Mon père, cet inconnu

Le journal de mon père, de Jirô Taniguchi

Lorsque Yoichi apprend le décès de son père, il pense tout d’abord n’aller qu’aux obsèques mais sa femme réussit à le convaincre de retourner dans son village natal pour assister à la veillée funèbre. Il est, en effet, coutume au Japon, de rester le soir et la nuit avant l’enterrement auprès du défunt afin de lui rendre un dernier hommage. Il n’avait pas revu son père depuis bien des années. Même lorsque ce dernier a été hospitalisé, il n’avait pas fait le déplacement. Yoichi nourrit en effet de la rancœur envers son père sans véritablement se souvenir pourquoi. Mais cette veillée funèbre, où chacun des amis de son père va évoquer ses souvenirs, va lui révéler des facettes de la personnalité de son père qu’il ne connaissait pas. Avec son regard d’enfant, il n’a pas exactement perçu tout ce qui se passait, d’autant plus que son père comme sa grande-sœur ont essayé de le protéger. Yoichi va par exemple apprendre pourquoi son père travaillait avec autant d’acharnement, pourquoi il passait si peu de temps avec sa famille, pourquoi sa mère est partie…. Il va s’apercevoir qu’il s’était trompé au sujet de celui qui l’a élevé, mais il est malheureusement trop tard pour réparer ses erreurs.

Après Quartier lointain (tome 1 et tome 2), Jirô Taniguchi aborde à nouveau les relations père-fils, toujours avec cette sensibilité mais aussi cette pudeur qui le caractérise. On trouve effectivement peu de mots d’amour dans ce livre et pourtant, c’est bien l’impression qu’il s’en dégage. Sans l’écrire, l’auteur parvient néanmoins à nous faire passer ce sentiment si fort. Il y est aussi question des bouleversements et de l’injustice de la vie : une catastrophe peut en effet changer le destin de certains individus. Ces thèmes sont peut-être difficiles à percevoir pour les adolescents et peut-être difficile à cerner à un âge où tout nous parait possible. C’est justement l’erreur de Yoichi, dans sa jeunesse, qui pose un regard très dur sur son père sans se rendre compte de tout ce que celui-ci fait, de tout ce qu’il sacrifie pour ses enfants. Encore plus que dans Quartier Lointain, il est malheureusement trop tard pour le héros, ici pas de deuxième chance. C’est donc plus qu’une histoire, une mise en garde afin que le lecteur ne fasse pas les mêmes erreurs.