Je m’appelais Milada…

Ils m’ont appelée Eva, de Joan M. Wolf

1942. Milada est une jeune fille tchèque de dix ans. Elle vit à Lidice, une petite ville située près de Prague. Son pays est occupé par les troupes hitlériennes depuis 1939. Mais une nuit de juin 1942, des coups violents sont frappés à la porte. Des soldats nazis viennent les arrêter. Tout le village se retrouve sur la place : les adolescents et les hommes sont emmenés d’un côté. Les femmes et les enfants de l’autre. Milada se retrouve dans un gymnase en compagnie de sa petite soeur, sa grand-mère et sa mère. Elle va être repérée par les nazis car elle est blonde aux yeux bleus. Elle va alors être emmenée ainsi qu’une dizaine d’autres enfants, blonds aux yeux bleus comme elle, pour intégrer un Centre et y suivre le programme « Lebensborn ». Cela consiste à germaniser des enfants non allemands pour en faire « de parfaits aryens » : leur apprendre la langue et l’idéologie nazie… et surtout, leur faire oublier jusqu’à leur langue maternelle et leur ancien prénom… Mais Milada ne veut rien oublier…

 » J’ai brusquement eu peur. A la place de mon vrai nom, il y avait un blanc, comme le trou qu’on a dans la bouche après avoir perdu une dent. Longtemps, dans le noir, j’ai cherché, cherché, essayant de retrouver comment on m’appelait avant. Avant le centre mais aucun nom ne m’est venu. »
C’est un récit bouleversant qui est livré ici. Et pourtant, tout en pudeur. Les horreurs de la guerre et surtout du nazisme sont dévoilés mais de telle sorte que ce livre reste accessible aux adolescents à partir de la 3ème. Ecrit comme un témoignage à la première personne d’une jeune adolescente, ce roman est tiré de faits historiques réels et explique très bien l’horreur de l’idéologie nazie : les camps de concentration, l’extermination de populations entières et surtout, ici, un sujet moins connu des plus jeunes : le programme « Lebensborn » qui avait pour but de développer la race aryenne. Est également montré comment la femme était considérée dans la société nazie : une simple reproductrice (en témoigne le passage du livre où les enfants se vantent des médailles qu’ont reçues leur mère : « la médaille des mères », en bronze pour celles qui ont trois enfants, en argent pour quatre enfants, en or pour plus de six).
Les camps de concentration et l’extermination de masse sont également évoqués par l’odeur qui plane constamment dans la ville et la vue des prisonniers décharnés derrière les barbelés. La population locale pouvait-elle réellement ignorer ce qu’il se passait ?
A la fin du livre, une note de l’auteur va bien expliquer, en quelques courtes pages -qu’il faut absolument lire-, les événements terribles qui se sont déroulés dans la petite ville de Lidice : suite à l’assassinat par les résistants tchèques du bras droit d’Hilter en Tchécoslovaquie, Hitler va décider de représailles terribles en rayant de la carte la petite ville de Lidice : les habitants furent tous arrêtés, les hommes et adolescents fusillés, les femmes déportés dans des camps, les enfants asphyxiés au gaz. Seuls une dizaine d’enfants furent sélectionnés pour participer au programme Lebensborn (qui signifie en allemand « source de vie ») et envoyé dans le Centre de Puchkau en Pologne.
Ce livre, malgré un sujet difficile, est de lecture assez facile grâce à une écriture simple, une histoire pleine de rebondissements, une héroïne attachante. Cette lecture est intéressante, à l’heure où l’on vient de célébrer les 70 ans de la libération du camp d’Auschwitz. De plus, sans être didactique, le fond historique est bien documenté. Mais, pour public averti seulement car le thème traité est très dur.

2 réflexions sur “Je m’appelais Milada…

  1. Une histoire bouleversante, qui fait frissonner à la lecture de certains passages.
    Sans entrer dans les détails on visualise les horreurs de cette guerre et plus particulierement les atrocités infligées à la population qui n’était pas en accord avec l’idéologie du régime nazi.
    A lire pour ne pas oublier et comprendre notre histoire, leur histoire …..

    J'aime

  2. se livre est magnifique je l’ai cependant trouvé extrêmement triste c’est une bonne leçon et je suis d’accord avec toi Claire que se livre montre toute l’atrocité de la guerre!!!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s