Coup de coeur, coup de poing

Entre chiens et loups, de Malorie Blackman

Afficher l'image d'origineCallum et Sephy ont grandi ensemble et s’aiment depuis toujours. A quatorze et seize ans, ils ont encore des rêves : malgré leur différence de condition, ils espèrent leur amour infaillible. En effet, Sephy, noire et fille d’un ministre prônant une politique ségrégationniste,  fait partie de la race des dominants, les Primas, alors que Callum, blanc et pauvre, fait partie de la race des opprimés, les Nihils. Pourtant, Callum réussit à intégrer le lycée de Heathcroft, le même que Sephy… Mais cela ne va pas se passer aussi bien qu’ils l’espéraient. Les injustices et les violences se multiplient contre les cinq élèves Nihils qui, pour la première fois, ont pu intégrer un lycée de Primas. De jour en jour, Callum devient plus aigri et plus violent, tandis que Sephy se voit obligée de cacher son amour pour lui…

On ne sait pas vraiment quand se déroule cette histoire. Des faits historiques avérés y trouvent leur place, comme par exemple une allusion à la Première guerre mondiale en cours d’histoire. Nous sommes dans un monde dont l’univers ressemble au nôtre, sauf que les repères habituels d’une société ségrégative sont inversés : les Blancs, pauvres et opprimés, sont les esclaves, les serviteurs des Noirs. L’univers est posé tel quel, sans explication, comme une évidence… Les brefs chapitres donnent à chaque fois la voix à l’un des deux protagonistes : Callum ou Sephy, ce qui rend l’histoire dynamique, mais oblige aussi à une plus grande gymnastique d’esprit. Pour chaque chapitre, nous avons donc accès au point de vue de chacune des communautés. L’histoire se déroule sur plus de trois ans et est riche en rebondissements. Le début laisse présager une petite histoire d’amour gentillette, mais bientôt, le ton change et la lecture devient addictive. Les personnages sont très bien dessinés et évoluent de manière intéressante tout au long du livre : Sephy, jeune fille qui va au bout de ses valeurs, sans réfléchir aux conséquences ; Callum, qui, à force de subir des injustices, devient violent et extrémiste ; son frère, Jude, un personnage que je détestais, tant sa haine est farouche et imprévisible et qui entraîne Callum dans sa tourmente. Ce monde est noir, très noir, violent, cruel et sans issue… Malorie Blackman, l’auteur, n’a pas peur d’aller au bout des choses, ce qui fait de ce livre une lecture réservée aux plus matures d’entre vous, chers élèves. C’est avant tout une histoire d’amour, mais une histoire d’amour impossible, une tragédie dans le sens littéraire du terme. Rien n’est épargné à nos héros. La réflexion sur l’injustice et la violence qu’elle engendre est très riche. L’oppresseur a ses tords, mais l’opprimé qui refuse les mains tendues, par fierté, et qui n’a plus qu’un langage pour répondre aux injustices, celui de la violence, n’est pas toujours épargné par le regard acerbe de l’auteur. Le terrorisme comme choix de rébellion, solution ultime trouvée par les Nihils, se révèle totalement destructeur, et pas seulement pour les Primas… C’est incroyable ce que les mots réussissent à faire passer comme émotion dans ce livre : la passion, la joie, la peine, la révolte, la douleur, la haine…Je pense qu’à l’âge de l’adolescence, tous ces sentiments déjà exacerbés trouveront un écho dans cette lecture coup de poing. Son succès n’est pas usurpé.
L’histoire continue avec les autres tomes de cette tétralogie : La couleur de la haine – Le choix d’aimer – Le retour de l’aube.
Le contexte du début de l’histoire m’a énormément fait penser au roman, tiré d’une histoire vraie : Sweet Sixteen, où pour la première fois, dans les années 50, aux Etats-Unis, des Noirs avaient pu intégrer un lycée de Blancs et avaient été sujets aux humiliations, violences et insultes quotidiennes. Sauf qu’ici, le système est inversé et les Noirs sont les dominateurs. Vous trouverez également ce roman au CDI.
Un autre livre que vous pouvez lire de Malorie Blackman au CDI : Boys don’t cry

Enregistrer

4 réflexions sur “Coup de coeur, coup de poing

  1. Livre trés riche en émotion, avec certaines scènes dures et révoltantes.
    Le fait que les noirs soient riches et les blances pauvres nous montre une situation différentes de ce que l’on a l’habitude de connaitre (livre ou vrai vie).
    A lire absolument (tenez vous prêt en terme d’émotions quand même !!!!), le tome 1 comme les autres.
    Je suis déçu par la fin du tome 3, pas parce qu’elle est mauvaise loin de là, mais bien parce qu’elle n’est pas celle que je souhaite !!!! Et oui nous n’avons pas toujours ce que l’on veut dans les livres, on s’imagine toujours la fin de livre plus ou moins heureuse avec des personnages qui font des actions ou non.
    Dans les 3 tomes on s’attache aux différents personnages !!!!
    Les livres sont interressant à lire pour tous, on s’attache différemment aux personnages et selon je pense notre caractère pas aux mêmes personnages.
    « Mu » deteste « Jude » moi je l’aime beaucoup à certains moment et comprend certaines de ses réactions !!!!
    A vous de me donner votre avis ……..
    Les personnages, leurs actions, leurs réactions …………. ???????

    J'aime

    • Justement, le livre est très bien fait en cela qu’on comprend en effet les réactions les plus terribles de Jude, et c’est ce qui me met mal à l’aise, probablement. Chaque personnage est d’une richesse et d’une complexité incroyables qui montre que ce sont les faits et le vécu qui guident chacune de nos actions et réactions…

      J'aime

  2. Pingback: Primas contre Nihils | Le coin lecture d'Arsène

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s