Esclave

Cacao, de Jorge Amado

CACAO.jpg

Au décès de son père, Sergipano, jeune paysan brésilien, doit quitter sa ville pour aller travailler. Il sera employé dans une plantation de cacao. Il pense qu’il va réussir sa vie mais il va connaître l’exploitation. Il deviendra un esclave, alors même que l’esclavage a été aboli au Brésil en 1888. Les conditions de travail sont difficiles et il faut être robuste et avoir un moral d’acier pour résister aux humiliations. Sergipano garde espoir, il est persuadé que les oppresseurs paieront un jour pour toute cette injustice. Il ne saisira pas la chance d’être épargné par toute cette misère quand la fille du propriétaire décide de faire de lui son esclave particulier. Sergipano refuse cette vie plus confortable pour défendre ceux qui souffrent, trop écoeuré par toutes ces inégalités.

Un roman engagé à l’écriture simple, qui dénonce l’exploitation de l’homme par l’homme. Nous sommes au Brésil dans les années 30. Les plus riches contre les plus pauvres. Le travail est sous payé pour des tâches ingrates et pénibles. Les patrons ont le droit de vie et de mort sur leurs ouvriers.

La couverture très expressive  annonce déjà le récit.

Jorge Amado est Brésilien et a connu cette vie dont l’enfance a été marquée par cette lutte de classes et des violences qu’il a toujours dénoncées. Sergipano c’est Jorge Amado. Ce roman est semi-autobiographique. Cacao nous fait découvrir la dure réalité du quotidien des ouvriers des plantations, une réalité sociale révoltante.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s