« Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés »

U4. Stéphane, de Vincent Villeminot
U4 : Stéphane par Villeminot1er novembre, ville de Lyon. Pour Stéphane, depuis que le filovirus méningé U4 a frappé, le monde est devenu une « morgue immense à ciel ouvert » . Des morts par millions. Seuls survivent des adolescents de 15 à 18 ans, dont elle fait partie. Elle attend son père, célèbre épidémiologiste dont le laboratoire a été évacué avec tous les scientifiques. Sont-ils en train de trouver un moyen d’enrayer l’hécatombe ? Mais pourquoi ne revient-il pas la chercher ? Et sa mère et son demi-frère, Nathan, a-t-il réussi à les sauver ?
Le danger est partout, la violence s’installe, des pillards prennent le contrôle des quartiers et le ravitaillement devient difficile. Bientôt, Stéphane n’aura plus d’autre choix que de rejoindre un R-Point, lieu d’accueil et de ravitaillement. Mais qui en a le contrôle ? D’où viennent les ordres ? Qui décide vraiment ? Les injustices et les bavures des militaires -seuls adultes survivants visibles, en combinaison de protection – sont de plus en plus nombreuses. Les rencontres qu’elle va faire vont lui permettre d’ouvrir les yeux et de se poser des questions. Elle décidera de suivre trois jeunes garçons, Marco, Yannis et François dans une folle expédition pour rejoindre Paris. Leur but : aller au rendez-vous fixé aux experts du jeu WOT par Khronos, le maître du jeu qui, dans un ultime message, annonce qu’il est possible de remonter le temps pour changer les choses. Mais Stéphane, experte du jeu elle aussi, y va-t-elle pour les mêmes raisons ? Ne cherche-t-elle pas à retrouver son père de mèche avec les militaires ? Leur périples sera difficile et sanglant.
Stéphane, jeune fille au prénom de garçon, est un personnage trouble qui se crée une carapace de protection pour survivre dans le monde cruel et sans pitié qui émerge de la tragédie. Dans cette tétralogie novatrice (voir la chronique de l’opus Koridwen), ce personnage dur et à fleur de peau a très bien été cerné par les autres auteurs. Ici on découvre ses failles. Tout au long de l’histoire, elle est tiraillée entre sa loyauté envers son père et son amitié pour les garçons avec qui elle entreprend le voyage. Sa rencontre avec Yannis, un doux rêveur utopique, va-t-elle pouvoir la sauver ?
Ce roman de la série U4 est peut-être le plus violent et le plus politique. Il dénonce les abus de pouvoir dans une société en reconstruction : exactions, bavures militaires justifiées par la situation, place de hauts responsables qui valsent en fonction des besoins, etc.

L’ordre dans lequel j’ai lu cette tétralogie tient la route. Mais je n’ai pas encore lu « Jules », dont la chronique a été faite par ma collègue. Néanmoins, ces romans semblent se lire logiquement deux par deux, en fonction des affinités des personnages : Koridwen/Jules d’un côté, Yannis/Stéphane de l’autre.
Le concept même de U4, dont l’histoire commence le 1er novembre et se termine le 24 décembre, date du rendez-vous fixé par Khronos à Paris – fait que la fin reste ouverte. Le récit d’une même période écrite par quatre auteurs différents et mettant en scène quatre personnages qui se croisent permet une différence de point de vue intéressant, des compléments et éclaircies de zones d’ombre d’un livre à l’autre, mais à la fin, chaque personnage poursuit son propre chemin… et le reste doit être imaginé par le lecteur. C’était le seul moyen d’écrire une série à quatre mains qui pouvait se lire dans n’importe quel ordre. Alors, comme les auteurs semblent aimer les challenges, moi, je leur en propose un nouveau : pourquoi ne pas écrire une seule et unique suite… à quatre mains. Vous relevez le défi ?

Enregistrer

4 réflexions sur “« Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés »

  1. ce livre est très bien !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!car:
    Les personnages sont biens nommer
    les lieux vont super bien avec l’histoire
    des passages apportent vraiment du suspens!!!!!!!!!!!!!!!
    je vous conseille de le lire il est super trop bien!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s