La mort nous raconte…

La voleuse de livres, de Markus Zusak (2005) -réédité en format poche, janvier 2017, PKJ

La voleuse de livres, c’est la petite Liesel. Et cette histoire, c’est la Mort elle-même qui la raconte. Il faut dire qu’elle va la croiser à plusieurs reprises…

On est en Allemagne et le parti nazi est au pouvoir. Sur fond de guerre et de peur (le contexte historique est très clairement explicité), cette fillette découvre le pouvoir des mots que les livres renferment comme des trésors. Ils vont l’aider et en quelque sorte la sauver. Son chemin de vie sera jalonné de rencontres qui seront de véritables rayons de soleil. Mais le prix de la Mort est lourd ; Liesel perdra presque tous ceux qu’elle aime… presque !

Un roman exigeant, déconcertant, qui vaut la peine d’être lu, mais il faut accepter de forcer la lecture des premiers chapitres afin d’entrer pleinement dans l’histoire. Des scènes dures de guerre peuvent heurter la sensibilité des lecteurs non avertis de collège. Les adultes en revanche, sauront apprécier ce roman au cynisme féroce, qui défend la solidarité contre la barbarie à travers le pouvoir des mots.

Une adaptation cinématographique de ce roman au succès international est sorti sur grand écran en 2014.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s