Des book-trailers par les élèves de 6ème

Les élèves de 6ème ont réalisé des book-trailers, des bandes-annonces de livres sous forme de vidéo d’animation avec le logiciel Powtoon. Découvrez leurs vidéos en cliquant sur le bouton au dessus de chaque titre. Partez à la découverte d’une sélection de livres choisie par les élèves de 6ème du collège. Le Magicien d’Oz, Yin et le dragon, L’ogre au pull vert moutarde, Seuls, Mystère, La plus affreuse des sorcières, L’étrange Noël de Monsieur Jack, Baba Yaga, Les derniers géants, Tigre le dévoué, Verte et Fils de sorcières !

Les filles au chocolat, 2. Cœur Guimauve d’après le roman de Cathy Cassidy, Raymond Sébastien

Skye et le fantôme de Clara Travers !

Résultat de recherche d'images pour "coeur guimauve"Skye est différente de sa jumelle, Summer. Plus populaire, passionnée par la danse, Summer est souvent sur le devant de la scène. Skye, plus réservée et indépendante a l’impression de vivre dans l’ombre de sa sœur.  Bien qu’elles s’aiment par-dessus tout, les deux sœurs ont des préoccupations différentes et ne se sont pas toujours sur la même longueur d’ondes. Surtout après ce soir Halloween où une sombre histoire sur la maison où ils vivent va ressurgir et absorber toutes les pensées de Skye. La jeune fille va être obnubilée par le fantôme de Clara Travers et fera des rêves étranges et envahissants. Un garçon vient cependant hanter les rêves de Skye ne la laissant pas indifférente. Skye va tenter de percer le mystère relatif au destin de Clara Travers et de savoir qui est ce charmant garçon qui envahit ses rêves.

Dans le premier tome des filles au chocolat, l’histoire est centrée sur l’arrivée et l’intégration  de Cherry Costello chez les filles Tanberry. Intégration rendue difficile par Honey, la plus âgée des cinq adolescentes qui n’avait toujours pas digéré le divorce de ses parents. Dans ce deuxième tome, Honey n’est toujours pas sous son meilleur jour. Toujours aussi triste à cause de l’absence de son père, elle reste en froid avec Cherry et désagréable avec les autres.

Ce deuxième tome est centré sur les deux jumelles, Skye et Summer, particulièrement sur Skye. Skye ne s’intéresse pas aux garçons du collège et a moins d’amis que sa sœur. Moins populaire, elle a arrêté la danse alors que Summer prend ce sport très au sérieux et continue de briller lors des spectacles au collège. Skye s’interroge alors sur elle et semble moins sûre d’elle que sa sœur. Les deux filles sont bien différentes bien que leur relation soit fusionnelle.

Toujours aussi colorée et pétillante, Cœur guimauve est une bande-dessinée alléchante et intéressante traitant du sujet de l’adolescence et des rapports avec la famille, les amis, les premiers amours. À lire dès la 6ème !

Le CDI possède également d’autres tomes en bandes dessinées, dont voici la présentation de l’éditeur  :

Tome 3, Coeur mandarine : Summer, 13 ans, voit son rêve devenir réalité : elle est sélectionnée pour les examens d’entrée dans une prestigieuse école de danse ! Mais, pour elle qui a l’habitude d’être la sour parfaite aux yeux de sa jumelle Skye, et de toute la famille, la pression monte. Et ni sa grand-mère, aux commandes de la famille pendant que Paddy et sa mère sont en lune de miel, ni sa grande sour Honey, en pleine crise d’ado, ne se rendent compte que Summer est envahie par le stress. Le seul qui y prête attention, c’est son ami Tommy…

Tome 4, Coeur Coco : Coco, la plus jeune des soeurs Tanberry, aime par-dessus tout ses cours d’équitation. Ainsi, son cheval préféré est vendu, Coco enquête sur son nouveau propriétaire. Malheureusement, ce qu’elle apprend ne la rassure pas du tout…

Tome 5, Coeur vanille : Honey a 15 ans. Elle est l’aînée des soeurs Tanberry. Lunatique, égoïste, souvent triste, elle adore les drames, c’est une rebelle. Elle décide de rejoindre son père qui habite en Australie. Là-bas, elle découvrira que la vie n’est pas si rose. Son père a une nouvelle copine, son nouveau lycée est hyper strict. Et quand des photos compromettantes apparaissent mystérieusement sur sa page perso du réseau social SpiderWeb, c’est le cauchemar !

Les filles au chocolatCœur de cookieTome 6, Coeur cookie : Jake, qui se fait appeler Cookie, vient de découvrir qu’il a quatre demi-soeurs cachées : Honey, Summer, Skye et Coco. Son père, qu’il n’a jamais rencontré, a longtemps mené une double vie. Encore perturbé par ce qu’il vient d’apprendre sur son passé, Jake décide de fuguer…

 

Projet 3ème B, 1. Journal de Rose, Catherine Kalengula

L’adolescence, pas facile !

Résultat de recherche d'images pour "projet 3eb journal de rose"Monsieur Goldstein, professeur d’histoire-géo, propose un projet aux élèves de troisième B. Chacun doit écrire son quotidien dans un journal et le déposer ensuite dans une boîte en métal enterrée devant le collège. Cette boîte contiendra plusieurs témoignages pour les générations futures ! C’est surtout le début d’une série littéraire avec un thème qui est au plus près des préoccupations des adolescents : le journal intime où chacun partage ses émotions, ses rêves, ses secrets. Le premier tome est Le journal de Rose. Rose vit avec ses parents qui vont bientôt divorcer mais n’osent pas lui dire par peur de la blesser. Elle est amoureuse de Swann, le plus beau mec de la classe, doux et gentil, mais qui a déjà une petite copine. Adèle est la meilleure amie de Rose, mais leur relation à tendance à zigzaguer, surtout quand Adèle décide de sortir avec Gabriel uniquement pour rendre jaloux Yannis. Les préoccupations d’Adèle et de Rose ont souvent tendance à être opposées. Heureusement, le voyage à Londres approche, Rose adore cette ville par dessus tout ! Elle ne sait pas encore que ce voyage lui réserve des surprises et surtout des aventures inoubliables qui vont lui permettre de révéler sa vraie personnalité.

Journal de Rose relate le quotidien, les émotions, les sentiments, les rêves et les secrets de Rose. Rose livre dans son journal ce qu’elle ressent et ce qu’elle vit. De son amour pour Swann à Zoé et Delphine, la harcelant au quotidien, en passant par sa meilleure amie Adèle n’ayant des yeux que pour Yannis ! Difficile d’être adolescente, surtout lorsque l’on pense différemment des autres. Compliqué aussi de savoir qui on est, ce journal intime permet de mettre en avant cette quête d’identité qui s’étend du collège au lycée.

Rose est une adolescente banale et manque, comme beaucoup, de confiance en elle. Les garçons du collège ne l’intéressent pas plus que ça, à l’exception de Swann. Et pour elle, pas question de sortir avec n’importe qui. Rose est attirée par le mystère et tente de déceler les secrets de chacun.

Frais et simple à lire, Projet 3ème B. Journal de Rose saura séduire les collégiennes ! A lire dès la classe de sixième !

La bande des Pommiers. Pas de chance pour Magali, de Chantal Cahour

Quand tout nous oppose !

Résultat de recherche d'images pour "pas de chance pour magali"Vous vous rappelez de la bande des Pommiers ? Plus particulièrement de Pauline et de Pierrick ? Des élèves de CM1 de l’école des Pommiers en classe avec Madame Limay ? Une école bien agitée où les élèves n’ont pas le temps de s’ennuyer. Après l’élection de Pauline au conseil municipal, l’enquête de Pierrick,  place à Magali qui accueille sa correspondante venue tout droit de Paris.

Tous les élèves de l’école de la rue des Pommiers sont surexcités ! Les élèves de CM1 accueillent leur correspondant venant de l’école Charlemagne à Paris. Les élèves de Charlemagne sont accompagnés par Paul, leur instituteur. Quant à ceux de l’école des Pommiers, ils sont avec Mme Limay. Au moment de trouver leur correspondant, Magali ne trouve pas la sienne, elle sait juste qu’elle s’appelle Cindy. Pas de chance, c’est celle qui pleurniche et qui ne veut pas lâcher son maître. Magalie est pétillante et pleine de vie, elle adore le foot et le rock ! Cindy est plutôt sérieuse et un rien a tendance à la faire pleurer. Elle préfère la mode, la flute et la lecture. Magali est désemparée et ne sais plus quoi faire pour que Cindy s’amuse. Elle finit par jouer avec Lucinia, la correspondante de Lucie et Cindy se rend compte qu’elle a plus de points communs avec Lucie. Mais Magali est tracassée, Cindy est sa correspondante ! Le choix des correspondants a visiblement été fait en dépit du bon sens. Comment s’entendre lorsque l’on est si différent ?

Le premier tome de la bande des pommiers traitait du vote et de la démocratie à travers l’élection des représentants de l’école au conseil municipal, le deuxième était axé sur la gestion de conflit à l’école. Celui-ci traite de la différence de l’autre, des centres d’intérêt et de caractère. Peut-on s’entendre quand tout nous oppose ? Magali aime s’amuser et Cindy apprécie le calme et le sérieux. Difficile de trouver des activités communes lorsque l’une aime le foot et l’autre la mode. Le mieux est de trouver un terrain d’entente mais même cela est compliqué, pourtant Magali fait des efforts pour tenter de satisfaire sa correspondante.

Ce petit roman de la bande des pommiers montre qu’il ne faut pas repousser l’autre lorsqu’il est différent ou lorsque que peu de points communs nous rassemblent. Même si à la lecture de ce roman, il semble difficile de s’entendre avec quelqu’un qui nous paraît opposé. Nous apprenons toujours des autres et il est enrichissant de fréquenter d’autres personnes que ses semblables !

Ce roman est destiné à des élèves du cycle 3 (CM1 – CM2 – 6ème) et peut être lu dans le cadre de la liaison CM2-6ème surtout si un projet de correspondance est mis en œuvre entre deux écoles. Chantal Cahour répond aux élèves qui ne seraient pas satisfaits de leur correspondant !

Pour retrouver les chroniques des tomes précédents, c’est par ici :

La bande des Pommiers. Votez Pauline.

La bande des Pommiers. Pierrick mène l’enquête.

Harry Potter et l’enfant maudit. Partie un et deux de J.K. Rowling, John Tiffany et Jack Thorne

Et si… ?

Résultat de recherche d'images pour "harry potter et l'enfant maudit"Presque dix ans après la publication du dernier tome de Harry Potter, Harry Potter et les reliques de la mort, J.K. Rowling propose aux mordus de cet univers magique, qui a bercé plusieurs générations, une pièce de théâtre offrant une suite aux aventures de Harry Potter, une huitième histoire.

Ce livre correspond à l’édition du texte intégral de la pièce de théâtre dont la première représentation a eu lieu à Londres en Juillet 2016. Une conception originale de J.K. Rowling.

Dix neuf ans plus tard, Harry Potter est marié à Ginny Weasley et père de trois enfants : James, Lily et Albus Severus Potter. Hermione et Ron ont une fille, Rose et quant à Drago Malefoy, il élève seul son fils Scorpius. Début de la pièce, Albus Potter se rend pour la première fois à Poudlard avec la même hantise que son père à son âge, que le choixpeau magique l’envoie à Serpentard. Harry tente de le rassurer tant bien que mal. Les relations entre Harry et Albus vont devenir tendus et compliqués au fil de l’histoire. Un jour, Amos Diggory, accompagné de sa nièce Delphi, rend visite à Harry pour lui demander une faveur, celle de faire revenir son fils Cédric Diggory tué lors du tournoi des trois sorciers par Voldemort. Car une rumeur circule : le ministère de la Magie possèderait un retourneur de temps. Cependant, Harry refuse de prendre des risques importants pour le satisfaire. Albus écoute la conversation et discute, caché d’Amos et de son père, avec Delphi. Le jeune sorcier va vouloir aider Amos, en tentant de ramener Cédric à la vie. Albus entraîne son meilleur ami dans cette aventure, Scorpius Malefoy. Les deux jeunes sorciers commencent alors un voyage dans le temps où passé et présent s’entremêlent. Ils ne mesurent guère l’ampleur des conséquences que leurs actes vont et peuvent causer.

Un plaisir avant tout de se promener à nouveau à Poudlard et dans l’univers magique de Harry Potter. Retrouver Harry, Ron et Hermione puis les personnages secondaires, professeur McGonagall, Neville Londubat et même Drago Malefoy. Un petit pincement au cœur pour les personnages morts qui nous hanteront éternellement…

Nous comprenons d’entrée de jeu qu’Albus est différent de son frère James et de sa sœur Lily, tous deux à Gryffondor. Albus porte un lourd fardeau qu’il ne parvient pas à chasser de son esprit : son père se nomme Harry Potter et il porte les noms de deux grands sorciers, Albus Dumbledore et Severus Rogue. Avec Harry, ils ne se comprennent pas. Le jeune Albus va alors se rebeller contre son père en tentant d’aider Amos Diggory.

Reproches, disputes, incompréhension, peur de ne pas être à la hauteur, les relations d’Albus et et de Harry se construisent autour de ces sentiments. Harry, orphelin, semble trouver des difficultés dans son rôle de père qu’il ne parvient pas à surmonter.

Avec cette huitième histoire, J.K. Rowling semble vouloir contenter le lecteur en racontant des fins que cette saga aurait pu avoir. Monde noir et sordide gouverné par Voldemort avec Dolores Ombrage nommée directrice de Poudlard, Ron et Hermione faisant chacun leur vie de leur côté, etc. Le retourneur de temps et les aventures vécues dans ce voyage dans le temps par Scorpius et Albus n’apparaissent que comme des prétextes afin de proposer un « catalogue de fins » à la grande saga Harry Potter. Le sentiment que l’auteure ait commencé à écrire cette pièce en se demandant « et si… ? » Par ailleurs, nombreuses sont les incohérences que je ne dévoilerai dans cette chronique pour ne pas spoiler les lecteurs. Des incohérences faisant perdre la légitimité de cet écrit.

Peu originale par ailleurs, J.K. Rowling n’invente rien de nouveau si ce n’est les enfants de nos trois héros. Elle nourrit cette pièce de théâtre d’intrigues similaires vécues dans les tomes précédents et peu développées. Revenir sur la mort de Cédric Diggory pimente le début de la pièce, sensation d’enthousiasme ne durant que quelques minutes. Très vite l’histoire s’essouffle. Nous pensions que la boucle était bouclée avec Voldemort, avec Harry et ses parents mais non, J.K. Rowling continue de creuser les ténèbres de Harry Potter que nous pensions enterrés depuis maintenant dix ans.

Quelques avantages toutefois pour nos jeunes lecteurs, ce livre se lit vite et donne envie de lire et regarder à nouveau les premiers Harry Potter ! Donc je le conseille quand même aux élèves mordus de cette saga !

La cité de l’Oubli, Sharon Cameron

Nous sommes faits de nos souvenirs…

Résultat de recherche d'images pour "la cité de l'Oubli"A Canaan, les habitants vivent dans une cité fermée par des murs et ne sont pas autorisés à aller au-delà. Dans cette cité particulière, tous les douze ans, un phénomène étrange et mystérieux se produit, l’Oubli. Tous les habitants perdent la mémoire et oublient qui ils sont, leurs familles, leurs amis, comme s’ils repartaient de zéro et commençaient une nouvelle vie. Pour se rappeler, ils écrivent régulièrement dans des livres conservés ensuite aux Archives. Sans leurs souvenirs, ils ne sont rien et si leur livre est perdu, le Conseil fait d’eux des Perdus. Car la ville est dirigée par un Conseil décidant des sanctions et du sort de chacun après l’Oubli. Cependant Nadia, fille de la teinturière, n’a pas oublié et l’Oubli n’agit pas sur elle. Elle se souvient de tout, notamment de son père qui a profité de l’Oubli pour l’abandonner mais n’en connait pas les raisons. Le nouvel Oubli approche, Nadia doit percer le mystère avant que sa famille oublie à nouveau. Avec Gray, le fils du souffleur du verre, les deux protagonistes vont prendre des risques dangereux pour découvrir et révéler les secrets de la Cité de Canaan. Nadia et Gray vont se rendre derrière le mur et découvrir ce qu’est véritablement Canaan et ce qui produit l’Oubli.

La cité de l’Oubli met en narration des personnages habitant dans une ville où l’époque n’est pas définie mais ne ressemble pas à la société dans laquelle nous vivons. Teinturière, souffleur de verre, archiviste, l’ensemble des habitants travaille pour être utile à la communauté. Il n’est jamais question d’argent et tous possèdent un objet précieux : leur livre constituant une partie d’eux et de leurs souvenirs. La règle d’or est de ne jamais l’abandonner, de le garder toujours attaché sur soi. Car quand l’Oubli arrivera, seul ce livre sera en mesure de déterminer qui ils sont et ce qu’ils deviendront. Depuis leur plus jeune âge, les habitants de Canaan apprennent une attitude fondamentale, celle de toujours écrire la vérité. A la fin de chaque chapitre de l’ouvrage, nous pouvons lire les écrits de Nadia inscrits dans son livre.

L’histoire est une dystopie où nombreux sont les rebondissements inattendus et le suspens à son comble. Au début de l’ouvrage, le lecteur s’interroge sans cesse sur la Cité de Canaan et cet Oubli qui approche ayant lieu tous les douze ans. Quel est ce mur que Nadia passe à l’abri des regards ? Pourquoi est-il interdit de sortir de cette Cité ? Qui sont les habitants de Canaan ? Où se situe cette Cité où il faut se reconstruire tous les douze ans ? Pourquoi Nadia n’oublie -t- elle pas comme les autres ? Une multitude de questions traverse l’esprit du lecteur n’étant pas au bout de ses surprises !

Nadia et Gray, les deux personnages principaux, traversent le mur et tentent de voler le Premier Livre de l’Oubli pour connaître la vérité. Plus ils avancent dans leur enquête, plus ils vont comprendre que la population de Canaan est manipulée depuis le début. Mais comment faire éclater la vérité et faire évoluer les choses alors que la population va bientôt tout oublier ? Le défi que se lancent Nadia et Gray ne sera pas sans conséquences et des vies seront en péril. L’impact de leurs déclarations sera violent et chacun devra faire un choix.

La Cité de l’Oubli raconte une histoire originale où il est difficile au départ de percevoir où l’auteure nous conduit. Sharon Cameron dépeint un monde nouveau, dresse un modèle de société différent de celle dans laquelle nous évoluons. Une cité fermée où la population se renouvelle tous les douze ans et oublie tout. Seuls les livres apparaissent garants de leur mémoire. Envoûtant, ce roman conduit surtout le lecteur à se questionner sur le monde, sur la vie. Renouveler les habitants de la planète ou d’une ville permettrait-il d’instaurer un ordre parfait dans une société ? Au profit de qui ? Parfois, vaut-il mieux oublier ou vivre avec ses souvenirs ? Et vous, si vous aviez le choix, oublieriez-vous pour renaître ?

Un roman intéressant au vue des réflexions qu’il suscite une fois le livre fermé que je conseille seulement  à partir de quinze ans. Il semble selon moi être un livre adressé plutôt aux jeunes adultes. Les plus jeunes lecteurs vont se trouver face à la complexité de l’histoire et ce roman peut perdre tout son intérêt s’il n’est pas compris. Surtout qu’il faut s’accrocher pour cerner les premiers éléments permettant de s’immerger dans la Cité de l’Oubli !

Merci aux éditions Nathan pour cette avant-première ! La Cité de l’Oubli paraîtra le 5 Octobre !

 

 

Seuls dans la ville entre 9h et 10h30, d’Yves Grevet

Lire entre les lignes

Résultat de recherche d'images pour "seuls dans la ville entre 9h et 10h30 syros"Mme Darlène, professeur de français a une riche idée.  Elle propose à sa classe de terminale une expérience littéraire : « Postez-vous seul(e) à un endroit du centre-ville entre 9 heures et 10h30, et écrivez ce que vous voyez ou ce que cela vous inspire. La forme est libre : description, fiction, poésie… ». Les vingt-quatre élèves de la classe se prêtent au jeu et tous rendent un texte à leur professeur écrit durant ce temps de « Création-récréation ». Depuis, ils ont appris que le notaire de la ville, Maître Marideau a été assassiné ce matin du 23 mars où ils étaient répartis dans le centre-ville pour rédiger leur chef-d’œuvre. Le corps de celui-ci a été retrouvé à l’arrière d’une Mercedes bleue. Deux semaines après, Erwan est préoccupé par cette affaire et souhaiterai pouvoir aider la police à résoudre l’enquête. Les copies des élèves révèlent peut-être des éléments étant susceptibles d’élucider la situation. Mais Madame Darlène refuse de l’entendre et conseille plutôt à Erwan de se concentrer sur l’examen du baccalauréat qui approche à grand pas. Néanmoins Erwan ne compte pas en rester là. Avec Cassandre, ils décident d’entremêler leurs révisions avec l’étude des éléments qui pourraient aider la police à résoudre cette enquête criminelle.

Yves Grevet maîtrise l’art de laisser planer le mystère dès les premières lignes jusqu’au dernier signe de ponctuation du livre.  Pour écrire ce roman à énigme, il invente vingt-quatre copies d’élèves où potentiellement se trouvent des informations pour clarifier l’enquête. Erwan et Cassandre décortiquent ces copies en espérant élucider le meurtre du notaire. L’auteur livre des textes différents tant sur la forme que sur le fond, de la science-fiction à la poésie en passant par des textes plus techniques. Le lecteur s’amuse de surcroît à lire les commentaires de l’enseignante qu’elle inscrit sur chaque copie.

Par cette initiative astucieuse, il suscite un vif intérêt chez le lecteur, curieux de découvrir au fil des pages les textes rédigés par Erwan, Cassandre, Clémence, Apolline, Milan, Philémon, Salomé, etc. Et montre par ce biais que l’écriture est un terrain où l’imagination peut se laisser déborder à l’infini.

Les écrits laissent transparaitre par ailleurs la personnalité de chaque adolescent de cette classe de terminale littéraire. En quelques lignes, Yves Grevet crée des personnages divers et dresse le portrait d’une classe de lycéens ordinaires. Il expose les agréables années au lycée, les relations nouées à un âge où les amis et les premiers amours deviennent sérieux et capitaux.

Seuls dans la ville entre 9 heures et 10h30 évoque aussi les différentes classes sociales auxquelles appartiennent les personnages à travers la relation entre Cassandre et Erwan. Cassandre, issue de classe très aisée voit son père rejeter Erwan car appartenant à un milieu modeste où son père enchaîne les CDD et l’intérim. Néanmoins, Cassandre ne perçoit aucun problème à fréquenter Erwan et refuse de se plier aux ordres de son père. Yves Grevet parle aussi d’un âge où les jeunes commencent à s’émanciper et se construire.

Rarement déçue par Yves Grevet, Seuls dans la ville entre 9 heures et 10h30 est une réussite. Un roman à énigme ultra original où l’histoire mêle le goût pour les lettres et pour les enquêtes. Nous retrouvons dans cet ouvrage les thèmes phares de l’auteur comme les liens familiaux et l’apprentissage de l’autonomie et de la liberté. Suspens, rebondissements et inattendus, l’auteur joue avec les mots pour tenir le lecteur et éveiller sa curiosité. Il partage et transmet de surcroit par cette expérience littéraire son amour pour l’écriture. Un roman que je recommande infiniment aux jeunes et moins jeunes lecteurs mordus de lecture et d’enquête !

L’expérience littéraire proposée par Madame Darlène « Création-récréation » m’a personnellement convaincue, et si on tentait avec nos dévoreurs de livres ? En espérant qu’un meurtre ne se produise pas ce jour-là…