Harry Potter et l’enfant maudit. Partie un et deux de J.K. Rowling, John Tiffany et Jack Thorne

Et si… ?

Résultat de recherche d'images pour "harry potter et l'enfant maudit"Presque dix ans après la publication du dernier tome de Harry Potter, Harry Potter et les reliques de la mort, J.K. Rowling propose aux mordus de cet univers magique, qui a bercé plusieurs générations, une pièce de théâtre offrant une suite aux aventures de Harry Potter, une huitième histoire.

Ce livre correspond à l’édition du texte intégral de la pièce de théâtre dont la première représentation a eu lieu à Londres en Juillet 2016. Une conception originale de J.K. Rowling.

Dix neuf ans plus tard, Harry Potter est marié à Ginny Weasley et père de trois enfants : James, Lily et Albus Severus Potter. Hermione et Ron ont une fille, Rose et quant à Drago Malefoy, il élève seul son fils Scorpius. Début de la pièce, Albus Potter se rend pour la première fois à Poudlard avec la même hantise que son père à son âge, que le choixpeau magique l’envoie à Serpentard. Harry tente de le rassurer tant bien que mal. Les relations entre Harry et Albus vont devenir tendus et compliqués au fil de l’histoire. Un jour, Amos Diggory, accompagné de sa nièce Delphi, rend visite à Harry pour lui demander une faveur, celle de faire revenir son fils Cédric Diggory tué lors du tournoi des trois sorciers par Voldemort. Car une rumeur circule : le ministère de la Magie possèderait un retourneur de temps. Cependant, Harry refuse de prendre des risques importants pour le satisfaire. Albus écoute la conversation et discute, caché d’Amos et de son père, avec Delphi. Le jeune sorcier va vouloir aider Amos, en tentant de ramener Cédric à la vie. Albus entraîne son meilleur ami dans cette aventure, Scorpius Malefoy. Les deux jeunes sorciers commencent alors un voyage dans le temps où passé et présent s’entremêlent. Ils ne mesurent guère l’ampleur des conséquences que leurs actes vont et peuvent causer.

Un plaisir avant tout de se promener à nouveau à Poudlard et dans l’univers magique de Harry Potter. Retrouver Harry, Ron et Hermione puis les personnages secondaires, professeur McGonagall, Neville Londubat et même Drago Malefoy. Un petit pincement au cœur pour les personnages morts qui nous hanteront éternellement…

Nous comprenons d’entrée de jeu qu’Albus est différent de son frère James et de sa sœur Lily, tous deux à Gryffondor. Albus porte un lourd fardeau qu’il ne parvient pas à chasser de son esprit : son père se nomme Harry Potter et il porte les noms de deux grands sorciers, Albus Dumbledore et Severus Rogue. Avec Harry, ils ne se comprennent pas. Le jeune Albus va alors se rebeller contre son père en tentant d’aider Amos Diggory.

Reproches, disputes, incompréhension, peur de ne pas être à la hauteur, les relations d’Albus et et de Harry se construisent autour de ces sentiments. Harry, orphelin, semble trouver des difficultés dans son rôle de père qu’il ne parvient pas à surmonter.

Avec cette huitième histoire, J.K. Rowling semble vouloir contenter le lecteur en racontant des fins que cette saga aurait pu avoir. Monde noir et sordide gouverné par Voldemort avec Dolores Ombrage nommée directrice de Poudlard, Ron et Hermione faisant chacun leur vie de leur côté, etc. Le retourneur de temps et les aventures vécues dans ce voyage dans le temps par Scorpius et Albus n’apparaissent que comme des prétextes afin de proposer un « catalogue de fins » à la grande saga Harry Potter. Le sentiment que l’auteure ait commencé à écrire cette pièce en se demandant « et si… ? » Par ailleurs, nombreuses sont les incohérences que je ne dévoilerai dans cette chronique pour ne pas spoiler les lecteurs. Des incohérences faisant perdre la légitimité de cet écrit.

Peu originale par ailleurs, J.K. Rowling n’invente rien de nouveau si ce n’est les enfants de nos trois héros. Elle nourrit cette pièce de théâtre d’intrigues similaires vécues dans les tomes précédents et peu développées. Revenir sur la mort de Cédric Diggory pimente le début de la pièce, sensation d’enthousiasme ne durant que quelques minutes. Très vite l’histoire s’essouffle. Nous pensions que la boucle était bouclée avec Voldemort, avec Harry et ses parents mais non, J.K. Rowling continue de creuser les ténèbres de Harry Potter que nous pensions enterrés depuis maintenant dix ans.

Quelques avantages toutefois pour nos jeunes lecteurs, ce livre se lit vite et donne envie de lire et regarder à nouveau les premiers Harry Potter ! Donc je le conseille quand même aux élèves mordus de cette saga !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s