Ma gorille et moi, de Myriam Gallot

Mona, toi ma sœur..

gorille.jpg

Jeanne a 12 ans, ses parents, vétérinaires, sont responsables d’un zoo. Leur maison est plantée au beau milieu de ce parc animalier. Quand Jeanne est née, ses parents ont recueilli un bébé gorille, Mona, rejetée à la naissance par sa mère. Jeanne et Mona sont élevées ensemble et sont inséparables. Devenue adulte, Mona doit rejoindre le zoo de Milan. C’est un déchirement pour Jeanne. C’est une moitié d’elle-même qui s’en va. Des liens particuliers unissent la gorille et la jeune fille. Une complicité évidente, un amour mutuel. Jeanne souffre de cette séparation future tandis que les parents sont satisfaits de l’envol de Mona pour d’autres horizons. Mais le transfert de l’animal va être contrarié par une manifestation de militants qui s’insurgent contre l’enfermement de la gorille. Ils exigent la fermeture du zoo. Ils ne veulent plus d’animaux en captivité, tous doivent être relâchés dans la nature. Profitant que ses parents soient partis s’occuper des volatiles, Jeanne va alors tenter une approche pour raisonner les manifestants. Mais cet élan d’apaisement va la mettre dans une situation délicate qu’elle n’arrivera pas à maîtriser. Jeanne va écouter leurs arguments et réfléchir sur le sort des animaux privés de liberté. Se laissera-t-elle convaincre au risque de trahir ses parents ?

Ma gorille à moi est un roman engagé sur la cause animale. L’auteur s’adresse au jeune public, sans pour autant prendre parti. Deux clans : les propriétaires du zoo et les défenseurs des animaux. Entre eux, Jeanne qui veut le bonheur de Mona et qui, en fait, est vite déstabilisée par les paroles des militants. Des propos cousus de fils blancs pour que la jeune fille soit sous leur coupe. Elle est sensible, fragile donc influençable. Jusque-là, elle ne s’était jamais posée de questions sur ce qui était le mieux pour ces animaux vivant en captivité. Le zoo est accueillant, les animaux manquent de rien, ils semblent heureux. Qui a tort, qui a raison, ceci reste un long débat… Un livre agréable sur un sujet sensible pour des lecteurs dès la 6e, malgré un propos peut-être un peu simpliste.

Cette histoire est à mettre ne parallèle avec celle, véritable, de la célèbre ethnologue américaine, Dian Fossey, qui a passé sa vie aux côtés des gorilles, dans les forêts du Rwanda. Elle avait établi un centre de recherches au sein d’un parc naturel pour étudier leurs comportements et contribuer à la sauvegarde de l’espèce, tout en luttant contre les braconniers. Petit à petit elle a été acceptée par les primates auxquels elle a consacré sa vie, avant d’être assassinée en 1985.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s