Humour noir à l’anglaise

L’île du crâne,  Anthony Horowitz

 David Eliot, jeune garçon de 13 ans, vient d’être renvoyé de son collège. Que va-t-il devenir ? Son père lui promet une correction mémorable. Il va être aidé en cela par une lettre invitant David dans un nouvel établissement, sur une île perdue, avec une seule journée de vacances par an et où les parents ne sont même pas admis pour les visites : l’école de Groosham Grange … L’idéal pour se débarrasser de son rejeton ! Dans le train qui l’emmène sur la sinistre Île du crâne, David fait la connaissance de Jill et Jeffrey qui rejoignent la même destination que lui. Ils sont accueillis à la gare par Gregor, un bossu à qu’un œil, puis par le capitaine Baindesang qui leur fait faire la traversée jusqu’à l’île… Tout cela n’augure rien de bon ! L’école s’avère vraiment bizarre : on y signe le registre d’entrée avec son propre sang, les élèves portent des noms d’emprunts, les professeurs sont en fait des vampire, loup-garou, fantôme, et chaque nuit, les élèves disparaissent étrangement. Quels mystères cachent cette école de sorcellerie hors du commun ? Tout ce que l’on peut imaginer n’est rien comparé à la réalité…

Les romans d’Anthony Horowitz sont souvent pleins de surprises. Ici, l’humour noir est omniprésent, ce qui peut parfois dérouter les jeunes lecteurs : c’est surtout les personnages des parents de David qui ont des comportements totalement incongrus : un père en fauteuil roulant qui fait systématiquement du mal à sa femme sans réellement s’en rendre compte et qui menace de pendre son fils par les pieds… Tout est décalé et l’atmosphère mystérieuse et inquiétante nous cache des meurtres des plus sordides. Malgré tout, ce livre s’adresse aux jeunes lecteurs (10-13 ans) par l’écriture et la façon de traiter la thématique des sorciers, ainsi que par les personnages adolescents. Cela n’est pas sans rappeler la série des Harry Potter. Ecrit en 1991 (mais paru qu’en 2007 en France), ce livre aurait en effet inspiré J.K. Rowling, l’auteure de la célèbre série, pour imaginer sa fameuse école de sorciers. L’île du crâne a également une suite, disponible au CDI : Maudit Graal, qui, je l’avoue m’a un peu moins passionné…

11 réflexions sur “Humour noir à l’anglaise

  1. J’ai beaucoup aimé ce livre qui se lit très rapidement. En effet, cela rappelle énormément Harry Potter en étant toutefois plus sombre mais aussi très drôle !

    J'aime

  2. Pingback: Sacré Graal | Le coin lecture d'Arsène

  3. Pingback: Chers chocolats | Le coin lecture d'Arsène

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s