au revoir maître. Bonjour les longs couloirs, les salles qui n’en finissent pas, des élèves partout, beaucoup trop de professeurs et dans la cour, de grosses brutes qui s’en donnent à cœur joie avec les petits nouveaux. Bref, une rentrée qui provoque cette boule au ventre qu’on connaît tous. Notre jeune héros, Rafe, entre aussi pour la première fois au collège et on ne peut vraiment pas dire que ce soit une réussite. C’est même un véritable cauchemar ! L’école ce n’est pas son truc, il n’y arrive pas et n’a pas envie non plus de travailler. Il faut dire qu’en plus il collectionne les boulettes et fait beaucoup de bêtises. Pour Rafe, il y a trop de règles, trop d’interdits donc il décide un jour d’enfreindre le règlement intérieur.  Il veut mettre de la fantaisie dans l’établissement. Pour réussir à accomplir sa mission, il va s’inventer un ami imaginaire. Mais le directeur du collège n’a pas l’intention de laisser le chaos s’installer et va déclarer la guerre à Rafe.

Un roman plein d’humour, aux illustrations déjantées, qui nous fait passer un très bon moment. Rafe, personnage très attachant, se confie aux lecteurs. Il est solitaire et son carnet de dessins est son refuge. Ce livre est en quelque sorte le journal intime d’un collégien. Si on creuse un peu, l’auteur délivre un petit message. Pour les enfants qui sont récalcitrants, qui n’aiment pas l’école comme Rafe, tout n’est pas perdu ! Une scolarité bancale n’est pas synonyme d’échec pour une vie future. La fin de cette histoire le prouve !

Une adaptation cinématographique de ce roman est sorti en 2016 : La 6ème, la pire année de ma vie, un film réalisé par Steve Carr

Ma vie en Smiley, 3. Au secours (ou pas), de Anna Kalicky.

Les dévoreurs de livres d’Arsène : les chroniques des élèves du comité de lecture du blog

Ma vie en smiley, 3. Au secours ! de Anne  Kalicky

Max, un jeune ado de bientôt 13 ans, est cette année envoyé en colonie de vacances par ses parents. Pourtant, avec sa super année de cinquième au collège, il pensait pouvoir y échapper. Car malheureusement pour lui les colos c’est une horreur ! Au secours… il est au bord du suicide ! Samedi approche et aujourd’hui, c’est le grand départ. Max doit prendre le bus et dire en revoir à ses parents. A partir de ce moment, il passe en mode « furtif »… Mais à la colo il est bien obligé de participer aux activités proposées … donc Max passe en mode « faire semblant ».  Mais il commence à se lier d’amitié avec ses camarades de chambre. En fait la colo de vacances c’est pas si mal…

Ce livre est très amusant (j’ai dû être mort de rire une bonne dizaine de fois !!!). A chaque début de chapitre, une phrase  destinée « aux humains du futurs » ouvre le texte avec un smiley vert à l’apparence d’un Martien : c’est drôle et bizarre en même temps de se dire qu’on est des humains du futur pour les gens du passé ! Les dessins sont super bien réussis et les smileys qui ponctuent régulièremement le texte permettent à de faibles lecteurs de lire sans s’ennuyer et de rigoler une fois de plus. La police de caractère ressemble à une écriture manuscrite, avec une mise en page un peu déjantée, ponctuée de plein d’illustrations drôles et riches qui donnent le ton à cette histoire.

Ce livre est un don d’éditeur, c’est le tome 3 et nous n’avons, hélas, pas les deux premiers. Mais ce manque n’empêche absolument pas la compréhension ! En revanche, je me ferai un plaisir de lire et chroniquer les tomes 1 et 2 si un jour on les reçoit car ce livre a été pour moi un coup de coeur  !!! Bonne lecture.

Guillaume Gourtay – 3°, 13 ans, membre des dévoreurs de livres d’Arsène.

Ileana II. Retour à Edelynn, Isabelle Meyer

Les dévoreurs de livres d’Arsène : les chroniques des élèves du comité de lecture du blog

Ileana, tome  II. Retour à Edelynn, d’Isabelle Meyer

Après avoir réussi à retourner à Edelynn, accompagnée des jumeaux, par la porte de Fonpierre, Ileana doit retourner chez elle pour prévenir sa tante de son retour mais impossible de la trouver et Illiriane, sa cité, est en ruine. Heureusement, ses amis « Les quatre » lui ont laissé un message, ce qui lui permet, le soir même, lors d’une veillée, de mettre tout le monde au courant de son retour. Contrairement à leurs habitudes plutôt divertissantes, les fées doivent se remuer pour reconstruire Illiriane. Pendant ce temps, Ileana part chez sa tante, reine des dryades, faire son initiation qui lui confèrera plus de pouvoir, avant de partir dans sa grande quête pour retrouver ses parents capturés par le seigneur noir, qui est un … Ah non, pour le savoir, il faudra aller chercher le livre au CDI et le lire du début jusqu’à la fin !

Ce deuxième tome de la série Ileana m’a beaucoup plus captivé que le premier car ici, les elfes sont  vraiment plus présents et l’action aussi !  Le suspens m’a tenu en haleine de la première page jusqu’à la dernière et maintenant, j’ai envie de lire le troisième tome ! Dans ce livre, je me reconnais surtout en Benoît, farceur, gourmand, curieux et …  feignant  -même si, normalement, je m’accroche plus au personnage principal, que ce soit une fille ou un garçon. Bon… et dernière chose : bonne lecture !!!

Guilllaume, 3°- 13 ans, membre des dévoreurs de livre d’Arsène.

 

Et l’avis de chloe261104 :

De retour de son exil chez les humains, Ileana réussit enfin à trouver la porte. Accompagnée des jumeaux, ils vont découvrir la magie et les dangers des cinq peuples en cherchant les parents d’Ileana. Passant de Néourvellen, cité introuvable des elfes, à l’Océan, où est réfugié le peuple des sirènes, ils seront en permanence les proies des trolls et des tordakyls.

Quel mystère entoure l’aventure d’Ileana ?

Et qui seront ces alliés qui feront face au Seigneur noir ?

Une suite très intéressant, pleine de péripéties et de suspense. C’est un tome où l’on découvre un univers où la magie est encore plus présente que dans le tome 1. J’ai hâte de lire le tome 3 !

Bzzz bzzz…

Roméo, le moustique sympathique, de Luc Blanvillain

Roméo, moustique sympathiqueMais qui donc s’est introduit chez notre vieille Camille ? C’est Roméo, le moustique sympathique ! Qui, de plus, sait parler l’humain ! Plus facile comme ça de lier conversation avec son hôte ! Tous les deux vont très bien s’entendre, regarder ensemble les séries télévisées, bien à l’abri derrière la moustiquaire qui les protège des intrus ! Pourtant, la vie d’un moustique domestique n’est pas toujours de tout repos : il faut composer avec la présence du chat, et de la chauve-souris du grenier… Et bientôt, avec l’arrivée de Clélia, la petite-fille de Camille et de ses parents.

Nous voici donc témoin du quotidien assez solitaire d’une vieille dame, de ses anciens amours et nouvelles amourettes, de la venue de sa fille, personnage hors-norme, véritable tornade qui chamboule tout sur son passage, de sa petite-fille qui vient pour quelques jours de vacances rompre la monotonie et d’un petit moustique, sympathique, romantique et un peu fainéant  qui essaie de survivre dans ce monde qui lui est si  hostile …

C’est frais et … sympathique. On apprend même des choses sur les moustiques qui nous les font voir d’un oeil nouveau : par exemple, les mâles ne piquent pas, ne font pas de bruit… Et on les trouverait presque… sympathique ! Les illustrations en noir et blanc qui parsèment et aèrent  le texte sont vraiment chouettes, à l’image de cette première de couverture qui donne le ton du livre. Un récit à la première personne qui donne enfin la parole à cet insecte mal-aimé !

 

Repartir à zéro

 

Re:zero, de Nagatsuki Tappei.

Subaru Natsuki est un étudiant, ou plutôt est censé en être un, séchant la plupart des cours, passant ses journées à lire des mangas, jouer à des jeux-vidéos et manier un sabre d’entraînement. Alors, lorsqu’il est invoqué dans un étrange monde d’heroic-fantasy, il ne perd pas son sang froid et essaye de puiser dans ses connaissances pour s’en sortir, mais c’est sans compter sur une malheureuse coïncidence qui va lui faire découvrir les particularités bien étranges de ce nouveau monde…

Re:zero est incontestablement un succès, l’une des licenses les plus attendues d’Ofelbe. Si l’histoire sous une approche originale a une trame on ne peut plus classique et se trouve dans le sillage de SAO, il faut bien avouer que le style de l’auteur est sympathique bien que parfois maladroit. Le « reboot » de l’histoire est bien exploité et permet de rapidement se prendre de sympathie pour le héros (en se demandant tout de même à quel moment il va finir par rater son coup, à nouveau). Globalement l’ouvrage se lit bien, et vite, et sans que ça soit la série de l’année on reste curieux de connaître la suite une fois les dernières pages tournées. Assurément une série à suivre avec un bon potentiel.

TL;DR:

  • Points forts:
    • Une mise en forme de certains points classiques originale et bien exploitée.
    • Un style agréable.
    • Un début de série prometteur, en espérant que la suite nous montre tout son potentiel.
  • Points faibles:
    • Une histoire classique, qui lassera peut-être des lecteurs exigeants sur ce point.
    • Dans le sillage de SAO.
    • L’écriture est parfois maladroite, mais prometteuse, est-ce vraiment un point faible de voir un auteur évoluer ?

Enregistrer

Enregistrer

Les nombrils, tome 1. Top model, sinon rien, d’après Delaf et Dubuc

Les dévoreurs de livres d’Arsène : les chroniques des élèves du comité de lecture du blog

Les nombrils, tome 1. Top model, sinon rien, d’après Delaf et Dubuc, adapté par Camille Gautier et et Marie Caillet

Voici l’histoire de Karine, la « moche », et de Vicky et Jenny, les « bombes ». quand, un jour, Vicky va trouver sur facebook l’annonce pour un casting de pub, elle va tout faire pour le réussir, et pour cela, demandera de l’aide à Karine, et non à Jenny. Pourquoi ? Quelles sont ses véritables raisons ? elle devrait faire attention, car l’histoire pourrait se retourner contre elle !

J’ai trouvé ce livre bien, j’adore la tournure que prend le livre. Le résumé de 4e de couverture m’a donné envie de lire  ce livre et je n’ai pas été déçue par la lecture. J’ai hâte de lire le tome 2, d’autant que la fin du tome 1, inattendue, laisse beaucoup de suspens. Les caractères très différents des personnages et les petites illustrations qui ponctuent le texte rendent cette histoire très vivante.

Chloé, 12 ans – classe de 5ème, membre des dévoreurs de livres d’Arsène

Et l’avis de Mu :

Aucune pitié dans ce trio d’amitié ! Karine pense avoir de la chance d’être amie avec les superbes Vicky et Jenny, mais elle ne se rend pas compte qu’elle est constamment rabaissée et exploitée par ses camarades. Bientôt, elle sera mise dans la confidence du casting que souhaite passer Vicky pour une pub et deviendra le larbin de la « star »… Pourtant, les choses ne vont pas du tout se passer comme prévu !

Un monde où  le superficiel est roi, où le but est juste d’être le centre de l’intérêt, quitte à écraser les autres. Explicable vu le contexte familial de Vicky et Jenny décrit dans ce livre… Mais est-ce pour autant excusable ? Un revers de situation et l’intelligence d’un garçon laissent néanmoins l’espoir d’un monde meilleur… Jusqu’à quand ? Caricatural et cynique. En tout cas, une série qui porte bien son nom !

Enregistrer