Les chaussures, de Gigi Bigot et Pepito Matéo – ill. Isabelle Chatellard

« Elles », ce sont les chaussures…

Perdues, ne voulant plus avancer… Pourquoi ? C’est la guerre. Après une vie glorieuse, on leur a demandé de raser les murs, puis de ne plus sortir du tout, puis de se cacher, et finalement de partir.

Un album tout en finesse et en suggestions, où les chaussures sont une métaphore de l’enfance. Ni date, ni lieu. Nous sommes dans « les rues d’une ville sans nom ».

A travers les non-dits, sont évoqués des thèmes très graves comme la guerre et l’exode, mais également l’entraide et la solidarité. Car les chaussures finiront par trouver un cordonnier pour les réparer et une petite fille pour les porter. Les illustrations aux tons sépia, aux contours anguleux, aux ombres menaçantes donnent à cet album au message historique une sorte de portée universelle à l’image d’un conte. Et à la limite de la poésie…

Marche aujourd’hui marche demain, à force de marcher les souliers sont arrivés dans une ville où les maisons blessées se remettaient debout tant bien que mal, où les trottoirs défoncés guidaient malgré tout les pas sans se tromper à travers le dédale des rues cabossées.

 

Les auteurs reversent leurs droits à la CIMADE (le Comité Inter-mouvements auprès des evacués).

Au ghetto de Varsovie nous avons combattu avec Marek Edelman, d’Eric Simard

Les dévoreurs de livres d’Arsène, les chroniques des élèves du comité de lecture du blog

L’HISTOIRE :

Ce livre, fiction historique, se présente comme une suite de 22 courts récits de personnes ayant côtoyé Marek Edelman dans le ghetto de Varsovie, particulièrement durant l’insurrection. Marek Edelman fut l’un des fondateurs de l’Organisation juive de combat (OJC), créée en 1942 pour résister à l’occupation nazie.  Il fut l’un des chefs du soulèvement du ghetto de Varsovie en avril-mai 1943 et l’un des 40 survivants, réussissant à fuir par les égouts après que les Allemands eurent incendié le ghetto. Les héros de ce livre nous livrent leur témoignage, nous expliquant dans quelles conditions ils sont morts.

En effet depuis novembre 1940, les Allemands et leurs complices harcèlent, terrorisent, affament, humilient la population juive du ghetto de Varsovie.

66 pages

AVIS SUR LE LIVRE :

C’est un roman composé de récits historiques pour la jeunesse mais qui s’adresse à tous.

Il s’agit d’un ouvrage de fiction mais s’inspirant de faits authentiques. On découvre les réalités de la vie dans le ghetto, la faim, le froid, l’arbitraire, la violence, la déportation vers Treblinka, le mépris de la vie humaine, la mort de presque tous.  On trouve un plan très clair du ghetto avant les récits et un petit lexique qui fournit quelques précisions.

Malgré que chaque chapitre soit très court, ce livre n’est pas facile à lire, parce que chaque témoignage est touchant et nous fait vivre la dure réalité de cette période.

Axel – 14 ans, 3ème – membre des Dévoreurs de livres d’Arsène

 

Tous à la Bastille, de Nathalie Le Cleï

Quand le peuple se révolte…

tous à la bastille.jpg

Tous à la Bastille est un roman qui commence quelques jours avant la Révolution française. Nous suivons deux adolescents, Lucille et Augustin, qui vont se retrouver au plus près des événements. Lucille est perruquière de Marie-Antoinette. Elle travaille dur pour faire vivre sa famille. Son frère Augustin, gagne quelques sous comme ouvrier dans les quartiers pauvres de Paris. Les victuailles s’amoncellent chez les riches alors que les gens du peuple meurent de faim. Le peuple n’en peut plus, la vie devient de plus en plus difficile. Necker, seul porte-parole des plus démunis et ministre du roi, est renvoyé par Louis XVI. C’en est trop, les esprits s’échauffent, les gens prennent les armes, direction la Bastille. Pour Lucille et Augustin, le compte à rebours a commencé.

Nathalie Le Cleï utilise un genre qui repose sur le principe de la réécriture de l’Histoire à partir d’un événement du passé. Elle a su transmettre la colère et la souffrance de tout ce peuple par des dialogues percutants.

Chaque chapitre est un jour différent jusqu’au dénouement final. Une fin qui nous emmène vingt ans plus tard avec les mêmes héros qui ont vécu la Révolution mais qui ont ensuite traversé les années dans un environnement social plus serein.

Mais Nathalie Le Cleï a également imaginé un autre épilogue : et si le peuple avait été écouté et si le pouvoir avait répondu aux doléances des gens, et si la Révolution n’avait pas eu lieu…..

 

Voyage au bout de la Loire – une histoire de mariniers -, de Jean-Luc Defromont

La Loire en gabare

Lucas dit «Moineau» et Marco 12 ans, vont embarquer à bord d’une gabare de la Loire, le Moïse, comme apprentis-mariniers. Nous sommes en 1856, époque à laquelle nombreux sont les enfants de cet âge qui travaillent déjà. Les deux jeunes garçons sont excités à l’idée de découvrir la vie sur l’eau. Ils vont apprendre à connaître la Loire, le travail sur les bateaux, les hommes et les chants. Malgré leur jeune âge, ils vont aider les mariniers dans les besognes les plus difficiles comme les manœuvres ou les chargements.

Voyage au bout de la Loire dépeint les difficiles conditions de vie et le dur labeur des mariniers. On apprend également qu’à cette époque, les mariniers se mettaient également à disposition des municipalités pour évacuer les familles et les ravitailler au moment des crues. Le lecteur navigue au gré des méandres de la Loire, la Loire réputée pour être le plus traître des fleuves. Un joli récit mettant en lumière un métier méconnu, assorti d’un lexique retraçant l’histoire de la batellerie de la Loire.

100 infos insolites à travers l’histoire – Collectif

Les dévoreurs de livres d’Arsène, les chroniques des livres du comité de lecture du blog   100 infos insolites à travers l'Histoire Un documentaire à lire dès 10 ans – 128 pages. Ce livre contient donc 100 chapitres consacrés à un sujets spécifique : l’Histoire et nous délivre des informations insolites sur différents sujets, du passé jusqu’à nos jours  :  Quels sont les deux présidents américains qui furent arrêtés pour leur conduite dangereuse à cheval ? Pourquoi certains souverains africains avaient-ils peur des perroquets ?    On peut apprécier la mise en page des livres de cette collection. Il y a beaucoup de couleurs, des encadrés, des fonds à motifs, des tas d’illustrations sur chaque pages.. C’est à la fois bien rempli mais pas brouillon. C’est un livre que l’on peut lire ou  feuilleter en prenant une page au hasard. Chaque info commence d’abord par un titre accrocheur puis viennent les explications et les précisions accompagnées d’illustrations colorées qui rendent les faits plus clairs. C’est un livre complet, diversifié et drôle.  A la fin de l’ouvrage on retrouve une table des matière ainsi qu’une carte du monde légendée pour bien situer les événements. Une nouvelle façon d’aborder et d’apprécier l’Histoire autrement que scolairement, à partir d’anecdotes rigolotes, tout en s’instruisant. On trouve vraiment  des réponses à de nombreuses questions dans ce livre original. Les explications sont simples. Un livre à lire pour approfondir ses connaissances en Histoire pour grands et petits. Il existe plusieurs titres de la même collection sur les sciences, le corps humain, les aliments, l’espace… 

Mai 68 de A à Z : 100 mots pour comprendre le bouleversement de la société, de Danièle Ohayon et Patrick Fillioud

Les dévoreurs de livres d’Arsène, les chroniques du comité de lecture du blog

Mai 68 de A à Z : 100 mots pour comprendre le bouleversement de la société, de Danièle Ohayon et Patrick Fillioud

Pages : 143 pages
A partir de 13 ans

L’introduction commence par le refrain d’Imagine de John Lennon.

Cet ouvrage commence par une introduction sur les origines du mouvement de mai 1968 et les changements auxquel il a conduit. Il se poursuit ensuite par un abécédaireMai 68 est un événement historique qui a changé la société et notamment permis de faire évoluer la place des femmes et des jeunes dans la société. C’est aussi un mouvement ouvrier et étudiant. .  Ce mouvement aura eu pour conséquence un profond bouleversement de la société française et du monde.
Ce petit ouvrage détaille intelligemment par thème les événements et les changements radicaux survenus. Les 100 sujets sont à la fois brefs et complets, cet ouvrage permet de prendre conscience de l’importance de ce mouvement sans précédent et de l’actualité des revendications portées par les manifestants comme l’écologie, les inégalités, l’éducation, l’indépendance des médias, les conditions de travail ou l’égalité entre les femmes et les hommes.

 

MON AVIS :

Une analyse qui a été faite cinquante ans après est très instructive, C’est clair et concis grâce à l’alphabet et à une chronologie qui est insérée en fin d’ouvrage. Ce dictionnaire est illustré par des affiches de l’époque C’est un livre complet tout à la fois sociologique, politique et historique à lire !

Avis de Mme COQUILLAT : Professeur d’histoire au collège Arsène Fié
Un Livre qui s’adresse aussi bien à la jeunesse qu’aux adultes, qui rend abordable un soulèvement populaire qui pourrait sembler complexe.  A travers le vocabulaire, tous les sujets sont abordé, il se lit très rapidement et donc ne pas hésiter à l’utiliser comme outil pour comprendre les causes et les conséquences de ce mouvement.

Axel – 14 ans, 3ème – membre des dévoreurs de livres d’Arsène

Alcatraz Indian land, d’Elise Fontenaille

Alcatraz Indian land par FontenailleMarilyn Miracle, de son nom indien Little Bird, vit une vie misérable dans une réserve indienne paumée, aux côtés d’une mère alcoolique. Depuis ses treize ans, elle ne va plus à l’école et pour oublier le suicide de sa meilleure amie, elle sniffe de la colle toute la journée… Mais un jour, Richard Oakes, un Indien parti en Californie faire des étues est venu la chercher.

Faut que tu t’en ailles, Little Bird… Déploie tes ailes, fous le camp d’ici

l’encourage sa grand-mère, Dana, la seule personne qui ne se soit jamais occupée d’elle et l’ait jamais aimée.

Alors, Little Bird part avec Richard et est accueillie dans sa famille auprès de sa femme Alicia et leur fille Yvonne.

On est en 1969 et Richard Oakes est le leader d’un groupe d’activistes qui se bat pour la défense des droits des Indiens d’Amérique. Leur rêve : créer une université pour les Indiens. Leur projet : investir l’ancienne prison d’Alcatraz, désertée depuis 5 ans. Ils choisiront la journée symbolique de Thanksgiving, jour où l’Amérique commémore l’aide que les Indiens ont apportés aux premiers colons. Alicia, Little Bird et Yvonne seront de la partie mais pas seulement… Tous les jour, un nombre de plus en plus important d’Indiens de toutes les tribus arriveront et s’installeront sur l’île… Ce roman retrace cette action, ce combat.

Ce récit est construit sous la forme d’un flash-back, raconté par Little Bird, âgée, qui écrit à sa petit-fille Eden pour partager avec elle les souvenirs de ses seize ans. C’est une lettre envoyée par la mairie de San Francisco l’invitant à revenir sur les lieux de l’occupation et de repeindre les graffitis  du château d’eau dans le cadre de la célébration pour l’anniversaire de l’occupation d’Alcatraz qui fera remonter ses souvenirs et lui donnera envie de témoigner pour perpétuer cet héritage pour la génération future. Un court roman très intéressant qui met à la portée de tous une page d’Histoire pas forcément connue du grand public et des adolescents en particulier. On prend conscience de la force de l’engagement et des dérives que toute action, même pacifiste au départ peut déclencher lorsque l’intérêt personnel prend le pas sur le collectif. A lire.