Le chagrin de deux frères

Le chagrin du roi mort, de  Jean-Claude Mourlevat

Le roi de Petite Terre, Holund, est décédé et sa dépouille présentée au peuple. Après une attente interminable dans le froid glacial, le jeune Aleks arrive près du corps du défunt pour un dernier hommage. Une vision l’assaille, avant de s’évanouir : le roi mort le met en garde contre un danger, mais lequel ? « Le feu qui brûle », qu’est-ce que cela signifie ? Pendant ce temps, le neveu du roi mort, complote déjà pour prendre le pouvoir. Peu de temps après, le frère d’Aleks, Brisco, inséparable compagnon, complice de toujours, est enlevé, sous ses yeux, alors qu’ils se trouvaient dans la grande bibliothèque de la ville, par une belle et mystérieuse inconnue, la Louve. Brisco n’est pas retrouvé et Aleks pleure son frère disparu pendant des années… Son père part à sa recherche sur Grande Terre mais revient bredouille Des années plus tard, alors que la guerre fait rage entre Petite et Grande Terre, les deux frères vont se retrouver, mais dans des camps opposés. Et le secret de la naissance de Brisco va être révélé.

Un livre-épopée, une fresque grandiose où l’écriture limpide et poétique de Mourlevat nous transporte dans un univers indéfini, que ce soit de lieu ou de temps. On est simplement ailleurs, sans savoir où. Le livre se divise en deux parties assez distinctes. Dans la première, se met en place récit et personnages de conte merveilleux : les deux frères évoluent dans un univers où se côtoient Brit la sorcière mangeuse de rats, le nain Halfred, au coeur d’or mais toujours bougon, un roi mort qui transmet un message depuis l’au-delà, Baldur, l’ami handicapé qui accompagne Aleks à la guerre, etc. La deuxième partie nous transporte dans une guerre sans merci. Un livre magique, si bien écrit qu’on a l’impression d’être dans l’histoire, dans ce pays de froid où la neige crisse sous nos pas. De nombreux thèmes sont abordés comme la fratrie, le pardon, la vengeance, l’amour maternel, l’éloignement, la séparation. Rien n’est blanc ou noir. Chaque destin trouve une explication et chaque personnage est présenté dans la complexité de la nature humaine. Et j’avoue avoir été éblouie. En particulier par la première partie, la deuxième ayant quelques petites longueurs. Qui oserait dire, après avoir lu un tel livre, que la littérature jeunesse n’est pas une littérature de qualité ? Un roman pour les adolescents à partir de 12-13 ans. Un joli cadeau de Noël à offrir.

Une réflexion sur “Le chagrin de deux frères

  1. Pingback: Le Petit Poucet | Le coin lecture d'Arsène

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s