L’Inde, immense pays aux multiples facettes

Bye bye Bollywood, Hélène Couturier

Résultat de recherche d'images pour Nina et Garance, deux sœurs au tempérament opposé, ont un point commun : elles adorent l’Inde et en particulier les films de l’industrie du cinéma indien que l’on nomme Bollywood. Les deux sœurs sont des fans invétérées du film Devdas,une romance typique des films bollywoodiens ! Nina a 15 ans et vit avec sa mère et sa petite sœur Garance, qu’elle surnomme « Miss parfaite ». Ses parents sont divorcés mais Nina a une relation forte avec son père qui vit à Dublin. Nina ne supporte plus sa mère qui tente de vivre en totale adéquation avec la nature. Au programme : méditation et écologie ! Un jour, sa mère rentre du travail avec des plats indiens et réserve une surprise à ses filles. Nina et Garance apprennent qu’elles iront passer dix huit jours en Inde avec leur mère ! Elles sont tout d’abord folles de joie jusqu’à ce que leur mère leur annonce qu’elles iront dans un ashram ! Un ashram est un lieu destiné aux exercices spirituels et où le guru vit avec ses disciples. Comme dit Nina, ils vont passer un séjour en plein délire yoga-méditation. Elle est anéantie par cette nouvelle d’autant que son réseau Internet sera fortement restreint, que la seule personne de son âge au ashram est un garçon un peu intello sur les bords. Les premiers jours seront difficiles pour Nina jusqu’à ce qu’elle croise une héroïne hors pair en sari rose fuchsia, Sampat Pal Devi.

Bye Bye Bollywood, le titre du livre, résume le message phare transmis par ce roman : Nina et Garance, fanatiques des films bollywoodiens imaginant l’Inde à l’image de la beauté de ces films, éprouveront éternellement une fascination pour l’Inde mais pour des raisons bien différentes. Garance et Nina découvrent dans un premier temps que l’Inde est un pays à plusieurs facettes : bidonvilles, milieu rural où le poids des traditions du patriarcat persiste, occidentalisation dans les milieux urbanisés et touristiques. Loin des paillettes de Bollywood, l’Inde est un pays immense où chaque pas est une découverte, où la misère se situe à chaque coin de rue, d’un chemin, d’une allée…

Nina et Garance vont par ailleurs se trouvait face à une problématique imprévue : aider Fulki, une jeune indienne âgée de 15 ans, le même âge que Nina, à sortir des griffes de son père violent et de son futur mari pour lequel elle n’éprouve aucun amour. Dans le milieu rural, les traditions du patriarcat persiste, la femme est totalement dépourvue de liberté. C’est le cas de la jeune Fulki, promise à un homme d’au moins trente ans son aîné. Nina éprouve de l’injustice et fait preuve d’empathie pour une des premières fois de sa vie.

Qui est alors l’extraordinaire Sampat Pal Devi que Nina et Garance croisent au marché en compagnie de la douce Tracy ? Sampat Pal Devi est une figure indienne connue qui se bat pour les droits des femmes. L’émerveillement des deux sœurs devant cette grande dame est magique, notamment la petite Garance qui ne cesse de tourner en boucle sur le sujet tellement celle-ci est admirative de cette femme. Et Nina commence à apprécier ce qui lui arrive en Inde, retrouve de la sensibilisation et est complètement bouleversée par cette rencontre. Adolescente râleuse et critiquant incessamment la vie au ashram, son séjour prend une autre tournure lorsqu’elle croise l’héroïne vêtue d’un sari rose fuchsia.

Un peu déconcertée au début du roman par le comportement insupportable de Nina, celle-ci s’étoffe et évolue au fil du roman au grand bonheur du lecteur ! Et il est vrai que l’Inde est à la fois un pays qui laisse rêveur par sa beauté stupéfiante, et à la fois un pays qui effraye au vue des traitements infligées aux femmes et aux conditions de vie déplorables d’une grande partie de la population. Outre le sujet principal du roman, l’Inde, l’histoire parle aussi de l’adolescence à travers le personnage de Nina ayant du mal à être prise au sérieuse, à s’assumer, et à exprimer ses émotions.

Un roman passionnant où le lecteur s’immerge totalement avec un style littéraire en parfaite  adéquation avec l’attitude, le comportement et la manière de penser des adolescents ! Un roman pour s’ouvrir, découvrir, réfléchir, voyager et surtout, comme la mère de Nina et les membres du ashram, méditer.

Cette lecture est à préconiser à partir de 13 ans (5ème), le style littéraire permet à un jeune public de comprendre et de lire aisément ce roman. Quant à la thématique traitée, notamment la violence faite aux femmes, nous rejoindrons la mère de Nina qui pense qu’il ne sert à rien de laisser les enfants dans l’ignorance… Au contraire, donnons leurs les moyens de développer leur esprit critique, surtout avec des ouvrages comme celui-ci !

Sortie prévue le 13 Avril ! Merci aux éditions Syros pour cette avant première !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s