La nébuleuse Alma, de Luc Blanvillain

Les dévoreurs de livres d’Arsène : les chroniques des élèves du comité de lecture du blog

La nébuleuse Alma, de Luc Blanvillain

41evo5se-7l-_sx195_Le soir où Alma vient voir sa meilleure amie pour lui dire qu’elle a enfin embrassé Robin, après de longues semaines d’attente, la réaction de Jade est plutôt surprenante. Celle-ci lui dit qu’elle est ennuyante avec ses histoires… Alma est stupéfaite… mais il est vrai qu’elles ne partagent plus vraiment les mêmes centres d’intérêt !

C’est une histoire très sympathique à lire. Les personnages sont touchants, et malgré leurs caractères très différents, l’amitié qui les unit est forte. A la fin de l’histoire, il y a une vraie chute, car on ne s’attend vraiment pas à la révélation d’un tel secret !

 

Et l’avis de Mu :

« Ours palimpseste »

Alma est aux anges ! Enfin elle a conquis le coeur de Robin, ce beau garçon qu’elle convoitait depuis quelques semaines. Et même si celui-ci (trop bourgeois) n’est pas du goût de Jade, la meilleure amie d’Alma, elle n’hésite pas une seconde à courir directement lui annoncer cette merveilleuse nouvelle… Mais ce qui l’attend va la remplir d’incompréhension et de chagrin : en gagnant un amoureux, elle perd une amie fidèle de toujours. Pourquoi ? Les raisons qu’invoque Jade pour expliquer qu’elle s’est lassée de cette amitié sont-elles réelles ? Alma est-elle vraiment la fille superficielle, égoïste, peu mature que décrit Jade ? Alma et Robin décident d’en avoir le coeur net et vont entreprendre de reconquérir son coeur, même si cela implique de s’intégrer dans une association d’alphabétisation ou suivre l’actualité pour se mettre au courant  de la marche du monde.
Un récit de vie touchant qui aborde, sans vraiment en avoir l’air, de nombreux sujets comme le militantisme, la différence de catégorie sociale, les sans-papiers, l’adolescence et ses préoccupations … et un autre que je ne peux pas révéler (même dans les mots-clés) au risque de spoiler complètement cette belle histoire d’amour et d’amitié. Alma dans sa quête d’elle-même sera bien entourée et guidée, par son amoureux, par son jeune frère (un personnage haut en couleur et très réussi), par son professeur de français qui l’aiguille en lui offrant à lire Verlaine, mais aussi par les rencontres du hasard. Un récit de vie tout en douceur qui se lit comme un roman policier et qui me conforte dans l’idée que j’aime vraiment bien Luc Blanvillain comme écrivain (lire Le Monde selon Walden). Original sans en avoir l’air. Mais ne vous arrêtez pas au résumé de quatrième de couverture, qui, je l’avoue, m’avais peu motivé à ouvrir le livre. C’est le nom de l’auteur et l’avis d’une de mes élèves qui m’a décidé et je n’ai pas été déçue !
Et pourquoi ce surtitre, « Ours palimpseste » ? Vous le saurez en lisant le livre !

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s