Retour de bâton

A silent voice, tome 1, de Yoshitoki Oima

Shoya est un élève tuimage-1416503805rbulent et casse-cou. Avec ses amis, ils se lancent des défis toujours plus fous, mais aussi toujours plus dangereux, dans le seul but de ne pas s’ennuyer. Lorsqu’une nouvelle élève arrive dans la classe, les élèves sont plutôt enthousiastes. Mais Shoko est sourde de naissance. Elle utilise un cahier pour communiquer avec les autres. Elle a cependant souvent besoin de l’aide de ses camarades pour lui expliquer par écrit ce que le professeur demande. Shoya ne comprend pas le handicap de sa camarade et décide de tester « son niveau de surdité » et bientôt le reste de la classe se lance aussi dans l’expérience. Il faut dire qu’ils ne comprennent pas l’indulgence de leur professeur envers Shoko. Lors des activités de lecture, par exemple, Shoko ânonne difficilement les mots et pour cause, n’ayant jamais pu entendre un modèle et ne s’entendant pas elle-même, il lui est aussi très compliqué d’émettre des sons. Mais lorsque Naoka  réalise elle aussi l’exercice, le maître, sans pitié, lui fait beaucoup de reproches. Mais le pire reste la chrorale où Shoko chante horriblement faux sans s’en rendre compte et fait perdre le concours de chorale au reste de sa classe. Dès lors, ce n’est plus seulement Shoya mais tous les élèves qui vont s’en prendre à la jeune fille. Lorsque pour la huitième fois, l’appareil auditif de Shoko est cassé, sa mère décide de la transférer dans une autre école. Les langues vont peu à peu se délier pour toutes incriminer Shoya. Considéré comme le seul responsable des brimades, il va être de plus en plus isolé et ignoré par les autres.

Il s’agit ici d’une oeuvre assez bouleversante et dérangeante. Le thème n’est pas seulement le handicap et son acceptation mais aussi le harcèlement, ici en milieu scolaire. A un âge où les jeunes peuvent parfois se montrer cruels et rejeter d’autres camarades pour diverses raisons, ils ont du mal à faire preuve d’empathie et à se dire que ce pourrait être eux. D’autant qu’à plusieurs, on est toujours plus fort et que l’effet de groupe trouble bien trop souvent leur jugement personnel. C’est un des premiers livres que je lis qui retranscrit si bien la moquerie, le rejet, la différence… De nombreux adolescents devraient lire ce manga émouvant, qui a eu beaucoup de succès au Japon et dont on ne peut sortir que grandi.

Une réflexion sur “Retour de bâton

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s