Imbroglio dans l’Imbroglius

Imbroglius, de Kim Tran-Nhut

A Lo-Nast, ville du futur, tout est surveillé par l’Imbroglius, sorte d’internet hyper-puissant qui a accès à tout, des images des caméras de surveillance jusqu’à l’ADN de chaque habitant prélevé dès la naissance. Autrement dit, il est désormais impossible de commettre un délit sans se faire prendre, et encore moins uTran-Nhutn meurtre. La police et les détectives privés sont donc cantonnés aux diverses fraudes. Le travail est bien moins passionnant, ce qui a plongé Neve dans une grande dépression bien des années plus tôt. La plupart du temps, c’est donc sa fille, Aléa, qui s’attelle à la tâche afin d’assurer des revenus suffisants. N’ayant pas de quoi avoir leur propre appartement, elles cohabitent avec plusieurs personnes. Lorsqu’un jour, la police n’arrive pas à résoudre une enquête et promet une récompense de 50 000 leptons (la monnaie de la ville) à quiconque parviendra à identifier le coupable, Aléa ne peut résister à la tentation. Mais plus que l’appât du gain, c’est surtout l’étrangeté de l’affaire qui titille sa curiosité : un meurtre à été commis et chose encore plus surprenante, l’Imbroglius est incapable d’identifier la victime !

Moi qui aime la science-fiction, le résumé de ce roman m’avait beaucoup intriguée. Celui-ci me faisait penser au film Minority Report qui m’avait bien plu. L’histoire, mélange de futurisme et de polar, est réussie. C’est le genre de roman policier où le lecteur peut parfaitement découvrir le coupable grâce à des indices disséminés au fil des pages mais l’auteur a aussi glissé quelques fausses pistes afin de semer le doute. Afin de donner à son univers un aspect futuriste, Kim Tran-Nhut multiplie les néologismes : réacchaises pour se déplacer, caméléoplasma pour se cacher …. Mais il y a trop de nouveaux mots à acquérir. Il faut déjà bien une trentaine de pages pour avoir une idée du contexte de l’histoire, et encore à condition d’être habitué aux films de science-fiction car l’imagination est mise à rude épreuve. Les scènes d’action sont, elles, presque incompréhensibles tellement j’ai eu du mal à me représenter celles-ci. J’ai bien essayé de relire celles-ci mais finalement j’ai souvent sauté certains passages ce qui n’empêche heureusement pas de comprendre le reste de l’intrigue. Le roman me semble donc difficile pour des jeunes lecteurs et c’est dommage. L’histoire aurait été beaucoup plus abordable avec un peu moins de gadgets et donc de vocabulaire.

Une réflexion sur “Imbroglio dans l’Imbroglius

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s