Quand on ne reconnaît plus son pays

Persepolis 2, de Marjane Satrapi

Dans ce tome 21030, nous retrouvons Marjane et sa vie quotidienne en Iran alors que les Islamistes ont pris le pouvoir. Deux évènements vont principalement influencé  le cour de sa vie : la prise d’otages de l’ambassade des Etats-Unis qui conduira à la rupture des relations entre les deux pays. L’intégrisme ne fera alors que se renforcer : fermeture des universités, boycotte des produits venus de l’occident, difficultés pour voyager … Les gens sont surveillés, il faut donc faire attention à ce que l’on dit,  à comment on s’habille et cela, même chez soi. Les gens n’hésitent en effet pas à dénoncer leurs propres voisins ! Même les femmes, qui souffrent le plus de cette dictature, se transforment en Gardiennes de la Révolution et n’hésitent pas à interpeller Marjane dans la rue car cette dernière ne porte pas correctement son foulard ! A cela va s’ajouter la guerre. En effet, c’est le début de la guerre Iran-Irak, autrement dit la première Guerre du Golfe. Téhéran se fait régulièrement bombardé et la famille Satrapi se voit obligée d’accueillir des réfugiés venant de régions en guerre. Au milieu de tout ça, Marjane essaye de vivre son adolescence.

Le ton naïf du premier opus reste présent même si le regard de la jeune fille sur les évènements qui se déroulent dans son pays a changé. En effet, elle n’est plus une enfant. Elle rentre dans l’adolescence et donc dans l’âge de la rebellion. Mais difficile de se rebeller dans un pays en guerre et cela peut même être dangereux… Ce tome aborde beaucoup plus la radicalisation de la vie en Iran sour le régime islamiste. Elle explique l’endoctrinnement des gens, de ces jeunes soldats, par exemple, qui sont près à se battre, à se sacrifier contre la promesse des clés du paradis. Marjane tourne tout cela à la dérision… Comment peut-on croire à cela ?! Mais il ne faut pas sous-estimer le pouvoir de persuasion des dirigeants et surtout des menaces ! C’est ainsi qu’on voit donc un pays se refermer sur lui-même et des gens se méfier les uns des autres.

Tout comme le premier, j’ai dévoré ce second tome. Je l’ai même préféré car je le trouve plus abordable, plus facile à  suivre aussi. Bien que plus facile, il s’adresse à un public averti : tout n’est pas à prendre au premier degré. Il faut faire preuve de recul et ne pas confondre soumission et ignorance. Comme je l’ai déjà dit, une dictature sait mettre en place les moyens nécessaires pour faire en sorte que le peuple croit en elle. Et cela, peu importe le pays et peu importe l’époque !

Une réflexion sur “Quand on ne reconnaît plus son pays

  1. Nous fêtons donc ce soir notre centième article et… nos 5 000 visites ! Nous partons en vacances le baume au coeur et des livres dans les valises… Bonnes fêtes de fin d’année à tous !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s