Mort d’un dictateur

La mort de Staline : une histoire vraie soviétique, tome 1 – Agonie et tome 2 – funérailles, de Nury (scénario) et Robin (dessins)

Couverture la mort de Staline tome 1 - agonieURSS. Staline est à l’agonie. Nous sommes le 2 mars 1953 et Joseph Staline vient de faire une attaque cérébrale. Tous ses collaborateurs arrivent à son chevet… Mais qui va prendre la décision d’appeler un médecin ?  Qui va être Couverture la mort de staline tome 2 - Funéraillestenu responsable d’avoir mal fait ? Et si le but de cette attente était tout simplement la mort du dicateur pour une quête du pouvoir ? Lutte acharnée et cruelle pour le pouvoir suprême, magouilles politiques, folie meurtrière, avidité de l’homme à régner, ambition personnelle, peur des rouages d’une dictature implacable, peur d’un tyran à l’agonie… Cette bande dessinée est fidèle à la réalité historique : il a fallu deux jours pour que Staline soit déclaré mort, et on ne sait pas réellement ce qu’il s’est passé durant ce laps de temps… La tyrannie impitoyable de Staline, qui a mis en place de son vivant un système de purge et de déportation à grande échelle, voit son système se tourner contre lui : le complot des blouses blanches a mis au ban de la société la plupart des médecins ! Qui va venir le soigner ?

Une bande dessinée qui place également comme central le personnage de Beria, le bras droit de Staline qui rêve de prendre sa place… Et Staline s’en doutait et voulait l’éliminer. La mort tombe bien pour lui. Beria était un personnage sans scrupule, qui exécutait les ordres sans états d’âme et a sur la conscience des millions de morts et de déportations… Ce personnage impitoyable  est parfaitement décrit dans cette bande dessinée : meurtres, viols, pressions, torture, rien n’est ici passé sous silence. La débauche des hommes de pouvoir est également bien présente. D’où une bande dessinée à réserver aux lecteurs avertis de fin de 3ème pour le collège, et tout à fait adaptée aux adultes. Le ton est à la fois cinglant et ironique. Dans cette course au pouvoir, tout le monde a peur pour sa peau, a peur de devenir la prochaine victime,  a peur d’un système qu’il a lui-même aidé à mettre en place. Un système qui va s’étioler à la mort du dictateur. La cérémonie de funérailles se prépare, et en coulisse, c’est une lutte sans merci pour le pouvoir qui se trame… Un diptyque sombre à l’humour glacial avec des illlustrations de qualité et tout à fait adaptées au sujet.

Cette bande dessinée a reçu le Prix Historia 2011, même si elle annonce en avertissement « bien qu’étant inspiré de faits réels, cette histoire n’en demeure pas moins une fiction, librement construite d’après une documentation parcellaire, parfois partiale et souvent contradictoire… Les auteurs précisent toutefois qu’ils n’ont guère eu besoin de forcer leur imagination, étant incapables d’inventer quoi que ce soit d’équivalent à la folie furieuse de Staline et de son entourage ». Le ton est donné !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s