Quand sonnent les cymbales

167164-gfLe singe, de Stephen King.

Lorsque Dennis trouve dans un carton au fond du grenier, un singe mécanique, la terreur refoulée de Hal, son père, refait immédiatement surface. Pourquoi ? Pourquoi ce singe est-il là ? Pourquoi le retrouve-t-il après tout ce temps ? Pourquoi le cycle menace-t-il de recommencer ?

En manque de lectures, à la recherche d’un des rares livres non chroniqués, je me suis aventuré dans les rayonnages du CDI, me demandant si celui-ci possédait quelques œuvres du maître de l’horreur contemporaine, Stephen King. Simplement caché entre ses comparses, semblant patienter tranquillement, rangé pour être découvert, Le singe m’attendait…

Nouvelle publiée dans le recueil Brume en 1985, Le singe est un récit d’horreur où le passé et le présent semblent se mêler et parfois, se confondre. Le style de King des années 80 est aisément identifiable. Comme toujours, l’histoire prend place dans des situations d’actualité, graves et complexes, comme la perte de l’emploi, la précarité et leurs conséquences sur la famille. Le suspens nous tient en haleine, l’horreur – mélange de fantastique et de situations quotidiennes – fascine et amplifie nos inquiétudes. Il m’est difficile de vous en dire plus sans spoiler l’histoire. Comme beaucoup des écrits de King, et particulièrement ceux des eighties*, le style est particulier et ne conviendra pas à tous les lecteurs. Accessible dès la 4ème, je le conseille à nos lecteurs qui souhaitent découvrir un peu le genre horrifique contemporain.

Le chenal

Cette nouvelle se trouve à la suite du singe, elle fait partie des textes mis en avant à la sortie de Brume. Bien que courte, elle est assez prenante et traite de l’Amérique profonde, de pratiques encore en place à l’époque dans certaines contrées oubliées par les mégalopoles. On y suit une vieille femme appelée par la Mort à travers les fantômes de proches disparus. Des sujets très lourds y sont rapidement abordés. Cependant, le thème principal de la nouvelle est la fin de la vie. Tout tourne autour de la mort et son acceptation, une œuvre intelligente qui pousse à la réflexion. Difficilement accessible avant la 3ème de mon point de vue, certains passages pourraient secouer les âmes sensibles.

TL;DR:

  • Points forts:
    • un style unique, celui de Stephen King.
    • une angoisse et un suspens prenant.
  • Points faibles:
    • un style unique, qui rebutera peut-être certains lecteurs.
    • Le chenal comporte des passages durs, pouvant ne pas convenir à tout le monde.

À noter que pour les amateurs de films d’horreurs, un nouvelle adaptation du roman Ça, de Stephen King, sortira le 20 septembre. En attendant, vous pourrez retrouver la bande-annonce ici: https://www.youtube.com/watch?v=xnxX1rr03gM.

*terme anglais faisant référence aux années 80.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s