Je suis Juan de Pareja, de Elizabeth Borton de Treviño

"Je suis Juan de Pareja", d'Elizabeth Borton de TrevinoSéville, 17ème siècle. Juanito, jeune esclave, se retrouve seul après le décès de son maître, puis de sa maîtresse, qui a succombé à la peste. Il fait partie de l’héritage et doit rejoindre son nouveau maître à Madrid, le neveu de sa maîtresse, le peintre Vélasquez. Après bien des péripéties, le voici donc qui  entre au service du grand peintre de la cour. Il va devoir préparer les pigments, les toiles, nettoyer l’atelier. Juan admire le travail de son maître et apprend en secret, en regardant celui-ci travailler. Son rêve : devenir peintre lui aussi… Mais les esclaves n’ont pas le droit de toucher aux arts.

Tiré d’une histoire vraie, ce texte est écrit à la première personne, comme une autobiographie de l’esclave. Même si l’écriture est romancée, on y apprend beaucoup de choses historiques sur la condition des esclaves, sur la vie de Vélasquez et la cour d’Espagne au 17e siècle. Vélasquez était un maître bienveillant, simple, austère, qui n’a pas été épargné par les épreuves de la vie. Il est l’un des plus grands peintres de son temps. La première de couverture de cette édition est une reproduction du véritable tableau qu’il a peint de son esclave  Juan de Pareja.

Cette histoire nous fait voyager dans cette Espagne de cour du 17e siècle mais aussi jusqu’en Italie, avec les trajets sans fin  et les problèmes de communication avec les proches restés sur place qui en découle. On rencontre aussi d’autres artistes connus à l’époque comme Rubens.

Ce texte est écrit de manière assez descriptive qui ne laisse pas passer les émotions de manière vive et en cela pourrait peut-être rebuter certains de nos lecteurs, -si on y ajoute le nombre de pages assez conséquent. Ecrit en 1965, peut-être le texte a-t-il un peu vieilli ? En tout cas, l’histoire reste malgré tout  passionnante et très instructive, véritable petite histoire de l’art.

Opération Lovelace de Emmanuelle Kécir-Lepetit

Un voyage spatio-temporel

lovelace.jpg

New York, hiver 2030. Nancy Watson, une adolescente de 12 ans, vit avec sa mère, directrice réseau d’un grand groupe. Son père est docteur en informatique, il a d’ailleurs conçu le système numérique de sécurité du Pentagone. Des parents divorcés, accaparés par leur profession, Nancy se sent souvent seule. Et aujourd’hui plus que les autres jours car c’est son anniversaire et elle n’a reçu aucun appel de sa mère et encore moins de son père. Alors qu’elle prenait un chocolat dans un bar avec sa meilleure amie, Jesse, toutes les lumières se sont brusquement éteintes. Par la baie vitrée, elle se rend compte que la ville est également plongée dans la pénombre. Quelques secondes avant cette coupure, Nancy a reçu un message codé de sa maman l’invitant à l’appeler en urgence, suivi d’un sms de même nature provenant de son papa. Comprenant vite que la situation est grave, l’adolescente retourne précipitamment à son domicile. Arrivée sur place, elle s’empare d’un vieux téléphone portable que son père a bricolé et qui doit être utilisé uniquement dans les situations extrêmes.  Ses parents lui apprennent alors que les systèmes informatiques occidentaux ont été endommagés par un virus. L’humanité est menacée par des pirates qui peuvent à tout moment envoyer la bombe, sans que personne ne puisse les arrêter. Il faut qu’ils partent, une mission de la plus haute importance les attend. Une cellule de crise est alors mise en place dans un chalet appartenant aux parents de Nancy. Les gens du Pentagone, des militaires y sont réunis, dans le plus grand secret. Les visages sont graves, les discussions longues et animées. Pour remédier à cette catastrophe qui paralyse le monde, il faut remonter le temps pour réparer le mal à sa source. Ainsi, il est nécessaire de se rendre à Philadelphie, en 1943, l’année où a été créé le premier ordinateur. Alors, quand monsieur Watson explique son idée de retour dans le passé, tout le monde le prend pour un fou. Mais ont-ils le choix ? Chacun y va de son commentaire, pour enfin se rallier à sa cause. L’opération Lovelace est lancée. Lovelace est un programme mis au point par le docteur Watson qui permet de voyager dans le passé et qui est équipé d’un logiciel de retour. Il a fabriqué un siège installé sur une plate forme, entourée d’une paroi vitrée reliée à un grand ordinateur. Maintenant, il s’agit de trouver le candidat idéal pour cette mission de la dernière chance. La soirée s’achève, les parents accompagnent les visiteurs à la porte. Nancy n’a pas perdu une miette des débats et, vu l’urgence de la situation, elle décide de se porter volontaire. Au détail près, personne n’est au courant de sa décision. Profitant que ses parents soient occupés, elle s’assoit dans la machine sans trop réfléchir. Au dernier moment, prise de remords, elle leur griffonne un mot. Elle se colle au siège, qui commence à tourner si rapidement que tout se mélange dans sa tête, des lumières vives surgissent de partout, des bourdonnements, un tunnel, le vide puis plus rien … Nancy perd connaissance … Mais juste avant ce chaos, elle se rend compte qu’elle n’a pas emporté le drone de retour….

Avec l’Opération Lovelace, le lecteur se laissera facilement captiver par les aventures trépidantes de Nancy dans Londres, au XIXème siècle – puique le programme s’est trompé de 100 ans ! Entre passé et futur, pas le temps de s’ennuyer ! Une véritable aventure vous attend.

Un roman sans temps mort qui sait mélanger les genres avec succès, édité par une très sérieuse maison d’édition scientifique : les éditions Le  Pommier. Si les éléments de fantastiques ou science-fiction sont faux, il n’en est pas de même de toutes les données sur les personnages historiques réels présentés dans ce livre de manière très documenté. D’ailleurs, en fin d’ouvrage, une annexe fait le point pour nous aider à démêler le vrai du faux, complété d’une biographie d’Ada Lovelace.

Un petit point d’Histoire maintenant :

Ada Lovelace, de son nom complet Augusta Aida King, comtesse de Lovelace, née Aida Byron le 10 décembre 1815 à Londres et morte le 27 novembre 1857, est une pionnière de la science informatique. Elle est principalement connue pour avoir réalisé le premier programme informatique lors de son travail sur un ancêtre de l’ordinateur : la machine analytique de Charles Babbage. En référence à sa découverte scientifique, son prénom sera donné au langage de programmation, créé dans les années 80, par le département de la défense des Etats-Unis. En mémoire à son travail et dans le but de promouvoir le travail des femmes en science, une journée Ada Lovelace a été lancée par un journaliste britanique: le Ada Lovelace day.

La collection Les Savantissimes aux éditions Le Pommier a pour but de mettre à la portée de tous la vie et l’oeuvre d’un scientifique dont les découvertes ont marqué durablement l’histoire des sciences, le tout sous la forme d’un roman plein d’aventure. C’est réussi !

100 % bio, Léonardo : la vie géniale (et super drôle) du grand Léonard de Vinci, de Cécile Alix

Génialissimo Léonardo !

Vous avez tous déjà entendu parler de Léonard de Vinci, j’espère ? Ce génie italien du XVème siècle qui était tout à la fois peintre, sculpteur, ingénieur, architecte, inventeur,  exceptionnel dans tous les domaines ? S’il avait fait tout ça en vingt vies, cela aurait déjà été incroyable, mais en quelques décennies … Si vous souhaitez mieux le connaître, ou le découvrir, n’hésitez pas à ouvrir ce roman. Mélissa, notre narratrice a créé une chaîne You tube 100 % bio(graphie)  pour parler de cet  homme illsutre de la Renaissance, que lui a fait découvrir, un peu par hasard, Clotaire, le bibliothécaire. Elle qui adore dessiner des plans, fabriquer des objets insolites (elle est sur le projet d’un pédalobrouteur (le vélo tondeuse de pelouse)… alors, vous pensez bien, Léonard de Vinci, c’est son idole et son enthousiasme va être vraiment contagieux. en quittant ce livre, on l’adore tout simplement, avec ses qualités et se défauts ! Un livre drôle, ludique, très bien documenté (j’ai pas tout vérifié, mais je pense qu’il est parfaitement fiable !) aux illustrations en noir et blanc vivantes et sympathiques. Een refermant ce livre, on a qu’une hâte… Avoir un week-end prolongé pour partir en famille  au château du Clos Lucé, près d’Amboise, dédié à Léonard de Vinci et dans lequel on trouve, entre autrse, des maquettes de ses inventions. Un bonus sur le site de l’éditeur Poulples fictions permet de compléter nos informations par des vidéos et autres infos diverses. Un petit coup de coeur, je me suis régalée à lire cette biographie qui est tout sauf austère, on apprend plein de choses sans s’en rendre compte !

Et un immense merci à Cécile Alix pour nous avoir dédicacé le livre ! J’ai hâte de découvrir d’autres titres de cet auteur.

Un nouvel éditeur à ne pas hésiter à acheter pour les CDI, les romans édités ont tous beaucoup de succès ici.

L’histoire d’Helen Keller , de Lorena A . Hickok

Les dévoreurs de livres d’Arsène : les chroniques des élèves du comité de lecture du blog

L’Histoire d’Helen Keller, de Lorena A. Hickok

Résultat de recherche d'images pour "l'histoire d'helen keller"Voici l’histoire d’Helen Keller, une jeune fille sourde, muette et aveugle à cause d’une congestion cérébrale qui l’a frappée à 2 ans.

La jeune fille est donc murée dans le silence et l’obscurité.

Ses parents eux, ont fait beaucoup de visites à de grands médecins qui, face à Helen, sont impuisants. Le Docteur Bell, un scientifique spécialisé dans l’audition des enfants sourds, leur avait conseillé Michael Agnagnos, directeur de l’école  » Pekins  » qui avait réussi à communiquer avec une femme nommée Laura Brigman, elle aussi sourde, muette et aveugle. Celui-ci leur envoie à leur domicile Ann Sullivan, qui deviendra la maîtresse d’Helen.

Ann réussira-t-elle à sortir Helen du silence et de l’obscurité ?

Et que fera celle-ci de sa vie future ?

Une histoire vraie et très touchante qui est une biographie d’Helen Keller, personnage qui a réellement existé, né à la fin du 19e siècle. Helen Keller a également écrit son autobiographie en 1954 et qui est  « Sourde, muette et aveugle : histoire de ma vie  » disponible au CDI.  J’aimerais bien la lire car cela serait très intérressant e de connaître en plus son avis personnel, ses propres sentiments et ressentis.

Le Dr Bell est un remarquable savant. C’est en essayant de mettre au point un appareil pour redonner une certaine acuité auditive aux enfants sourds, qu’il a inventé le téléphone.

Chloé, 4ème – 13 ans, membre des Dévoreurs de livres d’Arsène

 

Quand Joseph Meister fut sauvé par Pasteur, de Lorris Murail

Pasteur ou la rage de vaincre

En Alsace, juillet 1885. Joseph Meister, un enfant de 10 ans, part tôt le matin pour aller chercher de la levure pour son père boulanger. Mais sa route croise malheureusement celle d’un chien qui va l’attaquer. A cette époque, la rage fait peur car elle ne se soigne pas. Mais dans l’ombre, un chimiste, Louis Pasteur fait des expériences pour trouver un remède. Le seul espoir pour les parents de Joseph est de trouver cet homme.

Mais Pasteur va-t-il prendre le risque de soigner ce jeune enfant, mal en point. Ses recherches n’ont encore rien donné. Risquera-t-il la vie de Joseph ? Joseph deviendra t-il son premier cobaye humain ? Que va dicter sa conscience ?

Forcément, nous, lecteurs connaissons pour la plupart l’aboutissement des recherches de Louis Pasteur sur le vaccin contre la rage.Mais l’auteur a su maintenir un certain suspense sur le sort de Joseph. Louis Pasteur qui, jusqu’à présent, n’a fait que des expériences sur des animaux ! Le côté très humain de Pasteur se dévoile, ce n’est pas un chimiste fou qui expérimente sur n’importe quoi ou n’importe qui. On partage ses doutes et ses angoisses au fil des pages. On l’accompagne tout au long de son parcours.

Pour Joseph, il devient son maître absolu, il croit en lui.

Ce livre est à la fois un récit  et un documentaire sur la découverte du vaccin contre la rage. Il dévoile tous les questionnements de Pasteur, les étapes de ses expériences et nous livre un bulletin de santé régulier de Joseph qui se passionne pour le travail de Pasteur. Joseph devient alors son petit protégé.

Le lecteur ne décroche à aucun moment.

Ce livre a un côté pédagogique car on apprend de façon claire comment le vaccin contre la rage a été découvert, on connaît mieux qui était Louis Pasteur. A la fin du livre tout un dossier, illustré par des photos d’archives, est consacré à ses autres découvertes. S’en suit des témoignages de journalistes qui ont assisté aux défilés incessants des malades et qui nous éclairent aussi sur toute la méfiance qu’entourait les travaux de Pasteur.

Il a été reproché pourtant à Louis Pasteur d’avoir sacrifié beaucoup d’animaux pour mener à bien ses expériences. Mais n’était-ce pas alors le prix à payer pour que la science progresse….

C’est un livre complet qui s’adresse tant aux jeunes lecteurs qu’aux adultes. Ce n’est pas un livre scientifique. Mais il nous montre que Pasteur a été très précieux pour la médecine d’aujourd’hui.

L’enfant de l’écume : une vie de Saint Exupéry, de Eric Simard

Le petit prince et la mer

Juillet 1944, la France est occupée par les Allemands. Jean, pêcheur, a un souci avec le moteur de son bateau .Il est en pleine mer. Soudain il aperçoit au devant de son embarcation, un enfant tout mouillé. Mais comment est-il arrivé là ? Qui est-il ? Autant de questions qui envahissent Jean. Pendant plusieurs jours , le scénario se répète. Chaque jour, l’enfant arrive comme par magie sur le bateau de Jean puis disparaît.. Il parle de son enfance, de sa vie. Mais chose étrange il remonte 28 ans en arrière… Il se dit s’appeler Antoine et charge le pêcheur de retrouver sa mère.Mais qui est-elle ? Où vit-elle ? Jean est à la fois intrigué et perturbé par cette présence qui l’obsède.

On découvre le nom de cet enfant au bout du quatrième jour… SAINT EXUPERY .

Ce récit est en fait la biographie d’Antoine de Saint Exupéry, célèbre aviateur et écrivain. La présentation de la vie de St Exupéry se fait à travers un personnage qui a pris les traits d’Antoine enfant, ce qui rend le récit touchant et presque fantastique.C’est Antoine de St Exupéry vu par Antoine enfant. Dans ce récit, on devine des similitudes avec le personnage du Petit Prince qu’il a créé :

Antoine est resté 8 jours avec Jean comme le Petit Prince est resté 8 jours avec l’aviateur. Antoine dit sans cesse à Jean de retrouver sa mère… le Petit Prince demande sans cesse à l’aviateur de lui dessiner un mouton…

Antoine-enfant est bouclé et blond comme le petit prince…

On pourrait presque comparer ce récit à un conte : Antoine enfant qui arrive de nulle part et qui parle de sa vie jusqu’à sa disparition…Mais son côté touchant nous fait oublier ce côté irréel de la situation. On a envie tout comme Jean de le retrouver et d’écouter ce qu’il a à nous dire.

Cet écrit nous fait ressortir aussi les liens qui unissent un fils à sa mère. Les liens forts du sang qui bouleversent Antoine. On a l’impression qu’il est revenu sur terre chargé d’une mission : retrouver sa mère mais il a choisi le pêcheur qui deviendra son messager.

10 jours pour sauver le roi

Ils veulent tuer Henri IV, de Isabelle Wlodarczyk

Au début du mois de mai 1610, un complot est mis en place contre le roi Henri IV. L’histoire est racontée par Ondine, une jeune servante orpheline au service de la reine, qui essaie  de ils-veulent-tuer-henri-ivretrouver ses origines. Un jour, son ami Jean arrive au Palais et confie à Ondine une lettre écrite par Mme Escoman, prisonnière à la Conciergerie, à remettre en mains propres à la Reine. Cette dame prétend que le roi va être assassiné dans quelques jours. Aidée par Jean, les deux enfants sont prêts à tout pour sauver le roi et essaient de lui faire changer ses habitudes. Le roi , menacé depuis longtemps, n’y prête plus trop attention et vit son quotidien très normalement. Le dernier chapitre, le jour J est raconté de deux manières différentes, et nous montre deux fins bien distinctes selon la tournure qu’aurait pu prendre la vie des différents personnages principaux. Le monde aurait pu être bien différent.

L’auteure dans ce livre, retrace bien l’Histoire telle que nous la retrouvons dans les manuels. Elle relate de manière assez simple les raisons pour lesquelles Henri IV a été assassiné : problèmes entre protestants et catholiques, femmes mises de côté …

L’histoire est bien menée avec le compte à rebours qui nous tient en haleine et qui nous donne envie d’aller jusqu’au bout du récit et de mener l’enquête avec ces deux jeunes. Ondine a un rôle important puisque, en plus de vouloir sauver le roi, elle découvre, vers la fin du livre, qui sont ses parents.

Intéressant et accessible, même aux plus jeunes.

 

Enregistrer