Lettres d’amour de 0 à 10, de Susie Morgenstern

Amour, amour, je t’aime tant

Ernest a 10 ans. Sa mère est morte à sa naissance et son père a disparu après l’enterrement. Sa grand-mère, Précieuse, l’a recueilli et l’élève aidée de la vieille Germaine. Sa vie est mortellement ennuyeuse mais il ne connaît pas autre chose et s’en accommode. La pomme du goûter, la soupe du soir, pas de sorties, pas de télévision. « Les dix ans de sa vie s’étaient passés sans courir, dans la quasi immobilité d’une vieillesse plus que précoce. » C’est un bon élève, taciturne, solitaire, mais beau ! Et la nouvelle élève, Victoire, n’est pas la seule à s’en être rendu compte ! Victoire habite dans une maison pleine de vie, entourée de ses 13 frères… Et la rencontre entre ces deux enfants que tout oppose va donner naissance à une amitié très forte et très belle. Mais comme si ce chamboulement dans sa vie ne suffisait pas, Ernest va dans un même temps faire la connaissance de son père, dans un magasin…. sur la couverture d’un livre….

Ce livre est très agréable à lire. Ce mélange d’ennui et d’effervescence est bien dosé. Une leçon de vie et d’optimisme : pour vivre heureux il faut vivre entouré des gens qu’on aime, et surtout, ne pas avoir peur de la vie et de tout ce qu’elle peut nous apporter. C’est aussi un livre sur l’acceptation de la différence et l’enrichissement que celle-ci peut apporter.

J’ai été étonnée par le fait que mes élèves, même bons lecteurs, n’aient pas forcément compris ce que signifiait le titre du livre par rapport à l’histoire. Je vais donc révéler ici quelques éléments qui ne devraient encore une fois n’être lu que par ceux qui ont fini le livre. Quelles sont ces lettres d’amour ? On ne le comprends qu’à la fin de l’histoire. Non pas celles qu’aurait pu écrire Victoire à Ernest ou Ernest à Victoire, non. Ce sont des lettres d’amour paternel. Le père d’Ernest l’a abandonné à sa naissance, croulant sous le poids d’une trop lourde responsabilité à porter après le décès de son épouse à la naissance d’Ernest. Il le confie alors à sa grand-mère. Rongé par le remord et par l’amour qu’il portait à ce fils qu’il ne connaissait pas, il lui a écrit chaque jour de sa vie, depuis la naissance jusqu’à ses 10 ans, âge de leurs retrouvailles. A 10 ans, Ernest reçoit donc de son père un gros carton rempli de lettres, de lettres d’amour de 0 à 10.

4 réflexions sur “Lettres d’amour de 0 à 10, de Susie Morgenstern

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s