Les nombrils, tome 1. Top model, sinon rien, d’après Delaf et Dubuc

Les dévoreurs de livres d’Arsène : les chroniques des élèves du comité de lecture du blog

Les nombrils, tome 1. Top model, sinon rien, d’après Delaf et Dubuc, adapté par Camille Gautier et et Marie Caillet

Voici l’histoire de Karine, la « moche », et de Vicky et Jenny, les « bombes ». quand, un jour, Vicky va trouver sur facebook l’annonce pour un casting de pub, elle va tout faire pour le réussir, et pour cela, demandera de l’aide à Karine, et non à Jenny. Pourquoi ? Quelles sont ses véritables raisons ? elle devrait faire attention, car l’histoire pourrait se retourner contre elle !

J’ai trouvé ce livre bien, j’adore la tournure que prend le livre. Le résumé de 4e de couverture m’a donné envie de lire  ce livre et je n’ai pas été déçue par la lecture. J’ai hâte de lire le tome 2, d’autant que la fin du tome 1, inattendue, laisse beaucoup de suspens. Les caractères très différents des personnages et les petites illustrations qui ponctuent le texte rendent cette histoire très vivante.

Chloé, 12 ans – classe de 5ème, membre des dévoreurs de livres d’Arsène

Et l’avis de Mu :

Aucune pitié dans ce trio d’amitié ! Karine pense avoir de la chance d’être amie avec les superbes Vicky et Jenny, mais elle ne se rend pas compte qu’elle est constamment rabaissée et exploitée par ses camarades. Bientôt, elle sera mise dans la confidence du casting que souhaite passer Vicky pour une pub et deviendra le larbin de la « star »… Pourtant, les choses ne vont pas du tout se passer comme prévu !

Un monde où  le superficiel est roi, où le but est juste d’être le centre de l’intérêt, quitte à écraser les autres. Explicable vu le contexte familial de Vicky et Jenny décrit dans ce livre… Mais est-ce pour autant excusable ? Un revers de situation et l’intelligence d’un garçon laissent néanmoins l’espoir d’un monde meilleur… Jusqu’à quand ? Caricatural et cynique. En tout cas, une série qui porte bien son nom !

Enregistrer

Donjon, 3. La princesse des barbares, de Sfar et Trondheim

 

Les dévoreurs de livres d’Arsène : les chroniques des élèves du comité de lecture du blog

Les finances vont mal ! Alors que le Gardien et le personnel du Donjon se réunissent pour parler affaires, Herbert notre canard, critiquant les dessins réalisés par le Gardien, se fait virer de la salle. En sortant, il lance à l’assemblée que ça ne l’étonne pas que moins de gens risquent leur peau pour trois sacs d’or… ce n’est pas comme s’ils avaient une princesse à sauver ! Ces derniers mots réjouissent le gardien : voilà la solution à ses problèmes ! Il charge Herbert de faire courir le bruit qu’une princesse est détenue dans le Donjon : des lettres sont écrites par Herbet et Marvin, se faisant passer pour la princesse Isis de Céphalonia qu’il faut délivrer contre une grande récompense ! Un bon moyen d’attirer du monde au Donjon…mais l’affaire va prendre un tour inattendu !

J’ai trouvé ce livre toujours aussi bien que les précédents, avec des personnages hauts en couleur ! Vous aussi, vous voulez tenter votre chance et sauver la princesse ? Alors lisez ce livre pour savoir comment vous y prendre !

Bruno,5ème – membre des Dévoreurs de livres d’Arsène

Apprendre à aimer lire et écrire

La bibliothécaire, de Gudule.

Guillaume, un jeune garçon qui est souvent endormi en classe, se retrouve interrogé par son maître pour raconter le sujet de ses rêveries.

gudule

Il raconte que tous les soirs, il regarde une vieille dame écrire et écrire encore et encore et que quand elle éteint la lumière, il voit, sortir de l’immeuble, une belle jeune fille. Le professeur, épaté par son histoire, lui dit, avec humour, qu’il devrait faire autant d’efforts à l’écrit qu’à l’oral.

Après la classe, Doudou, son meilleur ami, lui fait de nombreuses éloges sur son histoire, et Guillaume lui répond que ce ne sont pas des histoires mais ce qu’il vit tous les soirs.

Alors intrigué, une nuit, il décide de suivre la jeune fille dans la rue et de voir ce qu’elle fait. Elle se rend dans la bibliothèque pour trouver « LE GRIMOIRE ». La jeune fille n’est autre que… la vieille dame, Ida, qui veut écrire ses mémoires.

Guillaume et Doudou vont aider Ida à retrouver le grimoire en partant dans un long voyage dans les livres de la bibliothèque, en croisant Alice aux pays des Merveilles, Poil de Carotte, le Petit Prince etc… Vont-ils le retrouver?

Ce livre est vraiment passionnant et nous entraîne dans une aventure un peu spéciale, puisque nous entrons dans l’univers des livres et des auteurs. Les enfants discutent avec des personnages inventés et leur demande conseil. Il est plein d’humour et de fraîcheur.

Il pourra plaire aux élèves qui sont réticents à la lecture, comme Guillaume, et qui ne trouve pas d’intérêt à cela. Car il ne faut pas l’oublier, la lecture est un vrai voyage…

 

Enregistrer

Enregistrer

Des vacances au pays des vampires.

Le dernier des vampires, de Willis Hall

Image associéeEdgar, un jeune garçon, part quinze jours en vacances avec ses parents.  Nos touristes anglais, ne sachant pas lire une carte, se retrouvent perdus : où sont-ils  en Europe : France, Allemagne, Italie… ?

Bref, ils s’arrêtent non loin d’un château et montent leur tente. Voulant faire quelques provisions, ils descendent au village et se retrouvent confrontés à des continentaux peu bavards et très vite soupçonneux.

Edgar, quant à lui, va chercher de l’eau au château et sa curiosité le fait entrer dans la demeure, où il y rencontre le comte Alucard, qui affirme être le dernier des vampires, mais un vampire végétarien ! Euphémia, sa maman, nourrit des chiens errants qui ne sont autres que des loups mais elle ne s’en rend pas compte. Le livre est plein d’humour…

Les villageois se posent de nombreuses questions sur ces gens qui campent non loin du château, donnent à manger aux loups … et à force de discuter, pensent qu’ils sont également des vampires en puissance et veulent en finir avec ce genre d’individus. Il s’en suit toute une aventure … mais je vous laisse découvrir la suite et la fin qui est un peu surprenante.

Ce livre est assez surprenant et facile à lire. Edgar se lie d’amitié avec ce comte vampire végétarien : il ne faut donc pas se fier aux apparences. Le livre est agréable, les personnages bien choisis et les illustrations, toutes les 4-5 pages sont bien fidèles à l’histoire.

 

 

 

Voyage dans le temps

Ne dites jamais jamais, de Nathalie Stragier

ne dites.jpg

Pierrick est parti dans le futur en 2188 dans un monde peuplé exclusivement de femmes. Pénélope et Andréa accompagnées d’Antarès partent à sa recherche. Leur périple s’avère difficile, d’autant que Pierrick et Antarès risquent leur vie car être un homme est une anomalie punie de la peine de mort. De son côté, Andréa, avec son allure médiévale, devra se fondre dans un monde où toutes les femmes sont grandes et belles. Pénélope, quant à elle, progresse à tâtons dans une société dont elle ne reconnaît plus les codes. Beaucoup d’obstacles pour ces deux héroïnes qui devront rester soudées pour mener à bien leur mission.Nous retrouvons  nos héros embarqués dans une folle aventure.

Un troisième tome qui conclut la série « la fille du futur ». L’auteur aborde les inégalités et jette un regard aiguisé sur les clichés qui polluent parfois notre société. Il est conseillé de lire les deux premiers livres avant de s’attaquer à Ne dites jamais jamais qui fait parfois référence aux précédents volumes.

Enregistrer

Donjon, 2. Le roi de la bagarre, de Joann Sfar et Lewis Trondheim

Les dévoreurs de livres d’Arsène : les chroniques des élèves du comité de lecture du blog

Donjon, 2. Le roi de la bagarre, de Joann Sfar et Lewis Trondheim

Une nuit d’été au pays de Terra Amata. Sonia la Grosse veut voler la couronne de terre. Herbert le canard, toujours aussi peureux et peu sûr de lui, tente de l’en empêcher, mais sans y parvenir. Le Gardien lui affirme alors qu’il ne pourra pas le garder à son service s’il n’apprend pas la bagarre. il mlui conseille donc d’aller rejoindre Marvin à Zautamauxime, le village des lapins qui n’aiment pas les étrangers. En chemin, il croise Sonia… Celle-ci dort, la couronne sur sa tête…

Ce nouveau tome des aventures d’herbert m’a toujours autant plu que le premier : toujours aussi dynamique et plein de rebondissements. Je conseille vraiment ce livre à mes camarades, et si vous voulez savoir ce qu’il advient du roi de la bagarre, prenez le prochain aller pour « Terra amata »

Bruno, 5ème – membre des Dévoreurs de livres d’Arsène

 

Donjon, 1. Coeur de canard, de Joann Sfar et Lewis Trondheim

Les dévoreurs de livres d’Arsène : les chroniques des élèves du comité de lecture du blog

Donjon, 1. Coeur de canard, de Joann Sfar et Lewis Trondheim

Les Capuchons, des êtres méchants qui mangent des âmes, veulent s’approprier Le Donjon d’une personne appelée le Gardien, mais le souci c’est que le Gardien n’a aucune envie de le vendre ! Les Capuchons vont alors chercher à tuer Le Gardien de façon à s’approprier plus facilement le lieu. Pour se défendre, le Gardien fait appel à un barbare qui n’a peur de rien, pour massacrer les Capuchons, Mais cela ne passe pas comme prévu… Un canard, le Duc Herbert, peureux et peu sûr de lui, va se mêler de l’affaire. C’est ainsi que va se déclencher une guerre entre les Capuchons et le Gardien.

J’ai trouvé cette bande dessinée vraiment très bien, elle m’a beaucoup plu : dynamique, drôle et pleine de rebondissements.

Colorées, surnaturelles, avec des personnages drôles et intrigants, les illustrations sont tout à fait adaptées à l’histoire et collent bien à l’univers des personnages, humoristiques et décalés.

Je conseille ce livre à tous mes camarades et je vais lire rapidement la suite ! Et si vous voulez comprendre le pourquoi du titre « Coeur de canard », plongez-vous dans l’histoire !

Bruno, 5ème – membre des Dévoreurs de livres d’Arsène

Enregistrer

Enregistrer